La palette de Pierre

La palette de Pierre

Rivale

IMG_1879

 

 

" La trouée " Huile sur toile , Pierre Barjonet, 2007

 

J'ai adoré brosser énergiquement la côte sauvage du Pouldu lors de mes vacances en 2007 au fin fond de la Bretagne, comme l'écrivait en son temps, Gauguin. Alrors là, qu'on soit bien d'accord, point de tentative comparative avec ma peinture mais juste l'envie sur les traces d'un tel Maître, de m'emparer à mon tour des paysages aux ciels changeants du littoral Breton. Si vous allez au Pouldu, ne manquez pas le sentier du bord de mer qui, du haut des falaises, invite à la contemplation rythmée par d'astucieuses étapes (bornes) représentant in situ plusieurs toiles de Gauguin.

 

 

 

Greensleeves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exceptionnellement, il n'y a pas de lexique afférent à ce poème,

car inutile,

 

Sinon, n'oubliez-pas de visiter : 

 

la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé" : 

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE : 

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Rivale

 

 

 

 

« Victoria s’émouvra de dédier nos vitraux

À son très cher Albert qui réprouvait les guerres »,

Glissèrent Antonin comme Anne, théâtraux,

À leurs amis venus inaugurer ces verres.

 

 

L’assemblée sans la reine épuisée par le deuil,

Félicite et se chauffe aux douceurs de leurs hôtes,

Admirant le tracé qui s’en vient piéger l’œil

Des courbes colorées redessinant les côtes

 

 

De ces champs de bataille enfouis sous le brouillard

De la brume de poudre se teintant d’ardoise

Et des flots vermillon égorgeant les Boyards1,

Calcinant les pigments de ces terres sournoises.

 

 

Le parcours lumineux du fardeau des combats2

Se décline en panneaux dévastés par des larmes

Comme un Chemin de Croix dont la vie succomba

Aux tourments douloureux des guerriers et des armes.

 

 

Antonin livrera leurs vitraux à Windsor,

 Au cloître du château3 d’ultime pénitence,

Comme il fut établi par le Prince Consort4

Auprès d’Anne signant son bon de compétence.

 

 

Le privilège heureux des convives admis

À la présentation des vitraux authentiques

Dans la verrière enfouie sous la neige à demi

Prend des airs gratifiants aux parfums romantiques.

 

 

Une élégante ouvrant son journal féminin

Croque l’instant précieux de sa mine orpheline,

Souriant à chaque instant que se trouble Antonin

Par ses prunelles et sourcils de zibeline.

 

 

Anne a surpris d’instinct que la douceur des lieux

Échaufferait les sens aux yeux de Lady Jane,

Aussi concocte-t-elle un projet à cent lieues,

Écartant ses Français de l’hostile anglicane.

 

 

Tandis que la Lady magnétise Antonin,

Anne sait qu’au printemps la lande de Bretagne

Recouvrira le temps de l’engouement bénin,

Car il n’est de passion que sa patrie n’éloigne.

 

 

 

 

 

 

 

1 Les Boyards dont je parle dans mon poème « Le manteau » étaient des aristocrates russes.

 

2 et 3 J’évoque ce « fardeau des combats » dans mon poème « Windsor » où nos amies Irena et Florence découvrent les « panneaux centraux » des verrières reflétant les vitraux du « Cloître en fer à cheval » du château. Comme on l’aura compris, ce sont donc Anne et Antonin qui en furent les auteurs comme « Maîtres de Lumière » ...

 

4 Le Prince Albert (1819/1861), époux de la reine Victoria depuis 1839 n’obtint, après moult demandes, son titre de Prince consort qu’en 1857.

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2022

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



21/10/2022
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres