La palette de Pierre

La palette de Pierre

LAURINE


Jeux

 

1924WOlympicPoster

Affiche_des_jeux_olympiques_de_Paris_de_1924

 

 

 

Musique du film "Les Chariots de feu" Vangelis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) :  Lexique Saison 6 Episode 10 Jeux

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

Compte tenu de la double programmation des Jeux Olympiques de 1924 en France, ce poème porte à dix ses strophes contre neuf habituellement

 

 

 

 

 

 

Jeux

 

 

 

 

 « Petits gredins, fripons ! » tance-t-elle aux enfants.

Laurine a bien failli briser leur trajectoire

Croisant rue Foyatier ces garnements piaffants

Avant que d’enfourcher leur luge de victoire…

 

 

La neige a verglacé la Butte aux escaliers

Leur donnant l’illusion d’être aux Jeux Olympiques

En cette année vingt-quatre ouvrant comme un palier

Les premiers Jeux d’Hiver déteignant rue Lepic.

 

 

Le tremplin de leurs jeux vient réveiller les cris

Des passants affolés par ces poulbots des neiges,

Multipliant les sauts des candidats inscrits

À risquer leur honneur en ce furieux manège.

 

 

La craie des tableaux noirs a pointé Chamonix

Accompagnant les yeux d’écoliers qui n’écartent

Les Alpes de Nathan, Maître en cérémonie

Racontant son Mont-Blanc, le soir sur sa pancarte.

 

 

Puis glissant au printemps vers les Jeux de Paris

Les petits de Montmartre, embobinant Colombes,

S’amusent aux gradins de l’audacieux pari

Visant à resquiller avant qu’il soit six plombes.

 

 

Incroyables moments couvrant leurs rêves fous

D’aller « plus vite » encore au « plus haut », toujours svelte,

Imitant leur héros, ce nageur dans le coup,

Que l’on dirait singeant les dauphins des baies Celtes.  

 

 

Et la piste cendrée rougit encore au feu

D’Abrahams et Liddell couvrant leur foi fidèle

 De leur ferveur d’athlète au « plus fort » de ces Jeux,

Accomplissant l’exploit de courir en modèle.

 

 

Laurine a pressenti les besoins d’un levain

S’enthousiasmant du sport en vagues populaires.

José lui a construit en compagnon devin

Un chalet réservé presque protocolaire.

 

 

À « l’Olympic-City » repoussant les forains,

Laurine et Valentine emballent des galettes

Et des gâteaux glacés ou des biscuits lorrains,

Des berlingots lustrés et des pains en palette.

 

 

En ce soir de juillet, Coubertin le Baron,

L’admirable inventeur des Jeux du sport moderne,

Enflamme le public croquant des macarons

Aux couleurs des anneaux d’une gloire non terne.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Janvier 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 


27/01/2020
0 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 10 Jeux

 

 

 

 Saison 6, Épisode 10, Jeux

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Jeux " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- LES 1ers JEUX OLYMPIQUES D'HIVER À CHAMONIX (1924), LES J.O. DE PARIS EN 1924 AVEC : Le stade de Colombes, Johnny Weissmuller, Abrahams et Liddell - Les chariots de feu - l'Olympic-City, Pierre de Coubertin (Jeux).

 

 

 

1/LES 1ers JEUX OLYMPIQUES D'HIVER À CHAMONIX (1924) furent le résultat d'âpres négociations car ils risquaient notamment de porter préjudice aux fameux " Jeux Nordiques " réunissant la Scandinavie et la Finlande (1901/1926). 

 

Malgré tout, ces premiers Jeux organisés donc par le Comité International Olympique (C.I.O.) remportèrent un vif succès avec plus de 258 athlètes représentant 16 nations engagées dans 16 épreuves pour 6 sports distincts,  suivies par plus de 10.000 spectateurs.

 

Organisés durant 13 jours du 24 février au 5 mars 1924, ces jeux coûtèrent 3,5 millions de francs. Les sports retenus étaient le Bobsleigh, le Combiné nordique, le Curling, le Hockey sur glace, le Patinage artistique, le Patinage de vitesse, la "Patrouille militaire", le Saut à skis et le Ski de fond. La France se classa au 8ème rang pour une 9ème place avec 3 médailles de bronze contre 17 médailles dont 4 d'or pour la Norvège finissant 1ère. 

 

 

 

1924WOlympicPoster.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.33.35.png

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.40.10.png

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.23.26.png

 

 

 

 

la patinoire dite "Stade Olympique de Chamonix", la plus vaste du monde avec 36.000 m2

 

La_patinoire_de_Chamonix_en_1924_de_36000m2.jpg

 

 

 

 

 

le tremplin de saut à ski (79,40 m) près du glacier des Bossons

 

JO_hiver_1924_03.jpg

 

 

 

 

 

 

2/ LES J.O. DE PARIS EN 1924 AVEC : Le stade de Colombes, Johnny Weissmuller, Citius-Altius-Fortius, Abrahams et Liddell - Les chariots de feu - l'Olympic-City, Pierre de Coubertin (Jeux).

