La palette de Pierre

La palette de Pierre

Lexique saison 6


Lexique, Saison 6, Episode 16, Volailles

 

 

 Saison 6, Épisode 16, Volailles

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Volailles " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

LES CONGÉS PAYÉS DE 36, BRUITS DE BOTTES ET GUERRE CIVILE D'ESPAGNE (Volailles)

 

 

 

1/LES CONGÉS PAYÉS DE 36 sont l'une des "victoires" du "Front Populaire" de 1936. 

 

C'est après la victoire électorale aux Législatives de mai/juin 1936 de ce fameux Front Populaire (de gauche) créé par l'alliance du Pari Communiste Français, du Parti socialiste SFIO (Section Française de l'Internationale Ouvrière) et du Parti Radical, que furent décidés ces congés payés par l'adoption d'une loi.

 

Ainsi, pour une durée annuelle de 2 semaines, chaque salarié (soit environ 600.000) pouvait bénéficier pour la 1ère fois de véritables vacances, qui jusqu'alors n'étaient réservées qu'aux nantis, rentiers, professions libérales et commerçants.

 

Inutile de dire combien cette loi eut de succès, constituant une véritable embellie dans la vie quotidienne ouvrière, pour ne parler que d'elle. D'ailleurs, en 1937, les "congés payés" (ainsi qu'on en nommait par dérision le plus souvent, les bénéficiaires) furent trois fois plus nombreux à prendre le chemin de leurs premières vacances...

 

 

 

2/ BRUITS DE BOTTES ET GUERRE CIVILE D'ESPAGNE

 

L'année 1936 est celle de tous les bruits, de toutes les craintes et des haines revanchardes qui se font jour à travers l'Europe.

 

Les dictatures commencent à prendre possession de différents pays avec à chaque fois une idéologie imposée et servie à la fois par le financement de capitalistes nationalistes et par une junte militaire aux ordres de dictateurs naissants, mais se nourrissant aussi de la misère sosio-économique des classes laborieuses et un esprit de revanche suite au conflit de 1914/1918.

 

Ainsi, on assiste à différents coups de force menés par Hitler et l'Allemagne nazie, Mussolini et l'Italie fasciste, l'Empereur Hiro-Hito et le Japon sous le joug militaire, et l'Espagne prise en tenailles après l'insurrection conduite par Franco, sans oublier les procès et les purges de Staline en URSS.

 

L'affrontement entre les Fronts populaires de gauche et les totalitarismes de droite ne fait que commencer.

 

 

 

Déjà, avec la guerre civile d'Espagne...

 

Ce terrible conflit qui servit en quelque sorte de terrain d'entraînement pour les nazis tout comme les fascistes de Mussolini, fit des ravages sans précédent dans la population espagnole, de part et d'autre des belligérants entre juillet 1936 et avril 1939.

 

Tout remonte à 1931 quand Républicains et socialistes ayant décrété l'expulsion de la Seconde République de la monarchie Espagnole, s'ensuivit une succession de périodes de troubles jusqu'à l'été 1936.

 

Ainsi, s'opposèrent de façon de plus en plus violente, les gouvernements  successifs dont les réformistes modérés s'opposaient aux organisations anarcho-syndicalistes, aux communistes, ou même aux trotskystes, pour ne parler que des luttes fratricides à grand renfort de soulèvements et de grèves à gauche. 

 

Suite aux désordres multiples, survint le risque (pour les non communistes) de révolution prolétaire à l'instar du renversement bolchévique de 1917 en Russie, d'autant que des Soviets sont organisés en 1934 dans la région ouvrière des Asturies conduisant à une insurection dite de "la commune espagnole". Laquelle fut réprimée dans le sang par un certain général Franco commandant des troupes sûres d'Afrique. De fait, après ces 1000 morts pour 20.000 arrestations, un fossé infranchissable fut creusé entre la cause ouvrière et les tenants du pouvoir en place. L'Espagne s'enfonça dans la double peur des communistes et de ligues fascisantes.

 

Et les choses ne s'arrangèrent pas... La grande misère rendait la moindre réforme fort difficile à mettre en place. Les élections elles-mêmes n'étaient pas assurées d'une majorité nette ; le Front Populaire comprenant le PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol) remporta de justesse les élections de février 1936 avec 34,3 % contre 33,2 % pour le Front National de la CEDA (confédération Espagnole des Droites Autonomes). Et comme ces élections furent entâchées de fraude, la violence tous bords confondus s'amplifia.

 

Puis, après une tentative de coup d'état avortée par une junte putschiste, c'est finalement en juillet 1936 que survient une insurrection menée par des militaires que commande Franco au Maroc Espagnol, avant que de les acheminer vers l'Espagne. Dès lors, aucune réconciliation n'étant plus possible entre le camp Républicain qualifié de loyalistes et celui des militaires insurgés nationalistes, la population s'arma rapidement grâce à la CNT (Confédération Nationale du Travail) et aux milices ouvrières, et bientôt l'Espagne se divisa en deux.

 

Notons qu'au début de cette guerre civile, se partageant villes et régions, chaque camp disposait d'environ 500.000 hommes. Les monarchistes, phalangistes et conservateurs de droite ayant à leur tête le général Francisco Franco (1892/1975) furent nommés "Franquistes", et face à eux, les communistes, socialistes, anarcho-syndicalistes de gauche, les "rojos" (rouges).

 

Et c'est dans ce contexte de haine et d'atrocités inouïes (chacun des deux camps exterminant, torturant et terrorisant* ceux du camp adverse, tous sexes, âges et conditions -écclésiastiques- confondus, que Manuel rejoint Madrid aux mains des Républicains, dans mon poème... 

 

* On parla de "terreur rouge" et de "terreur blanche".

 

 

 

 

 

Les congés payés de 1936...

 

 

838_2

 

 

 

maxresdefault

 

 

 

Unknown

 

 

Unknown 2

 

 

wplage-en-1936

 

 

 

 

Bruits de bottes !

Hitler et Mussolini...

 

 

Mussolini_a_Hitler_-_Berlín_1937

 

 

 

 

 

Les débuts de la Guerre civile Espagnole

en 1936

 

 

1011259-La_guerre_civile_dEspagne_1936

 

 

 

et en 1939

 

España_Marzo_1939

 

 

 

 

Les Républicains

 

ILL14A00_068

 

 

 

Franco

 

902673-general-f-franco-m-in-burgos-mit-gen-calvacanti-und-mola

 

 

 

Les troupes d'Afrique levées par Franco

avec ses tirailleurs (voir mon poème)

 

ANCIENS-COMBATTANTS-soldat-maroc-espagne

 

 

 

 

Le fameux mot d'ordre des Républicains Madrilènes :  " Ils ne passeront pas "

 

¡No_pasarán!_Madrid

 

 

 

 

Exécutions sommaires

 

 

espagne_guerre_civile_1

 

 

 

L'espoir...

 

298aebbcbe28c1ad8941cc9c62f08399

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


28/03/2020
8 Poster un commentaire

Lexique, Saison 6, Episode 15, Peluches

 

 

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 15, Peluches

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Peluches " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

LE TOUT NOUVEAU ZOO DE VINCENNES (Peluches)

 

Il y avait déjà le " Jardin des plantes " (Paris 5ème) fondé en 1794 par Bernardin de Saint-Pierre, professeur de zoologie au Museum d'histoire naturelle, et comptant avec sa ménagerie parmi les zoos les plus anciens du Monde.

