La palette de Pierre

La palette de Pierre

SAISONS D'ANTONIN


Sabords

DSC_0341

 

 

Musique de film " Pirates des Caraïbes"

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 5, Sabords

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sabords

 

 

 

 

Le cri de la vigie rebondit sous les ponts,

Bousculant l’équipage et tiraillant les mousses,

Pressant les artilleurs d’ôter tous les tapons1,

Et glissant sur les sabres dont l’éclat s’émousse.

 

 

Alors que les gabiers2 suspendus aux haubans

Rivalisent d’adresse en singeant des couleuvres

Le Trois-Mâts qui fait front pour couler les forbans,

Change sitôt de cap en pressant la manœuvre.

 

 

Ce sont les matelots et non point les soldats

Qui mènent le ballet mitraillant en cadence

La proue d’un brick3 tartare après que l’on sonda

Les chances de succès pour lui mener la danse.

 

 

Antonin n’en peut plus, rivé près d’un sabord.

Il observe le bal des farouches corsaires

Déboulant en manège4 au plus près du bâbord,

Levant leur dague en pointe, insultant l’adversaire.

 

 

Faisant le grand écart quand la bordée fit feu

Le brick se déchira dans une gargouillade5

Tandis que les canons rythmant un pas de deux,

Font trembler l’horizon qui rougeoie de noyades.

 

 

L’enfer lave les ponts quand la pitié rend sourd.

Portée par les grappins, la mort en cabrioles6

Se pique de chassés, déboulant sans retour,

Et fait valser les corps en froide gaudriole.

 

 

C’est un tir de mousquet qui surprend Antonin.

Son ami Jean vacille en se tenant la tête,

Mais il le porte en cale absorbant le venin

Qui lui ronge les sens en douleur qui s’entête.

 

 

Par un sabord ouvert, Jean reprend ses esprits,

Buvant goulûment l’air qui remplace les miasmes

Des cadavres puants et mutilés qui prient,

Laissant aux rats le goût d’entrechats7 pour les spasmes.

 

 

La mer vient d’effacer le désastre du brick,

Le rhum vient d’éponger les ravages des armes,

Le sort vient d’épargner l’amitié qui s’imbrique,

L’honneur vient d’humilier la Crimée qui s’alarme.

 

 

 

 

 

 

 

N.B. Ce poème comprend de nombreux mots et termes empruntés aux vocabulaires de la marine à voile et de la danse classique. Sans tous les reprendre, j’en donne ci-après quelques définitions :

 

Marine à voile :

 

1 Le « tapon ou tampon » était une petite pièce de bois de liège servant à boucher l’âme d’un canon pour éviter que l’eau n’y entre.

2 Le « gabier » était un matelot affecté à la manœuvre des voiles et du gréement.

3 Le brick était un voilier rapide à deux mats, très apprécié des pirates et des corsaires.

 

Danse classique :

 

4 Le « manège » en danse est un parcours circulaire autour de la scène.

5 La gargouillade en danse est un « saut de chat ».

6 La « cabriole » est en danse ce mouvement de saut levé où les deux jambes se frappent généralement deux fois.

7 « L’entrechat » est en danse un changement de pied battu.

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 


15/01/2021
8 Poster un commentaire

Jean

DSC_0334

DSC_0346

 

 

 

 

Tri Yann : chanson " La mer est sans fin " 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 5, Jean

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean

 

 

 

 

Des citrouilles gonflées d’un orange éclatant

Se berçant d’illusions pour se croire pulpeuses,

Aguichent les enfants de songes relatant

Leur carrosse de lune aux légendes pompeuses.

 

 

Oui, mais Perlimpinpin sait qu’elles finiront

En soupe bien charnue poudrée par Joséphine

Et qu’une fois creusées, les gamins vous diront

Qu’ils les aiment surtout en feux de paraffine.

 

 

Sur la table nacrée d’une corbeille à fruits

Qu’elles ont dénichée dans la manufacture

Florence et Irena disposent sans un bruit

La vaisselle fleurie de si belle facture.

 

 

Joséphine s’amuse de les voir goûter

Ses paroles nappant l’oubli de leurs ancêtres,

Et commentant le sort d’Antonin dégoûté,

Leur révèle que Jean fut son frère et son maître :

 

 

« Ensemble ils sont partis pour les brises d’Orient

Sur le Napoléon1, beau trois-mâts à hélice

Trichant avec le vent d’un souffle coloriant

De charbon les embruns en vapeurs de mélisse.