 

Ces Jeux sont la 8ème édition des Jeux Olympiques d'été, après ceux d'Athènes (1896), Paris (1900), St-Louis aux U.S.A. (1904), Londres (1908), Stockolm (1912), Berlin " Jeux annulés par la guerre" (1916) et Anvers (1920).

 

Ils se sont déroulés du 4 mai au 28 juillet 1924 (d'où le glissement printanier de mon poème...) et ont accueilli 3089 athlètes dont 135 femmes engagés dans 126 épreuves réparties sur 17 sports et représentant 44 pays (sauf l'Allemagne non invitée).

 

Avec 38 médailles dont 13 d'or, la France se classa au 3ème rang derrière les USA et la Finlande. Ce sont pas moins de 700 journalistes qui couvrirent l'évènement.

 

Bien que le stade Pershing puis le Parc des Princes étaient largement favoris pour l'installation du Stade Olympique, devant des problèmes de financement de la ville de Paris (déjà...), c'est finalement Colombes qui fut choisie en transformant l'ancien stade du Matin en nouveau stade d'une capacité de 45.000 places dont 20.000 assises en tribunes (d'où la resquille de mon poème...).

 

Il y avait naturellement d'autres installations sportives dans les diverses agglomérations de la région parisienne (Boulogne, Versailles, Meudon, Argenteuil, St-cloud, Bagatelle, Issy-les-Moulineaux...).

 

La piscine était celle des Tourelles (Paris 20è). Et le fameux nageur américain  Johnny Weissmuller (1904/1984) - voir mon poème - qui joua plus tard le rôle de Tarzan au cinéma (1932), y remporta 4 médailles dont 3 d'or et une de bronze !

 

Citius-Altius-Fortius est la devise des J.O.  

Elle signifie : Plus vite, Plus haut, Plus fort ! (Que j'ai ainsi repris dans mon poème).

 

Harold Abrahams (1899/1978) et Éric Liddell(1902/1945) étaient deux champions britanniques d'athlétisme portés ensuite à l'écran dans le fameux film de Hugh Hudson sorti en 1981 " Les chariots de feu " avec la musique somptueuse de Vangelis. Le film retrace leur aventure. Ces deux sprinters, étaient des champions rivaux, mais qui, du fait de leurs convictions religieuses marquées (juive pour Harold Abrahams et protestante- presbytérienne pour l'écossais Éric Liddell) ont rencontré des difficultés à concourir aux dates initialement fixées, incompatibles avec leurs religions.

 

Malgré ces péripéties Abrahams remporta l'or à la surprise générale sur le 100m en 10"6 et l'argent au relais 4x100m. Liddell s'octroya l'or au 400m et le bronze au 200m.

 

L'Olympic-City était le village Olympique attenant au site de Colombes pour la première fois dans l'histoire des Jeux qui, en sus de ses installations d'hébergement couvrant 22 hectares, disposait d'une multitude de baraques en bois proposant des boissons, café, restauration rapide, accessoires et divers souvenirs tenus par des centaines de commerçants et de forains (ainsi que mon poème l'expose avec Laurine). 

 

Est-il utile de présenter le Baron Pierre de Coubertin (1863/1937), humaniste et pédagogue, internationaliste et fondateur des Jeux Olympiques modernes, qui consacra sa vie à les restaurer dans l'esprit d'Athènes et des valeurs altruistes du sport ?  

 

Il milita pour la popularité de la gymnastique et de l'éducation physique. Mais il défendit toute la place qui revient à la compétition admettant donc une certaine violence physique ainsi qu'il le précisa : « Le sport, ce n’est pas l’exercice physique bon pour tous au point de vue de l’hygiène à condition d’être sage et modéré. Le sport est le plaisir des forts ou de ceux qui veulent le devenir physiquement et moralement. Il comporte donc la violence, l’excès, l’imprudence. Rien ne le tuerait plus sûrement que de le vouloir emprisonner dans une modération qui est contraire à son essence »

 

Quant sa Charte Olympique, elle affirme que : " le but de l’olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’homme en vue de promouvoir une société pacifique soucieuse de préserver la dignité humaine », et que « l’esprit olympique exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play ».

 

Les Jeux de Paris-1924 virent son retrait de l'organisation du CIO qu'il avait fondé en 1894.

 

 

 

 

4RBUV5VRRIZAP2MOTJX5WXTRZM.jpg

 

 

Affiche_des_jeux_olympiques_de_Paris_de_1924.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 15.33.29.png

 

 

 

Médaille Olympique :

 

Médaille_d'argent_JO_1924_–_Avers.jpg Médaille_d'argent_JO_1924_–_Revers.jpg



 

 

 

Stade Olympique de Colombes

 

 

Colombes-1.jpg

 

 

 

 

Passage_des_délégations_aux_JO_de_1924.jpg

 

 

 

Johnny Weissmuller âgé de 19 ans aux J.O.

