La palette de Pierre

La palette de Pierre

SAISON 3 " Glacial "


Hurrah !

IMG_7572

 

" Les cosaques "

Illustration originale de Pierre Barjonet - Mars 2024 - 40/30 -

Sanguine, fusain, pierre noire et crayons de couleur.

 

N.B. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

(comme d'ailleurs, pour toutes les illustrations)

 

 

 

Chant populaire " Les braves cosaques du Don "

interprété par les choeurs de l'armée rouge (années 60)

 

à écouter en lisant le poème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseils pour mieux suivre le déroulement de votre saga :

 

N'oubliez-pas de visiter la rubrique du sommaire

avec un "résumé" de l'épisode en cours :

SOMMAIRE

 

ainsi que la rubrique chronologique :

CHRONOLOGIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hurrah !

 

 

 

Il semble qu’un soupir se glisse dans la nuit

Couvrant les cliquetis rampant non loin des tentes,

Et se coule étouffé par le fiévreux ennui

Des femmes assoupies dans leur nerveuse attente.

 

 

Livreur grogne déjà tandis que Natacha

Qui, d’un bond s’est levée, réveille les dormeuses,

Répartit les poignards que son instinct cacha,

Alerte le piquet1 sans formule charmeuse.

 

 

Nicolas dont la troupe a rejoint leur bivouac

A compris sans un mot les signes de l’alarme.

Et tous de s’équiper en évitant les couacs

En un carré2 formé d’une muraille en armes.

 

 

Les chevaux sont nerveux et les feux recouverts.

Les grenadiers de garde ont camouflé les fosses3

Qu’ils avaient préparées, et que tous approuvèrent,

Élevant en bastion les chariots qui s’adossent.

 

 

Soudain Livreur bondit et fonce dans le bois,

Tandis qu’un cri poussé comme une plainte horrible

Hurle « Hurrah, Hurrah4 ! » dans le galop sournois

De chevaux voltigeurs5 se rendant invisibles.

 

 

À l’abri des fourgons, les femmes et civils

Déchirent les cartouches et tassent la poudre6,

Chargent les lourds fusils en se rendant utiles,

Car la ligne de feu7 ne saurait se dissoudre.

 

 

Les cosaques8 surpris sont fauchés de plein fouet

Et chutent dans les fosses en brisant leurs lances.

Nicolas lève alors son tambour comme un jouet,

Et frappe fort la charge en furieuse insolence.

 

 

La brume et la fumée brassent leur nuage gris

Coiffant d’espoir Liouba, Rose et les demoiselles

Dont la survie dépend de l’ardent feu nourri

Servi comme un festin si gras9 qu’il vous muselle.

 

 

Les « Hurrah » se sont tus dans le sang qui les noie

Et l’odeur du décor déferle en mille miasmes.

Comme après la tempête épongeant leurs minois,

Les belles se consolent en bruissant de spasmes.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2024

 

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saga poétique romancée « Le carnet gelé » créée par Pierre BARJONET

a/c janvier 2023

Saison 3 « glacial », Poème 3 « Hurrah ! » (Mars 2024)

 

   

 

 

 

 

 

 

 

Poursuivant sa route du retour, désabusé malgré sa victoire contre les Russes à Kalouga pour la prise de Maloïaroslavets conduite par Eugène de Beauharnais, Napoléon qui vient de choisir malgré lui d’abandonner la route du sud, reprend celle de l’ouest à contrecœur.  D’autant que, s’il est victorieux, il n’en a pas moins perdu 5.000 hommes (6.000 pour les Russes) et 7 généraux ! Comme il le dira à Caulaincourt : « Je bats toujours les Russes, mais cela ne termine rien ! ». Ce qu’il ne sait pas, c’est que Koutousov vient d’ordonner au grand dam de ses généraux, d’abandonner le « verrou de Maloiaroslavetz » défendu par une forêt impénétrable, pour se replier plus au sud.