 

Il y avait aussi le légendaire " Jardin d'acclimatation" créé en 1852 " dans le Bois de Boulogne pour " acclimater des animaux " et dont le terrible conflit de 1870 tenaillant de faim les parisiens, vit ses animaux, dont un éléphant, abattus puis dévorés...

 

Et puis, fut créé en 1934 le " Parc zoologique du Bois de Vincennes ", actuellement " Parc zoologique de Paris ". 

 

Dès son inauguration, on s'attarda sur la contemplation de son fameux rocher, haut de 65 m et préfigurant un décor voulant mettre les animaux dans leur contexte naturel en vue d'en faciliter l'observation comportementale.

 

C'est suite à l'exposition coloniale de 1931 mettant en scène des animaux exotiques que fut envisagée l'idée d'associer le Museum d'histoire naturelle avec un zoo expérimental installé sur 14,5 hectares dans le Bois de Vincennes.

 

Très vite, son succès populaire fut incontestable. Et il s'enorgueillit d'accueillir de nombreuses espèces " réintroduites dans leur milieu naturel ", notamment avec une séparation du public par des fosses (ours) pultôt que des barreaux, le " Grand Rocher "  ou une immense volière équatoriale de 4000 m2.

 

Actuellement, il compte 2.000 pensionnaires totalisant 180 espèces animales de mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons et invertébrés.

 

Le Parc a été entièrement rénové en 2014 après trois années de travaux. Et les naissances " in situ " confirment la bonne santé de ses installations remarquables, tant d'un point de vue scientifique que vétérinaire, pour le plus grand plaisir de ses 900.000 visiteurs par an.

 

 

 

 

Le Jardin des Plantes

 

Animal_artists_at_the_Jardin_des_Plantes

 

 

 

Le Jardin d'acclimatation en 1860

 

Corbel031_Le_Jardin_d\\\'Acclimatation_en_1860

 

 

Expo_1931_Zoo1

 

 

 

Le zoo de Vincennes

 

MNHN-Vincennes

 

Acme_Newspictures,_This_sea_elephant_knows_his_stuff,_1936

 

 

 

Parc_Zoologique_de_Paris_(Zoo)_@_Paris_(25743467773)

 

Parc_Zoologique_de_Paris,_5_April_2014_(8)

 

 

La_lionne_et_ses_3_lionceaux

 

 

Zoo_de_Vincennes,_Paris,_France_April_2014_(11)

 

 

Penguins_in_the_zoo_of_vincennes

 

 

 

 Greenhouse_@_Parc_Zoologique_de_Paris_(Zoo)_@_Paris_(25741091314)

 

 

 

 

 

 

 

 

 


23/03/2020
9 Poster un commentaire

Lexique, Saison 6, Episode 14, Mamine

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 14, Mamine

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Mamine " :  ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

LA MAISON DES AIGLES DU COMMANDANT HENRY LACHOUQUE (Mamine)

 

 

Au 4 rue de l'Abreuvoir à Montmartre, se niche une bien curieuse maison, baptisée " La maison des aigles ". Construite en 1924 à l'emplacement d'une fort vieille maison dont les pierres lui servirent, elle hébergea le Commandant Henry LACHOUQUE (1883/1971), historien de renom spécialiste de Napoléon 1er.

 

Du reste, ce passionné de l'Empire et de la Grande-Armée combatit et fut blessé en 1914 avec un courage que n'aurait pas renié l'Empereur. L'histoire est d'ailleurs parfois singulière puisque il fut admis à la fameuse école militaire de Saint-Cyr dans la promotion... Austerlitz !

 

Il écrivit une quinzaine d'ouvrages* sur son illustre Empereur et lui consacra du reste, toute son énergie avec celle d'une association qu'il fonda " l'association des amis de Sainte-Hélène "  pour restaurer la Maison de Longwood où Napoléon finit sa vie sur l'île de Sainte-Hélène. Il fut également le conservateur adjoint du musée de la Malmaison (ancien domicile de Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon).

 

* dont : Secret de Waterloo (1952), Napoléon et la garde impériale (1957), Napoléon en 1814 (1959), Napolon à Austerlitz (1960), Terre héroïque, Iéna (1961), Napoléon, vingt ans de campagne (1964)...

 

Considéré par ses frères d'arme, mais aussi par des sommités académiques, politiques et historiens comme le plus grand historien militaire de son temps, le Commandant Lachouque, dont les ouvrages furent traduits dans plusieurs langues, jouissait d'une solide réputation, à tel point qu'il était régulièrement consulté par le cinéma et la télévision dès qu'il s'agissait d'évoquer le premier empire.

 

Inutile de dire que sa propre maison nichée sur la Butte et gardée par deux aigles de pierre s'ouvrait sur une sorte de musée regorgeant d'objets et de reliques insolites, émouvants et historiques ayant appartenu à Napoléon 1er ainsi qu'à ses proches et soldats. C'est bien pourquoi dans mon poème (Mamine), Irena tremble d'un mélange fait de curiosité et d'appréhension...

 

 

 

 

ob_098e83_p1410594

 

Capture d’écran 2020-03-12 à 14

 

ob_a31c02_p1410588

 

ob_b9a4de_p1410579

ob_be6d99_p1410566

 

ob_ed710d_aigles-lachouquenapoleon-en-1814-de-he

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


12/03/2020
10 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 13 Irena

 

 

 

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 13, Irena

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Irena " :  ICI

 

 

 

 

 

 

 

LE KRACH BOURSIER DE 1929 ET LE JEUDI NOIR, LE PRIEURÉ DU SACRÉ-COEUR (Irena)

 

 

1/ LE KRACH BOURSIER DE 1929 ET LE JEUDI NOIR

 

Intervient à la Bourse de New-York, le le fameux "jeudi noir" du 24 octobre 1929 qui se prolonge jusqu'au mardi noir 29. Cette chute spectaculaire des valeurs boursières va provoquer l'une des plus grandes crises économiques mondiales connues dite de "la grande dépression" entraînant son lot de chômage, de pauvreté, de misère et de suicides de capitalistes, industriels et financiers ruinés.

 

Plus tard, l'ensemble du secteur boursier continuera de s'effondrer et il faudra attendre l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1941 pour que la situation économique et boursière se redresse.

 

Le krach est suyrvenu suite à l'extraordinnaire prospérité due à la croissance économique de l'Europe et des USA - ce qui est un paradoxe - durant les "années 20" avec des hausses de production industrielle de 50% et donc des cours en bourse de l'ordre de 18% pour un total de... 300%.

 

Ainsi, la spéculation boursière flairant de bonnes affaires a-t-elle bien vite rejoint puis dépassé la production, entraînant ipso facto un dépassement exagéré de la valeur réelle des profits par l'achat massif, mais à crédit, de titres, alors qu'à partir de 1929, la production -automobile notamment- commence à s'essoufler puis à reculer.