 

Weissmuller.jpg

 

 

 

l'arrivée du 100m nage libre 

 

Arrivée_du_100_mètres_nage_libre_aux_JO_de_1924_(Weissmuller_ligne_4_son_second_ligne_5).jpg

 

 

 

 

et en Tarzan...

 

Tarzan_the_Ape_Man_(1932)_Trailer_-_Johnny_Weissmuller.jpg

 

 

 

 

Abrahams et Liddell

 

 

 2019-07-11-AbrahamsLiddell-thumbnail.jpg

 

 

 

 

L'Olympic City

 

XZXY65GAJRUCNQQFKJDFQHYYEQ.jpg

 

 

 

Arrivée d'Abrahams au 100m

 

2019-07-11-AbrahamsLiddell-inside-02.jpg

 

 

 

 

Pierre de Coubertin

 

Baron_Pierre_de_Coubertin.jpg

 

 

 

 

 


27/01/2020
0 Poster un commentaire

Violon

 

courtesy-fondation-Marconi-milan-©-Man-Ray-Trust-Proliterris-Zurich

 

 

 

"April in Paris" Black Jazz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) : Lexique Saison 6 Episode 9 Violon

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Violon

 

 

 

 

 

L’archet de Valentine aime les vibrations

Portant l’écho mongol des crinières des steppes

Crissant au vent cinglant ses élucubrations

Couvrant le récital des bourdons et des guêpes.

 

 

Rejoignant les soirées d’un cabaret de jazz,

Elle arme son violon bravant les clarinettes,

Trombones et saxos s’accordant tant qu’on jase

Sur son amie « Kiki », la reine des minettes.

 

 

« La sculpture est un art qui se joue de concert

Avec celui des corps déhanchant la biguine »,  

Souligne Valentine aux danseurs qu’annoncèrent

Trompettes et clameurs en fanfare sanguine !

 

 

Soudain la piste laisse à kiki les tiroirs

Des nuits de Montparnasse en livrée de bravades

Terrassant en œillades le tain des miroirs,

 De l’anse coloniale aux allures de rade.

 

 

S’ouvrant d’un paravent bruissant d’inclinaison

Pour ces fleurs de pavot, de liqueur ou d’absinthe,

L’actrice sort du bois, goûtant aux fenaisons

Des herbes élancées parfumées de jacinthes.

 

 

La Reine du « Bal nègre » envoûte son public

Enivré du parfum des photos à scandale

Déshabillant sans pause et pudeur bien obliques

Sa cambrure qui pose en nudité vandale.

 

 

Man Ray l’a transformée, celle qui but d’instinct

La vie d’un grand amour dans le carmin bohème

Des lèvres du plaisir faisant fi du destin ;

Surréaliste enfant, s’offrant comme un poème !

 

 

Libre était sa raison de chanter ou poser

En turban, toute nue, de compter sur son ouïe

Sondant la folle époque où son dos transposé

Se berça d’un violon fendu de noires ouïes.

 

 

Valentine n’a d’yeux que pour le chevalet

De son violon raccord à la photo céleste

Révélée par le bain d’un peintre sans valet

Plongeant dans l’harmonie des courbures bien lestes.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Décembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 


21/01/2020
11 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 9 Violon

 

 

 Saison 6, Épisode 9, Violon

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " violon " :  ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- ARCHET, KIKI DE MONTPARNASSE AU "BAL NÈGRE", LE VIOLON D'INGRES DE MAN RAY (Violon)

 

 

1/ ARCHET. L'archet d'un violon est presque aussi difficile à réaliser que le violon lui-même, et son coût ne l'est pas moins !

 

On n'imagine pas en effet, le nombre de pièces et de gestes professionnels réalisés par des artisans très qualifiés qu'il faut pour en confectionner un.

On pense qu'un violon se vend avec son archet, non pas, sauf naturellement pour de simples violons de débutants, d'étude ou même vendus en grandes surfaces...

 

Un violon est l'oeuvre d'un luthier quand l'archet est celui d'un archetier. Les meilleurs sont encore fabriqués à Mirecourt (Vosges) dont la tradition remonte à plus de quatre siècles. Sachez qu'il existe à Mirecourt depuis 1970, une remarquable École Nationale de Lutherie formant des apprentis en trois ans.

 

Comme pour les violons dont les plus prestigieux furent conçus par des maîtres italiens tel Stradivarius, les archets ont également connu leur créateur de génie comme François-Xavier Tourte, ancien horloger,  surnommé le stradivarius de l'archet dont l'un d'entre-eux s'est vendu pour la somme astronomique de... 576.000€ !

 

De même, différents prix régissent l'achat d'archets de premier prix ou de qualité.

 

Ainsi pour les violons, on trouvera sur le marché des violons chinois à 60€ (contreplaqué, chevilles en plastique, vernis au pistolet...), des violons d'entrée de gamme jusqu'à 300€, des violons d'étude jusqu'à 800€ puis des violons d'étude supérieurs allant jusqu'à 2.000€, et des violons de concert atteignant 10.000€. Enfin, on trouve des violons de luthier neufs hauts de gamme jusqu'à 50.000€. Quant aux Stradivarius, tous recensés et désignés d'un nom, ils peuvent atteindre 20.000.000 de dollars US comme le Messie ou 15.900.000 USD comme le fameux Lady Blunt...