 

Le 25 octobre, le lendemain de cette bataille est célèbre, car l’Empereur manqua de peu d’être capturé par des cosaques ! En effet, levé dès 4 heures le matin du 25 octobre 1812, il partit chevaucher en observation du terrain pour vérifier par lui-même si l’armée de Koutousov avait fait retraite, seulement suivi par les quelques cavaliers de sa garde rapprochée (des lanciers polonais) et quelques officiers de son État-major.  Mais c’est stupéfait qu’aux cris de Hurrah ! il découvre qu’il est encerclé par des cosaques. Les 6.000 cosaques du général Hetman Platov. Dès lors, aidé par Rapp, Caulaincourt et Berthier ainsi que par les quelques hommes du piquet, ayant tous dégainé leur épée, ils parviennent à se sortir de ce guêpier, tandis que les escadrons de service de la Garde viennent à leur secours. Ce combat de Gorodnia fit tout de même 15 tués et 7 blessés auprès de l’empereur. Plus tard, il s’en amusera. Et pourtant, Platov avait promis sa fille en mariage à celui qui le capturerait !

 

Dès le lendemain, il confirmera la route de Smolensk, déjà dévastée à l’aller...

 

 

 

NOTES DE LECTURE ET DE SITUATION HISTORIQUE

 

 

1 Le piquet est en langage militaire, la constitution d’une petite unité de soldats gardant un bâtiment ou une zone, ou bien encore capable d’intervenir rapidement.

 

2 Le carré est une formation défensive militaire héritée des Romains et employée par l’infanterie pour se protéger des charges de la cavalerie (impossible à franchir sans encombre).

 

3 Les fosses sont des sortes de tranchées munies de pieux, ensuite masquées à la vue par un camouflage afin d’y faire chuter fantassins et cavaliers.

 

« Hurrah ! » Le fameux cri de guerre de nombreuses armées, prenant ici également l’usage d’un cri d’honneur employé trois fois par les Russes et plus particulièrement les cosaques.

 

5 Les petits chevaux des cosaques étaient par eux, considérés comme de véritables membres de leur famille. Ils les soignaient, les chouchoutaient et lorsqu’ils ne faisaient pas la guerre, les employaient aux travaux des champs. Ces petits chevaux très robustes et se nourrissant de peu, infatigables et sobres, rapides et polyvalents, proviennent des steppes nordiques descendant des poneys de Mongolie. Attila à la tête des Huns les utilisait déjà. Ils devinrent par la suite les chevaux du haras du Don sous l’impulsion du fameux général ataman* Matveï Platov (1753/1818) qui combattit Napoléon avec ses 60.000 cosaques montés sur les chevaux du Don, particulièrement adaptés au rude climat de Russie. * Un ataman était un chef guerrier cosaque.

 

6 Charger son fusil sous le 1er empire n’était pas une sinécure. D’abord, il pesait lourd, 4kg375 pour 1m52 avec un gros calibre (diamètre de la balle) de 17,5mm (par rapport aux armes modernes de 5,56 pour le Famas ou de 7,62). Ensuite, il fallait exécuter avec précision une manœuvre assez longue pour le charger, d’où l’organisation d’une « ligne » sur trois rangs : le premier rang tire suivi par le deuxième tandis que le troisième et selon le cas, avec le deuxième, s’activent à recharger les armes. Il fallait ouvrir le bassinet, déchirer la cartouche de papier dur avec ses dents, remplir de poudre le bassinet, le refermer, puis verser le reste de poudre dans le canon. Ensuite, l’on retirait la baguette parallèle au canon du fusil pour bourrer à deux reprises la poudre du canon, puis introduire toujours dans le canon la balle de plomb (de 1,75 cm !). On replaçait la baguette dans son fourreau. Enfin, le tireur armait (reculait) le chien muni d’un silex (à changer après cinquante coups). Les gibernes (sacs) contenant les cartouches devaient absolument être préservées de l’humidité.

 

7 La ligne de feu est constituée des premier et deuxième rang faisant feu, de la ligne des fantassins.

 

8 Les cosaques étaient de redoutables cavaliers servant alors les Tsars. Leur origine est confuse, se partageant entre nomades, pillards et mercenaires menant des razzias (raids) libres et indépendants, fonctionnant avec leurs propres règles (élisant leurs atamans). Ils se situaient plutôt au nord de la mer noire en Ukraine et Biélorussie, s’étant ensuite regroupés dans le Don, l’Oural, puis en Sibérie, en Astrakhan, sur le fleuve Amour, sur le Danube, etc. De fait, leurs ennemis principaux étaient les Tatars (Turcs), puis donc les Français de la Grande-Armée Napoléonienne. Leur chef, que le tsar fit comte pour le remercier, était donc Matveï Platov.