 

À mi-octobre, on assiste aux premières ventes massives de titres (mise en vente de 6.000.000 d'actions dès le mercredi 23 octobre -toujours, au titre de gains en bénéficies-, mais qui, conjuguées avec l'inquiétude du recul économique, se transforment bien vite en ventes paniquées et... faute d'acheteurs, entraînent l'effondrement des cours. Non seulement les spéculateurs aurons bien vite tout perdus, mais aussi les petits épargnants regagnant les cohortes de sinistrés ruinés.

 

En 1932, le revenu national américain chutera de 50% avec une perte de 41 milliards d'euros (équivalent dollars) et pas moins de 80.000 faillites !

 

 

 

 

2/ LE PRIEURÉ DU SACRÉ-COEUR correspond à une communauté monastique de seize Sœurs Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre vivant à la Basilique dans des locaux adjacents.

 

C'est une institutrice, Adèle GARNIER, lisant un article relatant la construction de la Basilique du Sacré-Coeur en 1898 qui, "entendant un appel divin", fonda une communauté religieuse "née pour la Basilique du Sacré-Coeur de Montmartre" érigée canoniquement par l'Église. Elle prononça ses voeux en 1901 et devint Mère Marie de Saint-Pierre.

 

 

 

Djia_1921_1929

 

Djia_oct_1929

 

32-Wall-street-crash-London-Herals-25-10-1929-kl

 

1929-black-tuesday

 

 

Crowd_outside_nyse

 

 

American_union_bank

 

 

1929-fullscreen

 

 

 

 

Les Bénédictines du Prieuré du Sacré-Coeur de Montmartre 

 

 

wsrs15-e98d0

 

wplaque-7d56d

 

 

 

wcommunaute-dfcdd

 

 

 

 

 


09/03/2020
13 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 12 Maharadjah

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 12, Maharadjah

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Maharadjah " : ICI 

 

 

 

 

 

 

 

 

- L'ORIENT-EXPRESS BLOQUÉ PAR LA NEIGE EN 1929 AVEC : René Lalique, Agatha Christie et " le crime de l'Orient-Express " , le Maharadjah aux 7 femmes, oeufs et loups (Maharadjah)

 

 

 

Le prestigieux train de luxe, l'Orient Express, surnommé " Le roi des trains, le train des rois " est ici au coeur de mon poème.

 

J'en avais déjà parlé au sujet de la fameuse voiture-restaurant n° 2419, construite en 1913 puis affectée au train du Maréchal Foch, qui entra dans l'histoire puisqu'y fut signée l'armistice de 1911 et hélas, plus tard, celle du 22 juin 1940 ; voir ICI

 

Ce train, construit en 1883 par la Compagnie Internationale des wagons-lits offrait aux nantis de voyager de Paris à Vienne et Venise, puis à partir de 1919 jusqu'à Constantinople (Istanbul). Mais il desservait aussi bien, sous des appellations différentes selon les tracés et les époques, d'autres villes et capitales européennes telles (dans le désordre) Paris, Athènes, Bucarest, Strasbourg, Ostende, Bruxelles, Munich, Budapest, Berlin, Lausanne, Milan, Sofia, Innsbruck, Zurich,  et même Amsterdam ou depuis Londres via Douvres ("La Flèche d'Or")...

 

Sa ligne se prolongea d'ailleurs vers Damas (Syrie), Bagdad (Iran) et même Le Caire (Égypte) en prenant le nom de "Taurus-Express".

 

 

Ainsi, du tout premier Paris/Vienne, il prit les noms d'Express d'Orient, d'Orient-Express, Ostende-Vienne-Orient-Express, Berlin-Budapest-Orient-Express, Simplon-Orient-Express, Ahlberg-Orient-Express, La Flèche d'Or...

 

 

Son lent déclin s'opéra à partir de 1948 suite à la dernière guerre, aux propres lignes du Bloc communiste des pays de l'Est avec des arrêts interminables aux frontières,  à la lenteur du convoi (environ 50 km/h), au coût de son fonctionnement et de sa maintenance, au prix des voyages, à la concurrence de l'aviation, etc. Après de nombreuses tentatives de reprise, remise en service, etc. ce train légendaire n'existe plus, du moins pas sous sa forme prestigieuse, mais sous un même vocable racheté par l'hôtellerie comme par exemple le Groupe Accor.

 

Le voyage était long, très long, s'étalant sur près de 3000 km entre Paris et Constantinople (Istanbul) que l'on reliait en 81,5 heures en 1883, soit plus de trois jours ! 

 

 

 

René LALIQUE (1860/1945), le fameux maître verrier français, créateur de bijoux, joaillier, décorateur, sculpteur et tailleur de verre se chargea en grande partie de sa décoration faite de panneaux de verre, d'appliques de cristal, de naïades lascives (voir mon poème) de lampes et vitrages du train, de bouquets de fleurs d'argent incrusté, tout comme il le fit également sur des paquebots (Le Normandie).

 

Ce maître de l'Art-Déco remplaçant l'Art -Nouveau, partagea ses talents avec Roger PROU, autre talentueux décorateur chargé notamment du mobilier avec des fauteuils club, du bar en acajou, de cloisons lambrissées de marqueterie loupe, de la voiture-restaurant nommée "le train bleu", etc.

 

Son talent et sa réputation étaient tels que la voiture-salon de "la Flèche d'Or" (l'Orient-Express provenant de Londres) portera le nom de "Voiture Lalique".

 

 

Agatha Christie et " le crime de l'Orient-Express " 

S'il est un roman policier que tout le monde connaît, du moins de renom, c'est bien celui là.

 

Agatha Christie qui, rêvant devant ce train légendaire en gare de Calais, finit par le prendre dès que ses moyens, avec la célébrité, le lui permirent... près de soixante fois ! La célèbre romancière y situera rois de ses romans. Elle y rencontra son mari avec lequel ils firent leur voyage de noces. De nombreuses personnalités et célébrités prirent ce train, dont Ernest Hemingway, Joseph Kessel, Mata-Hari, Marlène Dietrich, Léon Tolstoï, le roi Ferdinand de Bulgarie, Lawrence d'Arabie ou Joséphine Baker.

 

Laquelle Joséphine Baker, célèbre actrice de music-hall, fut victime d'un attentat ayant provoqué le déraillement du train en septembre 1931, chutant dans un ravin près de Budapest et faisant vingt morts. Elle prit part au sauvetage des passagers en véritable héroïne (N.B : j'avais hésité à situer mon poème sur cet accident). 

 

Elle y narre l'enquête menée par son policier fétiche, Hercule Poirot, dans ce train, suite au crime abominable commis contre un riche américain tué durant la nuit... Elle se fonde sur une affaire authentique qui avait défrayé la chronique aux États-Unis, celle de l'enlèvement de l'enfant de Charles Lindbergh, le célèbre aviateur, mais également sur un incident étant survenu à l'hiver 1929 au célèbre train...

 

Elle publia son fameux roman en 1934 après s'être inspirée d'un fait divers survenu à ce train (appelé le "Simplon-Orient-Express) en février 1929 suite à une tempête de neige l'ayant alors bloqué durant cinq jours près de Çerkezköy en Turquie. D'ailleurs, son roman débute avec Hercule Poirot, son héros, prenant le "Taurus Express" (voir ci-avant) ralliant Istanbul depuis la gare d'Alep en Syrie.