 

Les archets couvrent de la même façon la gamme de prix allant de 70€ à plus de 10.000€, 50.000€, mais à 300€, on a déjà un bel archet.

 

Pourquoi ces coûts élevés ? Tout simplement, et j'en viens à mon poème "Violon" parce qu'un archet se compose à la fois de crin de cheval et de bois rare.

 

Les meilleurs crins proviennent de régions très froides ou se trouvent de  petits chevaux mongols ou des étalons de Sibérie voire du Canada. Les mèches de crins (blanches pour le violon, foncées pour le violoncelle) se composent d'au moins 80 à 150 crins mesurant au moins 80 cm uniquement sur des étalons (plus robustes).

 

Quant au bois, la baguette doit être également équilibrée, souple et résistante, légère et nerveuse, faite de bois de Pernambouc ou d'amourette provenant du Brésil. On est donc très loin du crin synthétique ou de la baguette en bois ordinaire, mais il existe une alternative économique avec des archets en carbone.

 

 

une mèche de crins

 

Unknown.jpg

 

 

images.jpg  images 2.jpg

 

 

 

 

 

2/ KIKI DE MONTPARNASSE AU "BAL NÈGRE".

 

Kiki, de son vrai nom Alice Ernestine PRIN (1901/1953), fut sans conteste "l'artiste" des nuits de l'entre-deux guerres surnommée " la reine de Montparnasse ". Ses talents étaient multiples : modèle et muse (ayant posé nue pour de nombreux peintres et photographes), chanteuse, actrice de cinéma, danseuse, gérante de cabaret et même artiste peintre.

 

 

Après une enfance malheureuse et de grande misère, elle pose nue pour s'en sortir et, compte tenu de sa plastique irréprochable si bien assortie à ses multiples talents comme à son goût pour l'art, l'ancienne bonne à tout faire révoltée rencontre de nombreux artistes, tels Maurice Mendjizki, Chaïm Soutine, Moïse Kisling, Amedeo Modigliani ou Tsugouharu Foujita qui exposa son fameux "Nu couché à la toile de Jouy" créant l'évènement du Salon d'Automne de 1922.

 

 

Elle coupe ses cheveux court, en bol, se maquille les lèvres d'un rouge rubis et les yeux d'un noir ardent de khôl, lançant la mode...

 

 

Mais c'est avec Man Ray (1890/1976) - peintre, photographe, réalisateur de cinéma américain - dont elle deviendra la compagne en 1921 qu'elle verra son dos devenir célèbre. Elle posa également pour le célèbre photographe de nus parisiens : Julien Mandel (1872/1935).

 

 

Ces photographies de " Kiki de Montparnasse " (son nom de scène) sont magnifiques. Vous pouvez les voir en fin d'article publié par Wikipedia :

 

 

ICI

 

 

 

Elle finira sa vie dans la détresse, seule, victime de la boisson, allant jusqu'à peser 80 kg, à l'hôpital Laennec. Hemingway lui rendit un vibrant hommage : "Ernest Hemingway lui rend un brillant hommage :Elle chantait comme elle vivait, à l’instinct et à la classe, pas en lady mais en reine ! "

 

 

Quant au fameux " Bal nègre " se tenant dans une vaste salle au fond d'un bar tabac en 1924, puis rebaptisé le Bal Blomet (33, rue Blomet - Paris 15è), il s'agissait d'un cabaret antillais formant durant les années folles, un club de jazz très couru.

 

De très nombreux artistes en ont fait la réputation tels, en sus des déjà nommés : Joséphine Baker, Maurice chevalier, Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald, Henri Miller, Jean Cocteau, Joan Miro, Jacques Prévert, Jean-Paul sartre, Boris via, Albert Camus et même, s'échappant d'une réception... le Prince de Galles !

 

 

 

 

KIKI de Montparnasse 1.jpg

 

 

 

Ces photographies de " Kiki de Montparnasse " (son nom de scène) sont magnifiques. Vous pouvez les voir en fin d'article publié par Wikipedia :

 

 

ICI

 

 

 

Foujita : " Nu couché à la toile de Jouy "

 

foujitacarrous.jpg

 

 

 

 

 

Le Bal Blomet

 

Bal_Nègre_-_Paris_(1).jpg

 

 

 

 

 

La Biguine au Bal nègre

 

 

 

 

 

 

 

3/ LE VIOLON D'INGRES DE MAN RAY est la célèbre photographie en noir et blanc du dos de Kiki de Montparnasse, prise en 1924, à laquelle son auteur, l'américain Man Ray rajouta deux ouïes de violon.

 

On l'appelle ainsi en référence au tableau d'Ingres " Le bain Turc ", mais surtout à l'expression "violon d'Ingres" en rapport avec la deuxième passion du peintre Ingres, pour le violon, sachant que pour Man Ray, les femmes constituaient don deuxième passe temps après la photographie...