 

 

De deux ans son aîné, Jean fut son compagnon,

Son ami protecteur, fidèle frère d’armes,

Qui partageait le pain, le branle2 et les oignons

Et la poudre à canon, le rhum et puis les larmes...

 

 

Quand la mer démontée vint lécher l’horizon

Réclamant au dieu Mars3 son tribut de souffrance,

Et quand pour l’apaiser les chevaux en prison

Brisèrent leurs bat-flanc, se heurtant dans l’errance,

 

 

Il se fit un grand vide au cœur des matelots.

Mais les hommes sonnés en ce triste équipage4

Sacrifièrent un veau percé de javelots

Trompant Neptune et Mars d’un sanglant étripage.

 

 

Ils s’étaient ligotés, s’ils devaient se noyer,

Mais l’abîme repu se combla sur lui-même

Redressant au beaupré5 la figure6 en noyer

Qui murmure aux marins combien le ciel les aime. »

 

 

 

 

 

1 « Le Napoléon » était le 1er vaisseau de ligne cumulant la voile et la propulsion à hélice par la vapeur.

2 « le branle » est un hamac dans la marine, à ne pas confondre avec la « bannette » ou couchette.

3 « Mars » : allusion au dieu de la guerre romain, sachant que l’expédition d’Orient » appareilla en ce qui les concerne (Antonin et Jean) de Toulon, le 20 mars 1854.  

4 Je fais ici, une discrète allusion au naufrage de « La Sémillante » survenu le 15 février 1855 au large de Bonifacio, mais sans rapport direct avec mon poème, et dont je parlerai ultérieurement...

5 Le mât de beaupré se tient à la proue (au-devant) d’un navire.

6 La figure de proue représentait la plupart du temps une sculpture d’animal, de divinité, de sirène ou de buste de femme nue, placée juste sous le mât de beaupré des anciens grands voiliers, censée protéger le navire.

 

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 


05/01/2021
12 Poster un commentaire

Tourments

 

le_tirage_au_sort_progres_illustre-2-ed833

Gravure en couverture du « Progrès illustré »
supplément au « Progrès de Lyon » du dimanche 1er mars 1891

 

 

 

" Marche Lorraine " musique militaire 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 4, Tourments

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tourments

 

 

 

 

 

L’automne a la manie d’affoler les pigeons

Quand des mouettes cendrées tracent leurs arabesques

Sur la Seine qui noie tout espoir de bourgeons

Et qui charrie l’écho de relents soldatesques.

 

 

La scène des tourments qui brise le Chili1

Dicte au Monde l’horreur torturant les colombes,

Et Florence en sanglots voit bien qu’on humilie,

Qu’on chasse et qu’on détruit les rêves des palombes.

 

 

Fuyant l’actualité par un furieux besoin,

Elle mène Irena loin d’ici jusqu’à l’Aube,

Trouvant chez Joséphine un soutien fait de soins,

Du bonheur singulier d’un faitout riche en daube.

 

 

Et le temps se dilue s’accrochant aux chardons,

Aux houx déjà tressés qui trônent sous le porche,

Aux sorties de cueillette ou de pêche aux gardons,

Aux balades au bois et cèpes qu’on écorche.

 

 

Comme le sol de craie2 prolongé de pins noirs,

De vignobles ancrés dans la terre en mémoire,

Bayel ne livre rien sauf en veillée le soir ;

Lors, Joséphine entrouvre un pan de leur histoire :

 

 

« Austerlitz3 rejetait son fils républicain,

Soulignant à l’envi qu’il méritait le bagne.

Un jour, il se rendit chez un bourgeois mesquin

 Lui offrant d’échanger le numéro qui gagne4.

 

 

Il graissa le notaire inscrivant les conscrits

Et trichant sur son âge en remise de bourse

Leur vendit Antonin au Régiment souscrit

Contre deux mille francs, disant qu’il se rembourse !

 

 

Au marché, Louis trinqua pour son fils le soldat

Qui bientôt rejoindrait Toulon puis la Crimée,

Au cœur de la marine investie du mandat

De vaincre l’oppresseur et d’aider l’opprimé.

 

 

C’est bien curieuse chose que d’imaginer

Qu’Antonin accepta de Judas ce négoce,

Mais pour lui ce fut libre qu’il vint à dîner

Avec ceux de « sa Classe »5, éblouis par ce gosse. »

 

 

 

 

 

 

1 Coup d’État du général Augusto Pinochet à Santiago du Chili le 11 septembre 1973. 

2 La Champagne Crayeuse.

3 Louis, dit « Austerlitz ». 

4 Un conscrit de 20 ans pouvait alors échapper au tirage au sort du «mauvais numéro» en se faisant remplacer contre une compensation financière. 