 

Deux films reprennent le roman d'Agatha Christie. L'un, britannique, que je vous recommande, sorti en 1974 avec Albert Finney dans le rôle d'Hercule Poirot, l'autre, américain, de 2017.

 

Et c'est cet incident que je place également dans mon poème...

 

 

Le Maharadjah aux 7 femmes, oeufs et loups

Bloqué pendant cinq jours par une température polaire de moins 25° atteignant moins 10° à l'intérieur du train, les passagers durent se résoudre à affronter cette situation plutôt... inconfortable ! 

 

L'un des passagers, Maharadjah de son état, acheta à prix d'or à ses voisines, leurs manteaux pour revêtir ses... sept femmes ! (Je n'ai pas résisté à placer cette anecdote dans mon poème qui y a trouvé son nom).

 

C'est ainsi qu'ils achetèrent également contre des bijoux des oeufs (!) et quelques volailles aux autochtones, certainement ravis de l'aubaine, avant qu'un train chasse-neige puisse les délivrer des congères de glace. Ils se mirent même en quête de chasser des loups (voir mon poème) servis au wagon-restaurant ! 

 

 

 

Aff_ciwl_orient_express4_jw.jpg



Orient-Express_1883-1914-3.png

 

 

Orient-Express_1919-1921-2.png

 

 

Orient-Express_1921-1939-2.png

 

 

Orientexpress1883.JPG

 

 

CIWL-Logo-bleu.jpg

 

 

Orient_Express_Buchs.jpg

 

 

 

Avec les décors de René Lalique...

 

_MRI1873 copie 02.jpg

 

orient-express-bar-1.jpg

 

orient express 4.jpg

 

lalique_orient_express_14.jpg

 

660.jpg

 

6JVTT8.jpg

 

871a969e5bc87c9fe96e455dfc6d8bca.jpg

 

La-voiture-lit-de-l-Orient-Express.jpg

 

orient express 1.jpg

 

WsM3vw.jpg

 

orient express 7.jpg

 

 

KfQNN7.jpg
 

 orient express 5.jpg

 

 Orient-Express_accor.jpg

 

 

WL_Menu_31_Mai1925_(c)_wagons-lits_diffusion_paris.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2020-02-12 à 18.04.07.png

 

 

Capture d’écran 2020-02-12 à 18.03.02.png

 

 

 

 


12/02/2020
14 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 11 Clarée

 

 

 

 Saison 6, Épisode 11, Clarée

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Clarée " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

- QUEYRAS ET LIBERTAIRES DU PIÉMONT, ÉMILIE CARLES ET LA VALLÉE DE LA CLARÉE (Clarée)

 

 

 

1/ QUEYRAS ET LIBERTAIRES DU PIÉMONT donnent le ton de ce nouvel épisode. En effet, je tente de faire passer eux Italie, via les hautes vallées du Queyras, mes deux protagonistes de la Romance de Laurine : Manuel et Nathan, mais bloqués par la neige (voir mon poème Clarée), ils renoncent à ce passage et bifurquent après Briançon vers la vallée de la Clarée, attendant de franchir ultérieurement le Col de Montgenèvre. Ils s'arrêtent donc à Val-des-Près...

 

 

À la fin des " années folles ", dix ans après 1919, on s'engage dans " les années difficiles " puis... la 2ème guerre mondiale, dix ans après 1929.

 

Tout commence avec le Krach boursier de Wall Street puis du Monde, en octobre 1929 (j'y reviendrai). Mais en fait, les "ingrédients" de la marmotte mondiale qui va bientôt exploser sont déjà réunis :

 

 

- L'U.R.S.S. depuis sa révolution de 1917 a remplacé la Russie, et les bolchéviques internationalisent leur mouvement avec des dissidences internes fortes, notamment entre Trotski et Staline.

 

 

- l'Allemagne ne connaît pas encore le nazisme, mais implose littéralement sous la crise et son endettement imposé après la 1ère guerre mondiale par le traité de Versailles, le chômage massif, la déliquescence des institutions politiques et l'hyperinflation du mark depuis 1923/1924 passant par exemple de 4,2 marks pour 1 dollar en 1914 à 42 marks en 1920, 420 marks en 1922 puis...

- 49 000 marks en janvier 1923

- 4 900 000 marks en août 1923

- 440 000 000 marks le 3 octobre 1923

- 42 000 000 000 marks le 22 octobre 1923

- 420 000 000 000 marks le 3 novembre 1923

- 4 200 000 000 000 marks le 20 novembre 1923 !

 

- l'Italie voit les ligues populistes d'extrême droite suivre le tout nouveau "Duce", Mussolini qui fait sa "marche sur Rome" en 1922 avec l'aide des squadristi paramilitaires.

 

De fait, communistes et anarchistes prennent de l'ampleur partout, tandis que les droites patriotiques se radicalisent...

 

Le Piémont italien (pour en revenir à mon poème), comme la Campanie voient des anarchistes italiens comme Errico Malatesta ou Luigi Galleani, aux doctrines libertaires héritées du Russe Bakounine, prendre de l'assurance, d'où (dans mon poème Clarée) l'attraction sur Manuel (révolté dans l'âme) et son nouvel adepte venant du Queyras, Nathan.

 

On se rend au Queyras (dont est issu Nathan dans mes poèmes) après Briançon (sans passer par Guillestre que l'on rejoint plutôt en venant de Gap au Sud) puis Cervières, le Col de l'Izoard et Arvieux, puis en bifurquant à l'Est vers l'une des 4 hautes vallées et vers les 8 villages dont Château-Ville-Vieille, Aiguilles, Abriès, Molines, Saint-Veran ou La-Monta (mon poème). 

 

 

 

 

2/ ÉMILIE CARLES (née ALLAIS) ET LA VALLÉE DE LA CLARÉE

 

C'était une Grande Dame, institutrice et écrivaine, née avec le siècle en 1900 à Val-des-Prés et décédée en 1979 dans sa même vallée de la Clarée.

 

Élevée avec ses 6 frères et soeurs dans une famille montagnarde vivant péniblement de l'agriculture pour un travail pénible, perdant sa mère foudroyée dans un champ quand elle a 5 ans, elle ne cesse d'étudier en sus des travaux de la ferme, y compris en se rendant à pied à Briançon (8 km), à force de courage et de volonté, pour devenir institutrice. Après des études poursuivies à Paris, elle enseignera dans sa chère vallée, mais aussi dans des hameaux reculés du Queyras.

 

Rencontrant lors d'un déplacement en 1927 son futur mari, Jean Carles, elle deviendra bien vite adepte de ses théories libertaires, pacifistes et de libre penseur. Il faut dire qu'elle avait été fort éprouvée par les drames consécutifs à la 1ère guerre.

 

En 1936, elle transforme sa ferme en gîte et avec son mari, accueillent des "camarades citadins" venant s'aérer et refaire le monde dans l'air pur de la montagne (et m'ayant inspiré l'accueil fait à Manuel et Nathan quelques années plus tôt dans mon poème Clarée).