 

9 Du fait d’une poudre fort grasse, faite d’un mélange de charbon, de salpêtre et de soufre, il fallait après chaque tir nettoyer soigneusement les fusils en les démontant puis en les séchant et en les graissant de propre.

 

 

 

QUELQUES ILLUSTRATIONS

 

 

N.B. Photos tirées en partie du site " Russia Beyond " qui retrace entre autres, et à mon avis de façon fort objective, l'histoire de la Russie.

Voir le site en suivant ce lien : Russia Beyond français

 

 

 

Carte situant les différents peuples de cosaques installés en Europe au XIXè

 

 

Polish–Lithuanian_Commonwealth_1619

 

 

 

 

Cosaques munis de leur fameuse lance

 

 

Capture d’écran 2024-01-18 à 17

 

 

 

Capture d’écran 2024-01-18 à 17

 

 

Capture d’écran 2024-02-05 à 17

 

 

The_Charge_of_the_Life_Guards_Cossacks_by_C_Rechlin_1845

 

 

 

Combat_de_Gorodnia,_25_octobre_1812

 

 

 

250px-Un-lgv-casak

 

 

 

 

Capture d’écran 2024-02-05 à 17

 

 

Capture d’écran 2024-02-05 à 17

 

 

Capture d’écran 2024-02-05 à 17

 

Capture d’écran 2024-01-18 à 17

 

 

IMG_6880

 

 

Józef_Brandt_-_Wesele_kozackie

 

 

 

Une cosaque

 

 

Grigory_Gagarin

 

 

 

Le général Hetman Matveï Platov

 

 

Граф_Платов

 

 

 

Capture d’écran 2024-02-05 à 17

 

 

Matvey_Platov_by_Tropinin

 

 

Platov

 

 

 

Les petits chevaux des cosaques du Don

 

 

Донской_табун

 

 

Mmmmm-_horses,_tasty!

 

 

Wild_horses3

 


Les_races_chevalines_-_avec_une_étude_spéciale_sur_les_chevaux_russes_(1894)_(14753447536)

Донской_жеребец_Гибон_(Глицерин_-_Баржа)

 

 

Донской_жеребец_Глицерин_(Гасан_-_Люстра)

 

 

Donchak_2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


06/04/2024
12 Poster un commentaire

Voitures

IMG_7556

 

" Livreur face aux loups "

Illustration originale de Pierre Barjonet - Mars 2024 - 40/30 - Sanguine, fusain et pierre noire.

 

N.B. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

(comme d'ailleurs, pour toutes les illustrations)

 

 

Musique et sons divers enregistrés en pleine nature

" hurlements de loups libres en pleine forêt nordique "

 

à écouter en lisant le poème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseils pour mieux suivre le déroulement de votre saga :

 

N'oubliez-pas de visiter la rubrique du sommaire

avec un "résumé" de l'épisode en cours :

SOMMAIRE

 

ainsi que la rubrique chronologique :

CHRONOLOGIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voitures

 

 

L’explosion1 pétrifia la colonne au bivouac,

Faisant bruisser l’idée que Moscou ne se brise

Dans la poudre et la fin de son Kremlin qu’on plaque

En châtiment ultime au destin sans surprise.

 

 

Chacun de se lever, de tenter de sonder

Les nuages inquiétants qui ternissent la plaine.

Chacune de serrer les toiles sous l’ondée

Quand l’orage recrache sa mauvaise haleine.

 

 

Rose et Liouba s’activent dans leur piètre abri

Qu’offre la Kibitka2 remplaçant leurs voitures

Dont les roues fracassées jonchent tant de débris

Plus au nord quand la boue les priva d’armature.

 

 

L’impitoyable sable enlisa les chariots3,

Trop nombreux en chemin, se heurtant en désordre,

Changeant en tombereaux de roulants matériaux,

Engloutissant enfin des profiteurs sans ordres.