5 La classe d’âge de la conscription est fixée à 20 ans, mais dans mon poème en 1854, Antonin n’a que 18 ans...

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 


20/12/2020
16 Poster un commentaire

Pitié

 

esposito04-989x1024

 

 

 

"Complainte de Saint-Nicolas / trois petits enfants"

Petits chanteurs à la Croix de Bois

 

 

N.B. Afin de profiter au mieux de ce chant, sans confusion avec les vers,

veuillez l'écouter après la lecture du poème

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 2, Pitié

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Pitié

 

 

 

 

 

Intrigué par son fils qui va puis s’en revient,

Austerlitz entrevoit la raison du manège.

Échauffé par la prune, fébrile il prévient

Que des marmots perdus, n’en prend ni n’en protège !

 

 

Ces petits qu’il rejette, il les flanque dehors,

Provoquant un tumulte de cris et de larmes.

Il se dresse furieux quand le garçon le mord,

Mais Antonin suspend son geste qui l’alarme.

 

 

Les menant à l’église en fuyant ce dément,

Antonin sait qu’ici sera leur providence.

Il n’ose les confier au vieux Père Clément,

Mais la pitié du prêtre est juste une évidence.

 

 

Les prenant par la main, le bon père sourit

Aux enfants du déluge en si cruelle peine

Qui grâce à l’Antonin, de la mort n’ont nourri

Sa besogne funeste en cliquetis de chaînes.

 

 

Lové contre sa sœur Cédric ne tremble plus,

Mais dévore des yeux l’alléchante galette

Que lui donne Marie, la servante1 goulue

Dont le chapeau fascine autant que sa voilette.

 

 

Antonin rassuré, s’en retourne au logis,

Puis sans un mot s’en va pour la manufacture

Souffler sa rage aux dieux de la mythologie,

Réussissant le feu d’un vase sans fracture.

 

 

Sa main ne tremble pas, mais son cœur est glacé

Se forçant à l’oubli de cette scène ignoble

Quand son père a chassé les petiots enlacés,

Leur refusant la soupe et de la paille noble.

 

 

Mais voici qu’Austerlitz déboulant éméché,

Se poste auprès d’un tour2 en rompant la cadence

D’un jeune compagnon taillant pour l’Évêché

Des flambeaux en cristal contre la décadence.

 

 

Le regard des verriers bruisse d’un clair mépris

Pour celui qui naguère ondoyait d’élégance

Aidant des maladroits dans des travaux repris,

Mais qui sombre ce soir en odieuse arrogance.

 

 

 

1 Marie est la fidèle servante du curé de Bayel.

2 Parmi les outils du verrier, le tour permet de faire tourner une pièce de verre pour en faciliter la gravure afin de donner au cristal sa parure exceptionnelle, intervenant en fin de cycle après la taille.

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 


10/12/2020
19 Poster un commentaire

L'Aube

IMG_7646

 

Musique du film "Rosemary's Baby"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 2, L'Aube

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Aube

 

 

 

 

Au sortir du printemps quand le ciel se cabra

Sur ses farouches nuages crachant leur écume,

Et quand la pluie noya l’orage qui sabra

Les andains 1 dévastés tant l’espoir se consume,

 

 

Alors, tout le pays, par la fureur des cieux,

Tonna contre le cœur de son âme en souffrance.

Mortifiés, les enfants de Bayel silencieux,

Vinrent prier la Vierge et tous les Saints de France.

 

 

En forçant le destin qui souffla le pays,

Une famille en pleurs, tassée dans sa charrette

Bascula sous le vent non loin de l’abbaye,

Glissant transie dans l’Aube en son sort qui s’arrête.

 

 

Luttant dans la tempête Antonin se battait,

Se cabrait puis tirait ses bêtes affolées,

Rassurait les brebis que l’écho rebattait,

Et redoublant d’efforts, jurait à la volée.

 

 

Le cri le foudroya, cinglant comme un éclair !

Lors, laissant son troupeau, le voici qui déboule

Sur la berge exhumant la charrette qu’éclaire

Le miroir des remous puissants que tout chamboule.

 

 

L’onde avait déjà bu la vie des pauvres gens,

Les vieux et les parents et leur mulet peut-être.

Écarquillant les yeux, trébuchant et nageant,

Antonin se démène et fouille chaque mètre.