 

Pendant la dernière guerre, Jean rejoignit le maquis. Plus près de nous, écologiste avant l'heure, elle milita activement contre l'implantation d'une autoroute dans sa vallée et obtint gain de cause.

 

Toute sa vie elle milita pour la paix, la tolérance et la fierté des traditions paysannes, mais son plus grand bonheur était d'enseigner...

 

Elle est connue du grand public par son livre autobiographique admirable :     " Une soupe aux herbes sauvages " paru en 1977 puis par le téléfilm réalisé sur elle avec Annie Girardot en 1997 qui tous deux, connurent un vif succès ; son livre fut tiré à plusieurs millions d'exemplaires.

 

Je ne puis que vous encourager vivement à vous les procurer, tant on découvre avec émotion la vie difficile "d'un autre temps" que menaient ces gens simples au XXè siècle, non loin de Briançon. Si vos pas vous conduisent dans cette région, allez arpenter la vallée de la Clarée dont la beauté admirable est restée authentique.

 

Il va sans dire que je lui dédie mon poème Clarée.

 

 

 

Le Queyras

 

carte_parc_queyras.jpg

 

 

 

 

 

La vallée de la Clarée depuis Briançon

 

Capture d’écran 2020-02-03 à 17.21.17.png

 

 

 

Briançon

 

 

vacances 1276.jpg

 

 

 

La Clarée

 

laclarA_c_e1.jpg

 

 

 

vacances 1394.jpg

 

 

 

Claree.jpg

 

 

IMG_0099.jpg

 

 

IMG_0208.jpg

 

 

 

 

Le livre 

 

Capture d’écran 2020-02-03 à 17.33.09.png

 

 

 

 

 

Le film

 

71wWaVNmlXL._AC_SY879_.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


03/02/2020
8 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 10 Jeux

 

 

 

 Saison 6, Épisode 10, Jeux

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Jeux " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- LES 1ers JEUX OLYMPIQUES D'HIVER À CHAMONIX (1924), LES J.O. DE PARIS EN 1924 AVEC : Le stade de Colombes, Johnny Weissmuller, Abrahams et Liddell - Les chariots de feu - l'Olympic-City, Pierre de Coubertin (Jeux).

 

 

 

1/LES 1ers JEUX OLYMPIQUES D'HIVER À CHAMONIX (1924) furent le résultat d'âpres négociations car ils risquaient notamment de porter préjudice aux fameux " Jeux Nordiques " réunissant la Scandinavie et la Finlande (1901/1926). 

 

Malgré tout, ces premiers Jeux organisés donc par le Comité International Olympique (C.I.O.) remportèrent un vif succès avec plus de 258 athlètes représentant 16 nations engagées dans 16 épreuves pour 6 sports distincts,  suivies par plus de 10.000 spectateurs.

 

Organisés durant 13 jours du 24 février au 5 mars 1924, ces jeux coûtèrent 3,5 millions de francs. Les sports retenus étaient le Bobsleigh, le Combiné nordique, le Curling, le Hockey sur glace, le Patinage artistique, le Patinage de vitesse, la "Patrouille militaire", le Saut à skis et le Ski de fond. La France se classa au 8ème rang pour une 9ème place avec 3 médailles de bronze contre 17 médailles dont 4 d'or pour la Norvège finissant 1ère. 

 

 

 

1924WOlympicPoster.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.33.35.png

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.40.10.png

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 14.23.26.png

 

 

 

 

la patinoire dite "Stade Olympique de Chamonix", la plus vaste du monde avec 36.000 m2

 

La_patinoire_de_Chamonix_en_1924_de_36000m2.jpg

 

 

 

 

 

le tremplin de saut à ski (79,40 m) près du glacier des Bossons

 

JO_hiver_1924_03.jpg

 

 

 

 

 

 

2/ LES J.O. DE PARIS EN 1924 AVEC : Le stade de Colombes, Johnny Weissmuller, Citius-Altius-Fortius, Abrahams et Liddell - Les chariots de feu - l'Olympic-City, Pierre de Coubertin (Jeux).

 

Ces Jeux sont la 8ème édition des Jeux Olympiques d'été, après ceux d'Athènes (1896), Paris (1900), St-Louis aux U.S.A. (1904), Londres (1908), Stockolm (1912), Berlin " Jeux annulés par la guerre" (1916) et Anvers (1920).

 

Ils se sont déroulés du 4 mai au 28 juillet 1924 (d'où le glissement printanier de mon poème...) et ont accueilli 3089 athlètes dont 135 femmes engagés dans 126 épreuves réparties sur 17 sports et représentant 44 pays (sauf l'Allemagne non invitée).

 

Avec 38 médailles dont 13 d'or, la France se classa au 3ème rang derrière les USA et la Finlande. Ce sont pas moins de 700 journalistes qui couvrirent l'évènement.

 

Bien que le stade Pershing puis le Parc des Princes étaient largement favoris pour l'installation du Stade Olympique, devant des problèmes de financement de la ville de Paris (déjà...), c'est finalement Colombes qui fut choisie en transformant l'ancien stade du Matin en nouveau stade d'une capacité de 45.000 places dont 20.000 assises en tribunes (d'où la resquille de mon poème...).

 

Il y avait naturellement d'autres installations sportives dans les diverses agglomérations de la région parisienne (Boulogne, Versailles, Meudon, Argenteuil, St-cloud, Bagatelle, Issy-les-Moulineaux...).

 

La piscine était celle des Tourelles (Paris 20è). Et le fameux nageur américain  Johnny Weissmuller (1904/1984) - voir mon poème - qui joua plus tard le rôle de Tarzan au cinéma (1932), y remporta 4 médailles dont 3 d'or et une de bronze !

 

Citius-Altius-Fortius est la devise des J.O.  

Elle signifie : Plus vite, Plus haut, Plus fort ! (Que j'ai ainsi repris dans mon poème).

 

Harold Abrahams (1899/1978) et Éric Liddell(1902/1945) étaient deux champions britanniques d'athlétisme portés ensuite à l'écran dans le fameux film de Hugh Hudson sorti en 1981 " Les chariots de feu " avec la musique somptueuse de Vangelis. Le film retrace leur aventure. Ces deux sprinters, étaient des champions rivaux, mais qui, du fait de leurs convictions religieuses marquées (juive pour Harold Abrahams et protestante- presbytérienne pour l'écossais Éric Liddell) ont rencontré des difficultés à concourir aux dates initialement fixées, incompatibles avec leurs religions.

 

Malgré ces péripéties Abrahams remporta l'or à la surprise générale sur le 100m en 10"6 et l'argent au relais 4x100m. Liddell s'octroya l'or au 400m et le bronze au 200m.

 

L'Olympic-City était le village Olympique attenant au site de Colombes pour la première fois dans l'histoire des Jeux qui, en sus de ses installations d'hébergement couvrant 22 hectares, disposait d'une multitude de baraques en bois proposant des boissons, café, restauration rapide, accessoires et divers souvenirs tenus par des centaines de commerçants et de forains (ainsi que mon poème l'expose avec Laurine). 