 

 

Des milliers de soldats, de gradés, de civils

Se sont soudain changés en soldeurs de fortunes,

En forts des halles fous, en ribaudes des villes,

En cochers se fouettant d’une plainte importune.

 

 

Alors, n’y tenant plus, ils se sont délaissés

Des tableaux et des ors, des fourrures, des vases,

Des services vermeils et même des blessés4,

Gardant plutôt la gnole aux bottes qu’on évase.

 

 

Le tumulte effrayant d’un convoi chancelant

Affolant ses chevaux et brusquant ses voitures,

Jurant en italien, en prussien ruisselant5,

Prit le sinistre accent d’horribles créatures.

 

 

Mais Natacha n’a crainte en priant son pays

Aux saisons contrastées par ses vents qui murmurent

En cachant dans les bois les saintes abbayes

Et les grives rouillées6 qui se gavent de mûres...

 

 

Les soldats sont au loin, sauf l’escorte en retrait.

Se moquant de la pluie Livreur monte la garde

Et hurle quand les loups de leurs cimes s’extraient

Comme des spectres vifs sous une lune hagarde.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2024

 

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saga poétique romancée « Le carnet gelé » créée par Pierre BARJONET

a/c janvier 2023

Saison 3 « glacial », Poème 2 « Voitures » (Février 2024)

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 19 octobre 1812, Napoléon ordonna d’abord que la retraite vers Smolensk prenne la route du Sud via Kalouga. Ce, afin d’éviter celle de l’aller, déjà dévastée et sans aucun ravitaillement possible (terre brûlée, vivres et fourrages déjà réquisitionnés, cultures et réserves ruinées...). Mais sa marche est ralentie par un incroyable encombrement de 15.000 à 40.000 voitures et chariots emplis de butin, sans parler des attaques incessantes des « partisans » formés de paysans et des cosaques menant une véritable guérilla.

 

Apprenant que le maréchal roi de Naples Joachim Murat (1767/1815) venait de subir le 18 octobre une défaite à la bataille de Winkovo (ou Taroutino), Napoléon voit sa marge de manœuvre se réduire. Très vite il modifiera ses plans à la suite d’une bataille difficile, bien que gagnée de peu le 24 octobre 1812 par Eugène de Beauharnais (1781/1824 - fils de Joséphine) commandant son avant-garde à Maloïaroslavets. Craignant de rencontrer le gros de l’armée russe qui lui coupe la retraite au sud, il renonce à s’enfoncer vers Kalouga et reprendra la route de l’ouest manquant de la moindre provision...

 

Avant de quitter Moscou, il confia le soin au maréchal Édouard Mortier (1768/1835) resté avec 10.000 hommes de faire sauter le Kremlin ainsi que l’arsenal et divers bâtiments de la forteresse. Durant trois jours, ils contraignirent des habitants à creuser des tunnels chargés de mines. Mais du fait du fort mauvais temps, la pluie éteignit nombre de mèches, sans oublier le coup de main d’une partie de la population et de l’arrivée de l’avant-garde russe de Koutousov qui venait d’apprendre le départ de Napoléon. Des explosions détruisirent cependant plusieurs tours et remparts du Kremlin ainsi qu’une partie de l’arsenal. Les Russes ont crié au miracle malgré ces destructions, car le clocher d’Yvan-le-Grand n’a pas souffert.

 

 

 

NOTES DE LECTURE ET DE SITUATION HISTORIQUE 

 

 

1 Précédant la retraite, Napoléon donna l’ordre au maréchal Édouard Mortier de faire sauter le kremlin de Moscou*, mais ce fut quasiment un échec (voir ci-devant).

* On appelle Kremlin une forteresse implantée au cœur des anciennes villes russes, et donc pas seulement à Moscou, comme Novgorod, Souzdal ou Kazan ; lequel Kremlin de Moscou est le siège du pouvoir exécutif.

 

2 Une kibitka est une sorte de troïka traînée donc par trois chevaux, et souvent moins, à roues ou à patins selon la saison, mais à la différence de la troïka, qui est couverte.

 

3 Le sable des chemins accumulé par des rafales de vent avait rempli de profondes ornières de boue plus ou moins séchée, les transformant en de presque sables mouvants.