 

 

courtesy-fondation-Marconi-milan-©-Man-Ray-Trust-Proliterris-Zurich.jpg

 

 

 

Ingres : " Le bain Turc "

 

Le_Bain_Turc_by_Jean_Auguste_Dominique_Ingres_from_C2RMF_retouched.jpg

 

Ernest Hemingway lui rend un brillant hommage : Elle chantait comme elle vivait, à l’instinct et à la

 

 

Tombe de Man Rayclasse, pas en lady mais en reine !

 

 

 

 

 Tombe de Man Ray

 

Man_Ray_-_Tombe_-_Cimetière_du_Montparnasse.jpg

 

 

 

 

 

 

 


21/01/2020
15 Poster un commentaire

Merveilles

IMG_4150

 

 

"Sarcophagus" par l'orchestre philharmonique de Prague

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques), Lexique Saison 6 Episode 8 Merveilles

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merveilles

 

 

 

 

 

Déployant le refrain de ses rêves friands

Laurine songe encore au murmure du poste

Imprégnant son fournil de ses accords brillants

Que mène à la baguette un orchestre en riposte.

 

 

 Elle avait fort longtemps attendu sa radio,

Puis avait dépensé huit cents francs bien frivoles

Pour l’incroyable objet « Radiola », c’est idiot,

Coiffé de ses trois lampes au son qui s’envole.

 

 

La Maison Cœur-de-pain rallie des musiciens

Dans son Salon douillet le soir, non sans fanfare,

Tant la critique est belle aux jaloux stoïciens

Moquant ce « Radiolo » causant d’un ton blafard.

 

 

Mais Laurine est aux anges, portée par les cieux

Accompagnant les ondes que l’esprit calibre

De musique ou d’histoire en des trésors précieux

Contant Toutankhamon de sa tombe enfin libre.

 

 

Il paraît que ce roi paré d’un masque d’or

A chevauché les temps sur son char de parade,

Troquant son sarcophage en momie que le sort

A livrée sans pudeur aux chercheurs de charades.

 

 

Il paraît que sa tombe emportait des présents

Veillés par Anubis et ses gardiens d’ébène

Auréolés d’ivoire et des dieux, ne lésant

Ni Horus ni Hathor adulée des Thébaines.

 

 

Il paraît qu’un cartouche annonçant Pharaon

Menace les pilleurs de Grande-Dévoreuse

Et que dans son éclat de merveilles se fond

Sous la voûte étoilée la magie vaporeuse.

 

 

Il paraît que déjà, bien des extravagants

Attirés par l’exploit d’un Carter en fortune

Se mettent à creuser au soleil divaguant,

Sombrant dans l’illusion de leur piètre infortune.

 

 

Quand le studio s’endort, Laurine songe au Nil

Fertilisant le sable en moisson d’arabesques

Livrant ses hiéroglyphes au profit sénile

 De collections privées d’avidité dantesque.

 

 

  

 

 

 

Pierre Barjonet

Décembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

Masque-mortuaire-de-Toutankhamon

 

 

 


12/01/2020
12 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 8 Merveilles

 

 

 

 Saison 6, Épisode 8, Merveilles

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Merveilles " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

- RADIOLA ET RADIOLO, HOWARD CARTER DÉCOUVRE LA TOMBE DE TOUTANKHAMON (Merveilles)

 

 

1/RADIOLA ET RADIOLO ou la naissance de la radio...

 

Oui, dès novembre 1922, la 1ère radio privée française dénommée "Radiola", voit le jour et émettra jusqu'en mars 1924, devenant alors "Radio-Paris" *

Cette radio faisait suite aux premiers essais de diffusion radiophonique depuis la  Tour-Eiffel en 1922 (Radio-Tour Eiffel").

 

* Vous savez, la fameuse Radio-Paris qui passera plus tard sous le contrôle de l'État qui la rachète à partir de 1933 pour être ensuite et durant la 2è guerre mondiale  réquisitionnée par les collaborateurs et les allemands. Rappelez-vous ce pan d'histoire où Pierre DAC (humoriste) contrant la propagande nazie, chantait sur Radio-Londres et sur l'air de la Cucaracha : " Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand ! "

 

Radiola donc, fut créée par l'ingénieur de la Téléphonie Sans Fil (la TSF) Émile Girardeau (1882/1970) fondateur de la CGF (Compagnie Générale de la téléphonie sans fil) ainsi que de la SFR (Société Française Radio-Électrique) qui fabriqua et vendit les récepteurs de même nom que la marque " Radiola ".

 

Dans mon poème, Laurine en achète un pour huit cents francs, une somme à l'époque !

 

Au début, l'objectif étant " de diffuser des émissions attrayantes et d'un caractère artistique élevé " (comme aujourd'hui, n'est-ce pas ;-), cette radio diffusa " en direct " des morceaux de musique classique joués par un petit orchestre symphonique bientôt rejoint par des chanteurs populaires.