 

Est-il utile de présenter le Baron Pierre de Coubertin (1863/1937), humaniste et pédagogue, internationaliste et fondateur des Jeux Olympiques modernes, qui consacra sa vie à les restaurer dans l'esprit d'Athènes et des valeurs altruistes du sport ?  

 

Il milita pour la popularité de la gymnastique et de l'éducation physique. Mais il défendit toute la place qui revient à la compétition admettant donc une certaine violence physique ainsi qu'il le précisa : « Le sport, ce n’est pas l’exercice physique bon pour tous au point de vue de l’hygiène à condition d’être sage et modéré. Le sport est le plaisir des forts ou de ceux qui veulent le devenir physiquement et moralement. Il comporte donc la violence, l’excès, l’imprudence. Rien ne le tuerait plus sûrement que de le vouloir emprisonner dans une modération qui est contraire à son essence »

 

Quant sa Charte Olympique, elle affirme que : " le but de l’olympisme est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l’homme en vue de promouvoir une société pacifique soucieuse de préserver la dignité humaine », et que « l’esprit olympique exige la compréhension mutuelle, l’esprit d’amitié, de solidarité et de fair-play ».

 

Les Jeux de Paris-1924 virent son retrait de l'organisation du CIO qu'il avait fondé en 1894.

 

 

 

 

4RBUV5VRRIZAP2MOTJX5WXTRZM.jpg

 

 

Affiche_des_jeux_olympiques_de_Paris_de_1924.jpg

 

 

 

Capture d’écran 2020-01-27 à 15.33.29.png

 

 

 

Médaille Olympique :

 

Médaille_d'argent_JO_1924_–_Avers.jpg Médaille_d'argent_JO_1924_–_Revers.jpg



 

 

 

Stade Olympique de Colombes

 

 

Colombes-1.jpg

 

 

 

 

Passage_des_délégations_aux_JO_de_1924.jpg

 

 

 

Johnny Weissmuller âgé de 19 ans aux J.O.

 

Weissmuller.jpg

 

 

 

l'arrivée du 100m nage libre 

 

Arrivée_du_100_mètres_nage_libre_aux_JO_de_1924_(Weissmuller_ligne_4_son_second_ligne_5).jpg

 

 

 

 

et en Tarzan...

 

Tarzan_the_Ape_Man_(1932)_Trailer_-_Johnny_Weissmuller.jpg

 

 

 

 

Abrahams et Liddell

 

 

 2019-07-11-AbrahamsLiddell-thumbnail.jpg

 

 

 

 

L'Olympic City

 

XZXY65GAJRUCNQQFKJDFQHYYEQ.jpg

 

 

 

Arrivée d'Abrahams au 100m

 

2019-07-11-AbrahamsLiddell-inside-02.jpg

 

 

 

 

Pierre de Coubertin

 

Baron_Pierre_de_Coubertin.jpg

 

 

 

 

 


27/01/2020
12 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 9 Violon

 

 

 Saison 6, Épisode 9, Violon

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " violon " :  ICI

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- ARCHET, KIKI DE MONTPARNASSE AU "BAL NÈGRE", LE VIOLON D'INGRES DE MAN RAY (Violon)

 

 

1/ ARCHET. L'archet d'un violon est presque aussi difficile à réaliser que le violon lui-même, et son coût ne l'est pas moins !

 

On n'imagine pas en effet, le nombre de pièces et de gestes professionnels réalisés par des artisans très qualifiés qu'il faut pour en confectionner un.

On pense qu'un violon se vend avec son archet, non pas, sauf naturellement pour de simples violons de débutants, d'étude ou même vendus en grandes surfaces...

 

Un violon est l'oeuvre d'un luthier quand l'archet est celui d'un archetier. Les meilleurs sont encore fabriqués à Mirecourt (Vosges) dont la tradition remonte à plus de quatre siècles. Sachez qu'il existe à Mirecourt depuis 1970, une remarquable École Nationale de Lutherie formant des apprentis en trois ans.

 

Comme pour les violons dont les plus prestigieux furent conçus par des maîtres italiens tel Stradivarius, les archets ont également connu leur créateur de génie comme François-Xavier Tourte, ancien horloger,  surnommé le stradivarius de l'archet dont l'un d'entre-eux s'est vendu pour la somme astronomique de... 576.000€ !

 

De même, différents prix régissent l'achat d'archets de premier prix ou de qualité.

 

Ainsi pour les violons, on trouvera sur le marché des violons chinois à 60€ (contreplaqué, chevilles en plastique, vernis au pistolet...), des violons d'entrée de gamme jusqu'à 300€, des violons d'étude jusqu'à 800€ puis des violons d'étude supérieurs allant jusqu'à 2.000€, et des violons de concert atteignant 10.000€. Enfin, on trouve des violons de luthier neufs hauts de gamme jusqu'à 50.000€. Quant aux Stradivarius, tous recensés et désignés d'un nom, ils peuvent atteindre 20.000.000 de dollars US comme le Messie ou 15.900.000 USD comme le fameux Lady Blunt...

 

Les archets couvrent de la même façon la gamme de prix allant de 70€ à plus de 10.000€, 50.000€, mais à 300€, on a déjà un bel archet.

 

Pourquoi ces coûts élevés ? Tout simplement, et j'en viens à mon poème "Violon" parce qu'un archet se compose à la fois de crin de cheval et de bois rare.

 

Les meilleurs crins proviennent de régions très froides ou se trouvent de  petits chevaux mongols ou des étalons de Sibérie voire du Canada. Les mèches de crins (blanches pour le violon, foncées pour le violoncelle) se composent d'au moins 80 à 150 crins mesurant au moins 80 cm uniquement sur des étalons (plus robustes).

 

Quant au bois, la baguette doit être également équilibrée, souple et résistante, légère et nerveuse, faite de bois de Pernambouc ou d'amourette provenant du Brésil. On est donc très loin du crin synthétique ou de la baguette en bois ordinaire, mais il existe une alternative économique avec des archets en carbone.

 

 

une mèche de crins

 

Unknown.jpg

 

 

images.jpg  images 2.jpg

 

 

 

 

 

2/ KIKI DE MONTPARNASSE AU "BAL NÈGRE".

 

Kiki, de son vrai nom Alice Ernestine PRIN (1901/1953), fut sans conteste "l'artiste" des nuits de l'entre-deux guerres surnommée " la reine de Montparnasse ". Ses talents étaient multiples : modèle et muse (ayant posé nue pour de nombreux peintres et photographes), chanteuse, actrice de cinéma, danseuse, gérante de cabaret et même artiste peintre.

 

 

Après une enfance malheureuse et de grande misère, elle pose nue pour s'en sortir et, compte tenu de sa plastique irréprochable si bien assortie à ses multiples talents comme à son goût pour l'art, l'ancienne bonne à tout faire révoltée rencontre de nombreux artistes, tels Maurice Mendjizki, Chaïm Soutine, Moïse Kisling, Amedeo Modigliani ou Tsugouharu Foujita qui exposa son fameux "Nu couché à la toile de Jouy" créant l'évènement du Salon d'Automne de 1922.

 

 

Elle coupe ses cheveux court, en bol, se maquille les lèvres d'un rouge rubis et les yeux d'un noir ardent de khôl, lançant la mode...