 

4 Napoléon avait ordonné le repli vers Smolensk des 1.500 blessés de la Grande-Armée. Il en confia la garde au maréchal Louis-Alexandre Berthier (1753/1815) escorté de 300 hommes le 17 octobre.

 

5La Grande-Armée se composait encore d’environ 100.000 hommes de diverses nationalités outre les Français : Prussiens, Bavarois, Italiens, Allemands et petits États rhénans, polonais, portugais, espagnols, suisses, croates, belges, néerlandais, autrichiens, hongrois...

 

6 La grive rouillée, du fait des taches de « rouille » qu’elle porte sur la poitrine et les flancs, est un oiseau de la famille des passereaux. Typique du sud de la Sibérie en Russie, on le désigne plutôt sous le nom de « grive de Naumann ».

 

 

 

 

QUELQUES ILLUSTRATIONS

 

 

 

Le maréchal Édouard Mortier

 

 

Dubufe_-_Marshal_Mortier

 

 

Édouard_Mortier

 

 

 

Le maréchal Louis Alexandre Berthier

 

 

Louis-Alexandre_Berthier,_maréchal_de_camp,_chef_d\\\'état-major_en_1792_(1753-1815)

 

 

 

Louis-Alexandre_Berthier

 

 

Maréchal_Louis-Alexandre_Berthier

 

 

 

La route du retour : Sud d'abord, vers Kalouga, puis finalement nord/ouest puis plein ouest, à savoir hélas, la même qu'à l'aller...

 

 

carte-campagne-de-russie-napoleon-1812-borodino-moskowa-berezina

 

 

 

Bataille de Maloïaroslavets

(en rouge juste sous la route du sud marquée de pointillés verts,

qui ensuite reprend au nord-ouest)

 

 

Battle_of_Maloyaroslavets_1812

 

 

T11_N°93_MALOIAROSLAWETZ_html_4a4d009f

 

 

 

Hess_maloyaroslavets

 

 

Battle_of_Maloyaroslavets_1812_by_Martinet

 

 

 

Eugène de Beauharnais

 

 

EugeneBeau

 

 

Gérard_-_Eugène_de_Beauharnais,_vice-roi_d\\\'Italie

 

 

Scheffer-Eugene_de_Beauharnais

 

 

 

Une kibitka

 

 

Capture d’écran 2023-09-08 à 11

 

 

Capture d’écran 2024-01-16 à 14

 

 

Capture d’écran 2024-02-17 à 12

 

 

Pyotr_Petrovich_Sokolov_-_Troika_in_Winter_1880s_-_(MeisterDrucke-1189300)

 

 

IMG_3949 2

 

 

 

Une grive rouillée

 

 

Turdus_eunomus_1

 

 

Turdus_naumanni_naumanni_NAUMANN

 

 

 

Loups des Carpates

 

 

Eurasischer_Wolf_Tiergarten_Worms_2011

 

loups

 

 

 

Loups copie 3

 

 

 

Comment-sappelle-le-hurlement-dun-loup

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


22/03/2024
19 Poster un commentaire

Retour

IMG_7446 2

 

" Le fleuve pressé "

Illustration originale de Pierre Barjonet - Février 2024 - 40/30 -

Sanguine, crayon sépia, pierre noire et craie Conté

 

N.B. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

(comme d'ailleurs, pour toutes les illustrations)

 

 

 

Musique de film jouée au piano " He's a pirate " extrait de " Pirates des Caraïbes " 

 

à écouter en lisant le poème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conseils pour mieux suivre le déroulement de votre saga :

 

N'oubliez-pas de visiter la rubrique du sommaire

avec un "résumé" de l'épisode en cours :

SOMMAIRE

 

ainsi que la rubrique chronologique :

CHRONOLOGIE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour

 

 

 

 

 

Et l’ordre fut donné, soulevant la clameur

Des soldats impatients, des chevaux, des corneilles,

Des civils empêtrés par de vagues rumeurs

Dans le fracas des roues des calèches trop vieilles...

 

 

Natacha serre Rose en queue de ce convoi.

Liouba les a rejointes menant sa voiture,

Et les femmes s’escriment donnant de la voix

Pour conserver leur file en ce flot qui sature.   

 

 

Surgit un cavalier bousculant les chariots !

C’est Joseph, flamboyant, qui brûle d’impatience.