 

À la différence de sa radio concurrente de la Tour Eiffel qui se contentait d'informations météorologiques, Radiola s'enquit rapidement les services d'un présentateur, à savoir Marcel Laporte mieux connu sous le pseudonyme de " Radiolo ".

 

Radiolo (1891/1971) présentait les programmes de musique classique et de chansons, animait des causeries diverses littéraires ou d'actualité voire même des fictions en sorte de feuilletons.

 

Il faisait toujours précéder ses interventions d'indications permettant aux auditeurs de bien réglet leur poste et antenne, ainsi :

" Tournez la manette de votre appareil Radiola lentement, dans le sens des aiguilles d'une montre, mais attention ! Si vous allez trop loin, vous entendrez un bruit infernal. Revenez alors très légèrement en arrière et votre récepteur sera réglé ".

 

Marcel Laporte deviendra ensuite le directeur adjoint de Radiola Radio-Paris jusqu'en 1926, puis après diverses activités radiophoniques, sera commentateur du " Journal de guerre " en 1939.

 

 

À noter qu'il fut la voix de... l'horloge parlante jusqu'en 1965 ! 

 

 

 

1922-PubPericaud.jpg Unknown3.jpg



Radio-concerts_Radiola-1924.jpg

 

 

 

images.jpg hp1933-1-5ef15-55fb4-2d6f3.jpg

 

 

 

Radiolo animant l'émission de musique en direct :

 

Unknown4.jpg Unknown.jpg

 

 

La voix de Marcel Laporte à l'horloge parlante (suivre ce lien) :

Horloge parlante

 

 

 

 

 

2/ HOWARD CARTER DÉCOUVRE LA TOMBE DE TOUTANKHAMON le 5 novembre 1922, mais elle ne sera officiellement ouverte en présence d'illustres personnalités et têtes couronnées que le 18 février 1923.

 

C'est une nouvelle incroyable qui fait la une, quasiment sous la forme d'un feuilleton, de toute la presse ravie de commenter cette découverte attendue de longue date auréolée de la part de mystère envoûtant qui l'accompagne et de son actualité mondaine.

 

En effet, la reine Élisabeth de Belgique se dispute la primeur de l'évènement avec les autorités Égyptiennes, et tout ce qui compte d'officiels, de savants, d'égyptologues, de gouvernants et de journalistes venant de partout !

 

Il faut dire qu'une véritable fascination pour l'Égypte ancienne s'était emparée de l'Europe dans le sillage des anglais Lord Carnarvon (le mécène ayant financé les fouilles de Carter) et Howard Carter (l'inventeur, découvreur, Égyptologue), et pas seulement,  des américains aussi sans oublier les Égyptiens jaloux de leurs prérogatives nationales. 

 

Howard Carter (1874/1939) est un archéologue britannique qui consacra sa vie à l'Égyptologie en fouillant divers tombeaux et temples funéraires notamment dans la Vallée des Rois, mais dont les ruines et restes avaient déjà été ouverts et pillés, dans la plupart des cas. Méticuleux, il reproduisit fidèlement bas-reliefs et inscriptions hiéroglyphiques en travaillant auprès d'archéologues réputés dont Gaston Maspero, professeur au Collège de France (une célèbre librairie porte son nom au Quartier Latin de Paris) qui le présentera plus tard au richissime mécène explorateur Lord Carnarvon.

 

On connait la suite et contrairement à Théodore Monroe Davis qui pense que la Vallée des Rois ne livrera plus aucun secret, Carter persiste dans sa quête de fouilles obtenant malgré la fin de la campagne de fouilles, l'obtention d'une année supplémentaire en 1922...

 

En effet, installant son nouveau chantier près du tombeau de Ramsès VI le 1er novembre 1922, il découvre alors les fondations de cabanes d'ouvriers ayant creusé la tombe de Ramsès VI. Il suppose de fait que le site est intact de fouilles contemporaines. Et c'est alors que le 4 novembre 1922 il met à jour la fameuse marche d'un escalier vite déblayé le 5 et débouchant sur la porte d'une nécropole royale portant sceau ! 

 

Malgré l'impatience que l'on devine, ne sachant pas encore de quel monarque il vient de mettre à jour son tombeau, il attendra l'arrivée de Lord Carnarvon et de sa fille Lady Evelyn pour aller plus loin. Au bas des marches apparaît enfin le sceau de Toutankhamon sur la porte, mais il trouve aussi des vases marqués du cartouche d'autres pharaons et surtout, des fragments indiquent que la tombe a été visitée autrefois.

 

Creusant plus avant, un long corridor de 10m conduit à une autre porte scellée qui semble avoir été bougée puis remise en place, mais durant l'antiquité. Y creusant un petit trou, suffisant pour y introduire une bougie, il regarde...

 

Puis répondant à Lord Carnarvon qui s'impatiente de plus belle, lui demandant ce qu'il voit, il répond seulement : " Je vois des merveilles "... (d'où le titre de mon poème). 