 

 

Mais c'est avec Man Ray (1890/1976) - peintre, photographe, réalisateur de cinéma américain - dont elle deviendra la compagne en 1921 qu'elle verra son dos devenir célèbre. Elle posa également pour le célèbre photographe de nus parisiens : Julien Mandel (1872/1935).

 

 

Ces photographies de " Kiki de Montparnasse " (son nom de scène) sont magnifiques. Vous pouvez les voir en fin d'article publié par Wikipedia :

 

 

ICI

 

 

 

Elle finira sa vie dans la détresse, seule, victime de la boisson, allant jusqu'à peser 80 kg, à l'hôpital Laennec. Hemingway lui rendit un vibrant hommage : "Ernest Hemingway lui rend un brillant hommage :Elle chantait comme elle vivait, à l’instinct et à la classe, pas en lady mais en reine ! "

 

 

Quant au fameux " Bal nègre " se tenant dans une vaste salle au fond d'un bar tabac en 1924, puis rebaptisé le Bal Blomet (33, rue Blomet - Paris 15è), il s'agissait d'un cabaret antillais formant durant les années folles, un club de jazz très couru.

 

De très nombreux artistes en ont fait la réputation tels, en sus des déjà nommés : Joséphine Baker, Maurice chevalier, Ernest Hemingway, Scott Fitzgerald, Henri Miller, Jean Cocteau, Joan Miro, Jacques Prévert, Jean-Paul sartre, Boris via, Albert Camus et même, s'échappant d'une réception... le Prince de Galles !

 

 

 

 

KIKI de Montparnasse 1.jpg

 

 

 

Ces photographies de " Kiki de Montparnasse " (son nom de scène) sont magnifiques. Vous pouvez les voir en fin d'article publié par Wikipedia :

 

 

ICI

 

 

 

Foujita : " Nu couché à la toile de Jouy "

 

foujitacarrous.jpg

 

 

 

 

 

Le Bal Blomet

 

Bal_Nègre_-_Paris_(1).jpg

 

 

 

 

 

La Biguine au Bal nègre

 

 

 

 

 

 

 

3/ LE VIOLON D'INGRES DE MAN RAY est la célèbre photographie en noir et blanc du dos de Kiki de Montparnasse, prise en 1924, à laquelle son auteur, l'américain Man Ray rajouta deux ouïes de violon.

 

On l'appelle ainsi en référence au tableau d'Ingres " Le bain Turc ", mais surtout à l'expression "violon d'Ingres" en rapport avec la deuxième passion du peintre Ingres, pour le violon, sachant que pour Man Ray, les femmes constituaient don deuxième passe temps après la photographie...

 

 

courtesy-fondation-Marconi-milan-©-Man-Ray-Trust-Proliterris-Zurich.jpg

 

 

 

Ingres : " Le bain Turc "

 

Le_Bain_Turc_by_Jean_Auguste_Dominique_Ingres_from_C2RMF_retouched.jpg

 

Ernest Hemingway lui rend un brillant hommage : Elle chantait comme elle vivait, à l’instinct et à la

 

 

Tombe de Man Rayclasse, pas en lady mais en reine !

 

 

 

 

 Tombe de Man Ray

 

Man_Ray_-_Tombe_-_Cimetière_du_Montparnasse.jpg

 

 

 

 

 

 

 


21/01/2020
15 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 8 Merveilles

 

 

 

 Saison 6, Épisode 8, Merveilles

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Merveilles " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

- RADIOLA ET RADIOLO, HOWARD CARTER DÉCOUVRE LA TOMBE DE TOUTANKHAMON (Merveilles)

 

 

1/RADIOLA ET RADIOLO ou la naissance de la radio...

 

Oui, dès novembre 1922, la 1ère radio privée française dénommée "Radiola", voit le jour et émettra jusqu'en mars 1924, devenant alors "Radio-Paris" *

Cette radio faisait suite aux premiers essais de diffusion radiophonique depuis la  Tour-Eiffel en 1922 (Radio-Tour Eiffel").

 

* Vous savez, la fameuse Radio-Paris qui passera plus tard sous le contrôle de l'État qui la rachète à partir de 1933 pour être ensuite et durant la 2è guerre mondiale  réquisitionnée par les collaborateurs et les allemands. Rappelez-vous ce pan d'histoire où Pierre DAC (humoriste) contrant la propagande nazie, chantait sur Radio-Londres et sur l'air de la Cucaracha : " Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand ! "

 

Radiola donc, fut créée par l'ingénieur de la Téléphonie Sans Fil (la TSF) Émile Girardeau (1882/1970) fondateur de la CGF (Compagnie Générale de la téléphonie sans fil) ainsi que de la SFR (Société Française Radio-Électrique) qui fabriqua et vendit les récepteurs de même nom que la marque " Radiola ".

 

Dans mon poème, Laurine en achète un pour huit cents francs, une somme à l'époque !

 

Au début, l'objectif étant " de diffuser des émissions attrayantes et d'un caractère artistique élevé " (comme aujourd'hui, n'est-ce pas ;-), cette radio diffusa " en direct " des morceaux de musique classique joués par un petit orchestre symphonique bientôt rejoint par des chanteurs populaires.

 

À la différence de sa radio concurrente de la Tour Eiffel qui se contentait d'informations météorologiques, Radiola s'enquit rapidement les services d'un présentateur, à savoir Marcel Laporte mieux connu sous le pseudonyme de " Radiolo ".

 

Radiolo (1891/1971) présentait les programmes de musique classique et de chansons, animait des causeries diverses littéraires ou d'actualité voire même des fictions en sorte de feuilletons.

 

Il faisait toujours précéder ses interventions d'indications permettant aux auditeurs de bien réglet leur poste et antenne, ainsi :

" Tournez la manette de votre appareil Radiola lentement, dans le sens des aiguilles d'une montre, mais attention ! Si vous allez trop loin, vous entendrez un bruit infernal. Revenez alors très légèrement en arrière et votre récepteur sera réglé ".

 

Marcel Laporte deviendra ensuite le directeur adjoint de Radiola Radio-Paris jusqu'en 1926, puis après diverses activités radiophoniques, sera commentateur du " Journal de guerre " en 1939.

 

 

À noter qu'il fut la voix de... l'horloge parlante jusqu'en 1965 ! 

 

 

 

1922-PubPericaud.jpg Unknown3.jpg



Radio-concerts_Radiola-1924.jpg

 

 

 

images.jpg hp1933-1-5ef15-55fb4-2d6f3.jpg

 

 

 

Radiolo animant l'émission de musique en direct :

 

Unknown4.jpg Unknown.jpg

 

 

La voix de Marcel Laporte à l'horloge parlante (suivre ce lien) :

Horloge parlante

 

 

 

 

 

2/ HOWARD CARTER DÉCOUVRE LA TOMBE DE TOUTANKHAMON le 5 novembre 1922, mais elle ne sera officiellement ouverte en présence d'illustres personnalités et têtes couronnées que le 18 février 1923.

 

C'est une nouvelle incroyable qui fait la une, quasiment sous la forme d'un feuilleton, de toute la presse ravie de commenter cette découverte attendue de longue date auréolée de la part de mystère envoûtant qui l'accompagne et de son actualité mondaine.