« Ses princesses » sourient des efforts impériaux

Qu’il déploie pour frayer leur chemin d’insouciance.

 

 

La foule qui s’amasse enjambe ce chaos.

Elle fuit la cité, mais obstrue sa sortie,

S’épuise bien trop tôt à subir les cahots

Qui brisent les essieux que plus rien n’amortit.

 

 

Au cœur de ce fatras, Natacha se blottit

Contre son chien Livreur1 qui grogne si quiconque

Tente de se hisser pour être mieux loti

Qu’en l’un de ces fourgons ou troïkas2 quelconques.

 

 

Joseph joue de son fouet pour ouvrir le chemin

À la troupe des femmes et des vivandières,

Des enfants d’officiers munis de parchemins,

Des cantinières rudes et des lavandières.

 

 

Un cheval affolé disloquant son harnais

Se lance sur le pont, effrayant à la ronde

La cohorte des gueux « français réincarnés »3

Qui suivent cette armée, quittant leur sol, en fronde.

 

 

La querelle à l’affût, Chasseurs et Voltigeurs4

S’amusent à moquer ces piètres équipages

Embourbés sous le poids d’un butin voyageur.

Sous des jurons furieux, la fièvre se propage !

 

 

Et la colonne bave en écume des mors

Quand les chevaux renâclent si bien qu’ils se cabrent

En bruit assourdissant comme le chant des morts

Prolongeant la vision des carrioles macabres.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Janvier 2024

 

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Saga poétique romancée « Le carnet gelé » créée par Pierre BARJONET

a/c janvier 2023

Saison 3 « glacial », Poème 1 « Retour » (Janvier 2024)

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lorsque Napoléon prit conscience de l’incroyable tohu-bohu provoqué par ce raz de marée humain et hétéroclite du convoi qui prit la route du retour en ce 19 octobre 1812, il dit : « Chacune de ces voitures sauvera deux blessés et nourrira plusieurs hommes en attendant qu’on s’en débarrasse insensiblement » (cf. Mémoires du général Baron de Marbot). Il laissa faire cette sorte de « peuplade nomade » car il avait bien conscience que ces chariots, charrettes et bagages qui ne dureraient qu’un faible temps alimenteraient malgré tout, les premières semaines de la retraite. (Cf. les mémoires historiques et militaires sur la Campagne de Russie par le Comte Roman Soltyk).

 

 

 

 

NOTES DE LECTURE ET DE SITUATION HISTORIQUE

 

 

1 Le chien Livreur fut offert par Napoléon au Tambour Nicolas. C’est un « chien loup de Tchécoslovaquie », c’est-à-dire le croisement d’un berger allemand et d’une louve des Carpates. Sa robe est grise argentée avec pour Livreur des reflets roux. Voir mon poème « Livreur ».

 

2 La troïka est un attelage spécifiquement russe composé de trois chevaux tirant de front un chariot à roues ou une grande luge à patins de glace selon les saisons.

 

3 En sus des hommes de la Grande-Armée, soldats, sous-officiers et officiers, se trouvaient comme toujours avec la troupe, différents services d’administration et d’intendance composés de militaires et de civils, hommes, femmes et souvent aussi des enfants. L’on y trouvait notamment les fourriers (linge et uniformes), les armuriers, le service des postes, les secrétaires, comptables, intendants, cartographes et dessinateurs rattachés aux fourgons du petit et du grand État-major (assurant par exemple la solde et les billets de logement), les cantines roulantes avec les cantinières et les vivandières chargées de « l’ordinaire », mais aussi les bouchers, les fourgons de vivres et de provisions comme ceux liés au palais avec le nécessaire au dressage des camps et tables d’apparat, les lingères, buandières et blanchisseuses, les équipages du train (transport, voitures), les estafettes de reconnaissance et des dépêches, ceux du fourrage aux chevaux, le service de santé avec ses ambulances (hôpitaux de campagne),  le génie avec ses sapeurs et ses pontonniers emportant leurs matériels et matériaux, le train d’artillerie avec l’arsenal mobile, les gendarmes, les fourgons impériaux du trésor, le train des équipements de camps et bivouacs, les fourgons de fanfare, les maréchaux-ferrants, la santé vétérinaire, les voitures d’aumôniers, les maîtres d’armes, les écuyers, les palefreniers,  sans oublier... les chariots de grisettes (prostituées). On le voit, c’était là une véritable ville en déplacement.