 

 

Il connaît ces enfants, la fillette et le fils

De l’ami rebouteux qu’engloutit la rivière.

Il ne peut tolérer la mort en son office

Qui s’écoule funeste et vous porte en civière.

 

 

Les cris se font cruels en aval du courant,

Et l’Antonin bondit, détournant son sillage.

Apercevant blottis les deux mouflets pleurants,

L’Antonin s’en saisit, les tirant du feuillage.

 

 

 Remontant à l’abri ces piteux orphelins,

Il les veille le soir, les bordant dans la paille,

Évitant d’éveiller Louis 2 en son patelin,

Puis leur donne du lait, du pain, des œufs de caille.

 

 

 

 

1 Les andains sont de longs sillons d’herbe séchée en vue d’en faire du foin.

2 Louis Weber, dit « Austerlitz », le père d’Antonin.

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 


29/11/2020
14 Poster un commentaire

L'enclume

3408-le-vieux-mas

 

 

 

 

"Moby Dick" de Led Zeppelin, solo de batterie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 1, L'enclume

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’enclume

 

 

 

 

 

 

Dès la fin de l’Office il s’en vient voir Bertrand,

Son ami des chevaux frappant sur son enclume ;

S’inclinant en saluant le maréchal-ferrant

Lui porte pain bénit et grasse poule en plumes.

 

 

Il est vrai que Bertrand, suivant la tradition,

Est le seul du village au labeur le dimanche 1 ;

Il est vrai qu’Antonin sensible à l’audition,

Entend bien volontiers se retrousser les manches.

 

 

Et tous deux en cadence troussent le métal,

Formant clous et burins, binettes et faucilles,

Faisant pleurer le feu des lingots qui s’étalent

Et suant dans la vapeur de l’acier qui vacille.

 

 

Bertrand n’a pas de fils, mais l’Antonin lui plait.

Le gosse a dix-sept ans et son âme est fort claire,

Et son tempérament se moque bien des plaies

Qu’Austerlitz 2 lui inflige à la casse de verres.

 

 

Les filles au village espèrent qu’Antonin

Sera pour la Saint-Jean le promis qu’on adore ;

Leur cœur battant d’envie pour l’être léonin

Qui se moque pourtant des yeux qui le dévorent.

 

 

Il est le désespoir de Louis, triste grognard,

Qui se terre à Bayel en sa manufacture,

Quand l’enfant de son sang s’en va sous le cagnard

À bride rabattue débourrer sa monture.

 

 

Il est ce cavalier qui sait chauffer le fer,

Qui sait souffler le verre et sabrer 3 le champagne,

Qui sait dresser sans fouet l’étalon qui diffère,

Et sait se passionner pour le sort des campagnes.

 

 

Il déteste l’Empire et ce Napoléon 4,

N’aime que les romans forgeant la République,

S’éprend de liberté défiant le Panthéon

Des tyrans, du monarque aux prétextes bibliques.

 

 

Brandissant son marteau dessus son tablier

Antonin se redresse et vient frapper l’enclume

Faisant jaillir le feu de son cœur replié,

Laissant percer l’espoir d’un pays qui s’allume.

 

 

 

 

 

1 La légende voulant qu’aucun forgeron n’ayant accepté de forger les clous de la croix du Christ, l’Église les autorisa à travailler le dimanche.  

2 Louis Weber.  

3 Ne pas confondre « sabrer » en faisant sauter le goulot d’une bouteille de champagne avec un sabre et « sabler » ou le boire rapidement.  

4 Napoléon III.  

 

 

Pierre Barjonet

Octobre 2020

 

à suivre.jpg

 

 


19/11/2020
12 Poster un commentaire

Racines

DSCN7002mod

 

" Douce France " de Charles Trénet, violon/orchestre

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 10, Racines

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Racines

 

 

 

 

Soulevant l’édredon du grand lit partagé,

Irena se saisit de la tiède briquette,

Et grattant la fenêtre en vue du potager

Ajuste son fichu recouvrant sa liquette.

 

 

Prenant soin d’assourdir son pas dans l’escalier

Pour laisser du sursis aux rêves de Florence

Elle rejoint son bol qui lui semble un allié

Dans les frimas certains de l’aube en délivrance.

 

 

Le sommeil qu’elle a fui sombrant dans le passé

De ce village en joie, de l’église et des peines,

S’invite au frais Vichy d’un torchon repassé

Laissant frémir le pain dans un bonheur sans gêne.

 

 

La cuisinière en fonte entrouvre ses anneaux

Laissant siffler l’odeur de chicorée fumante.

Mais voilà que Florence écartant le panneau,

Se verse un fond de lait en sa crème écumante.

 

 

Joséphine sourit au déjeuner joyeux

Des frileuses ravies des tièdes confitures,

Et tandis qu’elle crochète un des deux trous furieux 1

Leur parle d’Austerlitz 2, de sa progéniture.

 

 

— C’est dire qu’on est fier « d’Antonin-le-Hardi »

Dont la vie, c’est certain, offrit l’art en prouesse

Et l’amour en lumière aux gens d’ici, pardi !

Son cœur fut un flambeau pour ceux dans la détresse.

 

 

— Tenez, voici les croix blotties dans un coffret,

Qu’il gagna chez les Turcs, en Orient, en Crimée 3.

Il n’avait pas vingt ans quand ils se fit coffrer,

Mais sitôt s’échappa comme un Russe grimé.

 

 

— Mais je cause bien sotte à faire pâmer les oies !

— Non, non ! luirent leurs yeux, raconte-nous encore…

— C’est une longue histoire à dire une autre fois

Quand vous me reviendrez au printemps, c’est d’accord.

 

 

Laissant là son café, Joséphine s’en va

Donner l’herbe aux lapins, des graines aux pintades,

Betteraves au veau, celui qu’elle éleva,

Puis quignons au cochon, en guise d’incartade...

 

 

 

1 Les cuisinières à bois ou à charbon possédaient sur le dessus deux trous fermés par des anneaux de fonte qu’on crochetait.

Louis Weber  

3 Guerre de Crimée (oct 1853/mars 1856)

 

 

 

Pierre Barjonet

Octobre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 


10/11/2020
12 Poster un commentaire

Communion

DSC_0362

 

Le baptème de Clovis

 

 

 

 

 

Ave Maria de Jean Sébastien Bach, Charles Gounod

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 9, Communion

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Communion

 

 

 

 

 

Ayant fleuri la tombe de branches de houx

Donnant quelque bonheur aux parents de Florence

Partis un soir d’hiver d’une vilaine toux,

Elles griffent la neige en son manteau d’errance.

 

 

Refermant le portail du cimetière enfoui

Florence reconnaît une douce silhouette :

Elle était sa nounou d’un sourire épanoui,

Celle qui lui chantait les plumes d’alouettes.

 

 

S’étreignant en pleurant leur mémoire sans mots,

Florence et Joséphine au regard de tendresse

Observent Irena qu’adopte ce hameau

Communiant en silence et goûtant leurs caresses.

 

 

Joséphine les prie de la suivre aussitôt

À la petite église où se tient un baptême,

Et retrouvant son banc coincé sous l’écriteau

Florence émue se prend à songer au carême.

 

 

Enfant elle y venait fière de sa mission,

Portant le pain béni, les corbeilles d’offrandes,

Chantant en contemplant la nef en rémission

Mais craignant le curé quand elle enviait les grandes.

 

 

Saint-Martin de Bayel vient d’offrir à l’enfant

Son partage de foi dans les brumes de l’Aube

Et Florence étourdie par le froid se défend

De songer au passé en communiant sous l’aube.

 

 

Tout le pays joyeux les entraîne en riant

Chez la mère Francine au festin qui s’échauffe.

Et là, point de mousseux, mais des verres priant

Que les bulles soient fête en bouchons qui réchauffent.

 

 

Les habits du dimanche encombrent les fêtards

Mais non les tabliers des jeunettes voisines

Qui flottent sous le vent des plats presque en retard

Et des fournées de pain, galettes sarrasines.

 

 

Et les vieilles sourient tout comme le curé

Quand s’en viennent les tartes à la mirabelle,

Les bocaux au sirop, la brioche emmurée

Au moule des douceurs de Bayel et ses belles.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2020

 

à suivre.jpg


30/10/2020
14 Poster un commentaire

Caisses de Bar

20200213_163038

 

 

 

"La danse du sabre" de Khatchatourian par les 100 violons tziganes

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 8, Caisses de Bar

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Caisses de Bar

 

 

 

 

 

Décidées à fouiner aux abords de Clairvaux,

Malgré le froid mordant elles ont pris la route,

Essoufflant leur 4L1 par chemins et par vaux,

Avalant du café puis du pâté en croûte.