 

D'après ses notes personnelles, Carter dit avoir arrêté l'exploration le 28 novembre, le premier objet ne sortant que le 27 décembre 1922, avant que de reboucher la porte, attendant l'ouverture officielle du tombeau pour l'hiver 1923, le 16 février (comme dans mon poème). Mais il semble aujourd'hui admis qu'il y serait revenu " discrètement " au moins à deux, voire trois reprises...

 

Il faudra ensuite plus de 10 ans pour sortir et inventorier précisément les 5000 pièces extraites de la tombe avant que d'être ensuite entreposées provisoirement dans une tombe voisine où Carter installa son "atelier/bureau" puis expédiées vers un laboratoire et le Musée du Caire.

 

 

Howard Carter

 

Howard_Carter_1924.jpg



 

L'emplacement du tombeau dans la Vallée des Rois

 

Luxor_Tal_der_Könige_(1995_860x605).jpg

 

16925073.jpg

 

 

 

Howard Carter et Lord Carnarvon

 

17014817.jpg

 

native2.jpg

 

 

 

La Reine Élisabeth de Belgique

 

native3.jpg

 

 

Egypt.KV62.01.jpg

 

 

cover-r4x3w1000-5c8b074e029c2-howard-carter-et-un-ouvrier-egyptien-anonyme-se-penchent

 

 

 

 

Photos personnelles tirées de l'exposition Toutankhamon de Paris en 2019

 

 

IMG_4164

 

 

IMG_4147.jpeg

 

 

 


12/01/2020
13 Poster un commentaire

Folies

 

Sem_Luna_park.jpg

 

 

 

 

"Luna Park" par Yves Montand (1958)

 

 

N.B : Éviter d'écouter la chanson en même temps que la lecture du poème pour ne pas en perturber le sens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques),  Lexique Saison 6 Episode 7 Folies

INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES

"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Folies

 

 

 

 

Elle en pleure de joie glissant sur ses vingt ans,

S’éclaboussant d’amour en torrent si rapide

Qu’elle en vibre déjà sur le tapis roulant

Bordé de ces badauds aux désirs trop limpides.

 

 

Valentine est en fête au bras de Nicolas,

Débusquant les plaisirs des manèges frivoles,

Plongeant de « Water Chute » en frisson que frôla

« Rivière souterraine » en barque qui s’envole.

 

 

Et « la Tour aux avions » qui vrombit sous les cris

Vient gonfler ses jupons qui se bercent de honte

Quand Laurine épatée songe qu’il est écrit

Que la jeunesse tourne et jamais ne remonte.

 

 

Luna-Park est fameux en la Porte-Maillot

Où se mêlent les peurs, où frissonnent les dames,

Où s’affrontent les cœurs des braves en maillot,

 Dans une farandole enflammée de quidams.

 

 

 Et voici que Manuel, téméraire gaillard,

Se poste en bonne place au « Vaisseau de la lune »

Tentant d’apercevoir des dessous, le paillard,

Soufflés par un jet d’air visant leur infortune.

 

 

Mais Nicolas retient Valentine en portant

À sa bouche cerise un baiser de cannelle,

Croquant pomme d’amour, tous les deux, escortant

José serrant Laurine en veste de flanelle.

 

 

Leur cœur bat la chamade aux plaintes de ce « Train »

Qui ne freine jamais l’étreinte du vertige

Faisant trembler les rails et crisser leur entrain

À se tordre les mains en fébriles voltiges.

 

 

Adieu « Roue diabolique » et bonjour Charleston,

Croisant bras et genoux Valentine découvre

Ses mollets agités, ses cheveux qui détonnent,

Sa robe de jersey trop fendue qui s’entrouvre.

 

 

Puis les lampions du bal allongent un tango

Palpitant en garçonne en longues cigarettes,

Chavirant des gitanes sur du fandango,

Donnant aux amoureux des volutes secrètes.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 


03/01/2020
13 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 7 Folies

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 7, Folies

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Folies " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

- LE LUNA PARK DE PARIS (Folies)

 

Situé Porte Maillot à l'emplacement de l'actuel Palais des congrès (...), il était avant l'heure un parc d'attraction digne de Disney, d'Astérix, de la fête des Loges, etc.

 

Tout ce que Paris, sa banlieue et davantage, comptait de gens du peuple, mais aussi de bourgeois ou dans un autre ordre d'idées de midinettes et de larrons, s'y pressait dans un souci partagé d'émotions fortes, de bon temps à passer et de conquêtes à épater ! 

 

Il se tint de 1909 à 1948, remplaçant le "Columbia" inauguré à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900 qui, avec sa salle de 6000 places, offrait des spectacles de représentation grandiose et burlesque avec plus de 1500 acteurs ! 

 

Le Luna Park proposait des manèges incroyables pour l'époque et toujours en vogue aujourd'hui sous un aspect plus moderne il est vrai, mais répondant aux mêmes recettes de " joie communicative, frayeurs, rires, excitation, vertige, émotions, flirt, peur incontrôlée, etc.".

 

Cette fête foraine se tenait ouverte de 1h de l'après-midi à minuit, pour 1 franc.