 

Mais ce n’est pas tout, une horde de civils fuyant Moscou s’était infiltrée dans les convois avec également leurs voitures, fourgons et chariots. C’étaient de pauvres bougres attirés par le prestige de la France, mais aussi nombre de femmes aristocrates ou non qui s’étaient entichées de leur bel officier ou vaniteux guerrier...

Il y avait aussi beaucoup de juifs (Nombreux en Pologne et en Russie ; c’est ainsi que les témoins de l’époque les nommaient NDLR) qui s’organisaient pour commercer avec la troupe. Enfin, comme toujours en marge des armées en campagne, des pillards et des vauriens, souvent des déserteurs déguisés, s’infiltraient en quête de maraudes et larcins, notamment sur les champs de bataille (rappelez-vous les Thénardier à Waterloo, de Victor Hugo) ...

 

4 Les chasseurs, et les hussards sont des cavaliers relevant de la cavalerie légère ayant mission de reconnaissance et des dépêches. Les voltigeurs étaient plutôt des fantassins portés en croupe derrière des cavaliers afin de se rendre rapidement en 1re ligne, donc très acrobates d’où leur nom.

 

 

QUELQUES ILLUSTRATIONS

 

 

Sous la pluie froide transformant les chemins en boue, l'incroyable colonne ininterrompue de milliers de chariots, petites voitures, fourgons, chevaux et mulets guidés par des sortes de cochets inexpérimentés vient s'agglutiner sur la même route et se fracasser dans un désordre hétéroclite de butins, de rapines, de vêtements, de nourriture, de civils, de soldats, de femmes et d'hommes français, russes et de plusieurs nationalités...

 

 

Capture d’écran 2024-03-03 à 12

 

 

 

Un chien loup de Tchécoslovaquie

 

 

Tschechoslowakischer_Wolfshund9

 

 

Rep_z_Pohraniční_stráže

 

 

 

Troïkas

 

 

141457799-troïka-russe-traditionnelle-de-chevaux-trois-chevaux-tirant-un-traîneau-en-hiver-dans-la-neige

 

2426

 

 

 

Orlowski_podrozny

 

 

IMG_3538

 

 

 

Capture d’écran 2024-01-16 à 14

 

 

 

Hussards

 

 

Edouard_Detaille_-_Vive_L\\\'Empereur_-_Google_Art_Project

 

 

 

 

Chef d'escadron au 1er Régiment de Hussards (le mien... NDLR)

 

 

Chef_d\\\'escadron_du_1er_régiment_de_hussards,_1810

 

 

 

Napoleon_Hussard_by_Bellange

 

 

 

Chasseurs

 

 

394358793_3606479019633079_327419098947157584_n

 

 

IMG_6530

 

GericaultHorseman

 

La_bataille_de_Wagram

 

 

Le_général_Dahlmann_à_Eylau,_le_8_février_1807

 

 

 

Chasseurs de la Garde Impériale défilant aux Tuileries devant l'Empereur

(Arc de triomphe du Carrousel)

 

 

La_revue_1810

 

 

 

Photographies remarquables d'authentiques vétérans de la Grande-Armée

prises le 5 mai 1858 pour l'anniversaire de la mort de Napoléon 1er. Ils ont combattu auprès de leur Empereur à la bataille de Waterloo en 1815.

 

Ils sont dans la vieillesse, portent la médaille de Sainte-Hélène créée pour les anciens de la Grande-Armée par Napoléon III et, naturellement,

portent leur uniforme retaillé pour l'occasion.

 

Ces photos ont été remises

par l'Université Brown de Providence à Rhode Island (Etats-Unis).

 

 

 

Chasseur à cheval de la Garde Impériale (Maréchal des logis)

 

 

Delignon

 

Chasseur

 

 

Schmitt

 

 

 

1er régiment de Hussards

 

Fabry

 

 

7ème régiment de Hussards

 

Maire

 

 

5ae5074ffb07e8f25574d108296def56

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


06/03/2024
12 Poster un commentaire