 

 

À Troyes se sont posées, chinant dans les tissus,

Dépensant affolées quelques métrées d’étoffes,

Mais riant de bon cœur sans redouter l’issue

De leurs deux jeans US cousus d’un Saint-Christophe.

 

 

Et tandis qu’Irena consultait des cahiers,

Des actes annotés en documents d’archives,

Florence s’enfonçait près des murs écaillés

De chaux et colombages aux lignes furtives.

 

 

Leur moisson terminée d’ouvrages et de plans,

D’emplettes de textile et de cartes postales,

Elles ont alourdi leur auto s’accouplant

  À des bœufs sacrifiés pour des dieux sans vestales.

 

 

Puis ce fut Bar-sur-Aube et ses « Caisses de Bar 2 »,

D’une exquise finesse en meringue d’amande

Aux souvenirs gourmands « se passant de bobards »

Comme le dit Florence en payant sa commande.

 

 

À Bayel sur le tard, nos gloutonnes ont pris

Le gîte et le couvert à l’Auberge-des-foires

Dégustant un potage aux pois de petit prix

Puis une truite au bleu servie sans étouffoir.

 

 

Sur les pas des anciens, leur chemin du matin,

Crissant sur le verglas, les guide dans l’hiver

De la rude campagne et de ses bois châtains

Vers quelques artisans ayant connu le verre.

 

 

Sirotant de la prune en écoutant conter

Les légendes perdues en bribes cristallines

Elles ont chevauché les siècles du Comté

En grattant le passé du verre d’opaline.

 

 

Ainsi Florence apprit qu’un certain Antonin

Enflamma les passions de cœur et de justice

Au creuset de Bayel en brûlant le venin

Des bonapartistes refusant l’armistice.

 

 

 

 

 

1 Renault 4L,

2 Les Caisses de Bar sont un fameux biscuit meringué aux amandes,

 

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 


22/10/2020
12 Poster un commentaire

Colporteur

 

Le_Porte_balle_Karl_Girardet_MP_97

 

 

 

" Le Boléro " (Maurice Ravel)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 7, Colporteur

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colporteur

 

 

 

 

 

Soufflant dans son cornet, d’un coup il apparut

Épuisant son ânesse alourdie de sacoches

Encombrées d’un fatras de journaux disparus1,

Précédé des marmots comme mouches du coche.

 

 

Nicolas, Porte-balle2 habitué des chemins

Venait de s’abreuver près du parvis d’église

Que déjà le curé lui bénissait les mains

 Griffées par sa marmotte3 et le cuir des valises.

 

 

Le charron s’avança reluquant le moyeu

D’une roue mal cerclée dont l’âme faisait peine

Et les femmes lorgnant vers des rubans soyeux

 Se poussèrent du coude en soupesant la laine.

 

 

Mais il faisait tant froid sous le vent de Clairvaux,

Qu’on pria Nicolas de chauffer la chopine

Au Relais de l’Écu doté d’un grand caveau

De flacons de Champagne enfouis loin des rapines.

 

 

Au dîner de midi lui fut servi le lard

Qu’il trancha, figurant la fureur en réplique

Contre les émeutiers, Gants-jaunes4 et roublards,

Que la troupe brisa faisant fi des suppliques.

 

 

Et faute de journaux1 Bayel le supplia

De conter haut et fort le sort des barricades,

Et les arrestations que l’on multiplia

Contre les comploteurs nichés en embuscade.

 

 

Austerlitz était là, rouge comme bon sang,

Accompagnant de vin cette fière campagne

Fauchant des députés et bourgeois bien-pensants

Que l’Empereur sabrât comme fiole en Champagne !

 

 

Ses comparses verriers sirotaient le bon vin

Que la Suzon servait en buvant les paroles

D’un Nicolas ravi de son gruau divin

Accompagnant son pain en ragots de vérole

 

 

À l’écart, Antonin mâchouillait un quignon

En songeant aux forçats bannis sans République

Trompés par ce tyran, l’infâme maquignon,

Qu’il maudissait taiseux d’un châtiment biblique…

 

 

 

 

 

 

 

1 Suite au Coup d’État de Napoléon III, la presse fut largement censurée.

2Porte-Balle ou colporteur.

3 La marmotte du colporteur était une boîte en bois munie de caisses s’emboîtant chargées d’articles qu’il portait en bandoulière

4 On appelait Gants-jaunes les jeunes bourgeois émeutiers parisiens s’insurgeant contre Napoléon III.

 

 

 

Pierre Barjonet

Avril 2020

 

à suivre.jpg

 

 


13/06/2020
14 Poster un commentaire