 

En effet, la reine Élisabeth de Belgique se dispute la primeur de l'évènement avec les autorités Égyptiennes, et tout ce qui compte d'officiels, de savants, d'égyptologues, de gouvernants et de journalistes venant de partout !

 

Il faut dire qu'une véritable fascination pour l'Égypte ancienne s'était emparée de l'Europe dans le sillage des anglais Lord Carnarvon (le mécène ayant financé les fouilles de Carter) et Howard Carter (l'inventeur, découvreur, Égyptologue), et pas seulement,  des américains aussi sans oublier les Égyptiens jaloux de leurs prérogatives nationales. 

 

Howard Carter (1874/1939) est un archéologue britannique qui consacra sa vie à l'Égyptologie en fouillant divers tombeaux et temples funéraires notamment dans la Vallée des Rois, mais dont les ruines et restes avaient déjà été ouverts et pillés, dans la plupart des cas. Méticuleux, il reproduisit fidèlement bas-reliefs et inscriptions hiéroglyphiques en travaillant auprès d'archéologues réputés dont Gaston Maspero, professeur au Collège de France (une célèbre librairie porte son nom au Quartier Latin de Paris) qui le présentera plus tard au richissime mécène explorateur Lord Carnarvon.

 

On connait la suite et contrairement à Théodore Monroe Davis qui pense que la Vallée des Rois ne livrera plus aucun secret, Carter persiste dans sa quête de fouilles obtenant malgré la fin de la campagne de fouilles, l'obtention d'une année supplémentaire en 1922...

 

En effet, installant son nouveau chantier près du tombeau de Ramsès VI le 1er novembre 1922, il découvre alors les fondations de cabanes d'ouvriers ayant creusé la tombe de Ramsès VI. Il suppose de fait que le site est intact de fouilles contemporaines. Et c'est alors que le 4 novembre 1922 il met à jour la fameuse marche d'un escalier vite déblayé le 5 et débouchant sur la porte d'une nécropole royale portant sceau ! 

 

Malgré l'impatience que l'on devine, ne sachant pas encore de quel monarque il vient de mettre à jour son tombeau, il attendra l'arrivée de Lord Carnarvon et de sa fille Lady Evelyn pour aller plus loin. Au bas des marches apparaît enfin le sceau de Toutankhamon sur la porte, mais il trouve aussi des vases marqués du cartouche d'autres pharaons et surtout, des fragments indiquent que la tombe a été visitée autrefois.

 

Creusant plus avant, un long corridor de 10m conduit à une autre porte scellée qui semble avoir été bougée puis remise en place, mais durant l'antiquité. Y creusant un petit trou, suffisant pour y introduire une bougie, il regarde...

 

Puis répondant à Lord Carnarvon qui s'impatiente de plus belle, lui demandant ce qu'il voit, il répond seulement : " Je vois des merveilles "... (d'où le titre de mon poème). 

 

D'après ses notes personnelles, Carter dit avoir arrêté l'exploration le 28 novembre, le premier objet ne sortant que le 27 décembre 1922, avant que de reboucher la porte, attendant l'ouverture officielle du tombeau pour l'hiver 1923, le 16 février (comme dans mon poème). Mais il semble aujourd'hui admis qu'il y serait revenu " discrètement " au moins à deux, voire trois reprises...

 

Il faudra ensuite plus de 10 ans pour sortir et inventorier précisément les 5000 pièces extraites de la tombe avant que d'être ensuite entreposées provisoirement dans une tombe voisine où Carter installa son "atelier/bureau" puis expédiées vers un laboratoire et le Musée du Caire.

 

 

Howard Carter

 

Howard_Carter_1924.jpg



 

L'emplacement du tombeau dans la Vallée des Rois

 

Luxor_Tal_der_Könige_(1995_860x605).jpg

 

16925073.jpg

 

 

 

Howard Carter et Lord Carnarvon

 

17014817.jpg

 

native2.jpg

 

 

 

La Reine Élisabeth de Belgique

 

native3.jpg

 

 

Egypt.KV62.01.jpg

 

 

cover-r4x3w1000-5c8b074e029c2-howard-carter-et-un-ouvrier-egyptien-anonyme-se-penchent

 

 

 

 

Photos personnelles tirées de l'exposition Toutankhamon de Paris en 2019

 

 

IMG_4164

 

 

IMG_4147.jpeg

 

 

 


12/01/2020
17 Poster un commentaire

Lexique Saison 6 Episode 7 Folies

 

 

 

 

 Saison 6, Épisode 7, Folies

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Folies " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

- LE LUNA PARK DE PARIS (Folies)

 

Situé Porte Maillot à l'emplacement de l'actuel Palais des congrès (...), il était avant l'heure un parc d'attraction digne de Disney, d'Astérix, de la fête des Loges, etc.

 

Tout ce que Paris, sa banlieue et davantage, comptait de gens du peuple, mais aussi de bourgeois ou dans un autre ordre d'idées de midinettes et de larrons, s'y pressait dans un souci partagé d'émotions fortes, de bon temps à passer et de conquêtes à épater ! 

 

Il se tint de 1909 à 1948, remplaçant le "Columbia" inauguré à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900 qui, avec sa salle de 6000 places, offrait des spectacles de représentation grandiose et burlesque avec plus de 1500 acteurs ! 

 

Le Luna Park proposait des manèges incroyables pour l'époque et toujours en vogue aujourd'hui sous un aspect plus moderne il est vrai, mais répondant aux mêmes recettes de " joie communicative, frayeurs, rires, excitation, vertige, émotions, flirt, peur incontrôlée, etc.".

 

Cette fête foraine se tenait ouverte de 1h de l'après-midi à minuit, pour 1 franc.

 

Notons parmi ses manèges inspirés du parc d'attraction américain de Coney Island, des noms bien inspirés comme :

son "Scenic Railway", ses "Montagnes russes", sa "Water chute", ses "Diabolic wheels", sa "Crypte des pharaons", sa "Roulette humaine", sa "Rivière souterraine", ses "Cavernes fantastiques", son "Manoir de Tohu Bohu", son "Chatouilleur", son "Voyage dans la lune" ou son "Palais des folies" de fait un bal/dancing (d'où le titre de mon poème)...

 

Les photos ci-après en disent suffisamment long pour se passer de commentaires ! Disons seulement que certaines attractions permettaient d'entrevoir les dessous de ces dames grâce à la force centrifuge de "La roulette humaine" ou du jet d'air comprimé provenant du sol installé en sortie du "Voyage dans la lune" portant si bien son nom qu'on disait certaines aguicheuses l'exploiter sans... culotte !

 

 

 


Vidéo en photos montage :

 

 

 



Luna_gare_maillotxhost2049.jpg

 


Luna_Park_Paris_1923.jpg


Luna_waterchute2.jpg


Luna_xhost2008.jpg


Luna_xhost2014.jpg


Luna_xhost2015.jpg



Luna-park-1930-BD.jpg

 

0_91fab_4de27234_XL.jpg

 

lunapark2.png




Paris-Luna-Park-roues-diaboliques-1.jpg


Paris-Luna-Park-roullette-humaine.jpg



 


03/01/2020
12 Poster un commentaire