 

Notons parmi ses manèges inspirés du parc d'attraction américain de Coney Island, des noms bien inspirés comme :

son "Scenic Railway", ses "Montagnes russes", sa "Water chute", ses "Diabolic wheels", sa "Crypte des pharaons", sa "Roulette humaine", sa "Rivière souterraine", ses "Cavernes fantastiques", son "Manoir de Tohu Bohu", son "Chatouilleur", son "Voyage dans la lune" ou son "Palais des folies" de fait un bal/dancing (d'où le titre de mon poème)...

 

Les photos ci-après en disent suffisamment long pour se passer de commentaires ! Disons seulement que certaines attractions permettaient d'entrevoir les dessous de ces dames grâce à la force centrifuge de "La roulette humaine" ou du jet d'air comprimé provenant du sol installé en sortie du "Voyage dans la lune" portant si bien son nom qu'on disait certaines aguicheuses l'exploiter sans... culotte !

 

 

 


Vidéo en photos montage :

 

 

 



Luna_gare_maillotxhost2049.jpg

 


Luna_Park_Paris_1923.jpg


Luna_waterchute2.jpg


Luna_xhost2008.jpg


Luna_xhost2014.jpg


Luna_xhost2015.jpg



Luna-park-1930-BD.jpg

 

0_91fab_4de27234_XL.jpg

 

lunapark2.png




Paris-Luna-Park-roues-diaboliques-1.jpg


Paris-Luna-Park-roullette-humaine.jpg



 


03/01/2020
12 Poster un commentaire

Crèche

 

IMG_6220

 

 

Tino Rossi : " Douce nuit "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques), Lexique Saison 6 Episode 6 Crèche

 

INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES

"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

En cette veillée de Noël, Laurine a invité les malheureux de la Butte au souper faisant suite à la messe de minuit

(poème "Crèche" ci-dessous).

 

 

 

 

Mais dans un poème annexé à celui-ci en forme de cadeau

(Sonnet "Amour" publié parallèlement)

Nathan lui fait la surprise d'y convier

des petits ramoneurs venus avec lui de Savoie...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crèche

 

 

 

 

 

La bourrasque de neige engloutit le regard

De l’œil en soupirail perché sur la ruelle

En la nuit de Noël où la joie sans égards

Déborde de bonté remplissant les écuelles.

 

 

Laurine a fort à faire en distribuant le pain

Aux mendiants regroupés près d’un antique poêle.

Aidée par Valentine en repoussant la faim

Elles donnent l’espoir à ceux privés d’étoile.

 

 

Leur logis décoré de branches de sapin,

Respire avec le four de ces pommes qu’étonne

Le pin comme les houx tressés sur des grappins

Tandis que des bougies percent la rue piétonne.

 

 

La table a revêtu parure de Jacquard

Perlant d’argenterie les bougeoirs de cristal

Dressant la porcelaine en fugue du placard

Et chauffant le nectar posé sur piédestal.

 

 

La dinde est parfumée de châtaignes des bois,

Le velouté détient la tiédeur des morilles,

Les pâtés de gibier s’affolent aux abois

Quand truites et boudins s’amendent qu’on les grille.

 

 

Laurine a décidé d’inviter à Noël

Des pauvres de la Butte et leurs enfants d’errance

Mais avant la veillée ses voisins qui la hèlent,

La serrent d’affection soudant leur espérance.

 

 

S’en venant du Queyras, cousin de Nicolas,

Nathan le menuisier a mis dans les chaussettes

Des jouets de bois sculptés, carrés de chocolat,

Pain d’épices divin colorant les fossettes.

 

 

Puis les voilà montant en prière de nuit

Sur la Butte enlacée dans l’amour qu’une crèche

A serti d’un enfant qui n’attend que minuit

Pour bénir l’amitié des braves gens sans brèche.

 

 

Jamais la basilique n’a chanté si fort

Quand l’orgue a déployé sa fastueuse chorale

Mêlant de même voix le chœur des sans-confort

À celui des nantis pardonnés en morale.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Décembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


24/12/2019
12 Poster un commentaire

Amour (sonnet)

 

large

 

Musique traditionnelle " Le rigaudon du petit ramoneur "

 

 

 

 

 

 

 

 

Sonnet offert en supplément de " Crèche "

pour la veillée de Noël 1920

 

 

 

 

 

 

 

Amour

 

 

 

 

Comme des compagnons de chaîne

Ils ont rejoint le Cœur-de-pain,

Leurs joues s’offrant d'un noir poupin

À la joie que Laurine enchaîne.

 

 

Se réchauffant de son bonheur,

Lui ont offert en gratitude

L’abandon de leur solitude

Chantant en petits ramoneurs.

 

 

Jolie surprise de Nathan

Que ces enfants qui, se hâtant,

Ont rapporté de leurs montagnes

 

 

Santons de bois et figurines

Comblant la crèche de Laurine

En la veillée que l’amour gagne.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Décembre 2019

 

 


24/12/2019
10 Poster un commentaire