La palette de Pierre

La palette de Pierre

SAISON 3 "Maureen"


La noce

 

Pierre-Auguste_Renoir_Le_Moulin_de_la_Galette.jpg

 

 

Pierre-Auguste RENOIR " Bal du Moulin de la Galette " 

 

 

 

 

Accordéon-Musette " les fiancés d'Auvergne "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 Ainsi se termine la SAISON 3 " Maureen " de la Romance de Laurine.  Après une pause, la SAISON 4 " Mademoiselle", constituée de 11 épisodes, sera publiée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La noce

 

 

 

 

C’est au Moulin que tourne l’anneau des époux.

Ils se sont engagés, Maureen et Pierre-Auguste,

Profitant des vendanges non pas de Capoue,

Mais d’ici sur Montmartre en nectar qu’ils dégustent.

 

Le peintre se souvient de sa toile d’alors

Croquant de « La Galette » en tourbillons de bal.

Le ciel avait déteint d’azur qui semble éclore

Sur des mésanges bleues en flonflons qui s’emballent.

 

Aujourd’hui les noceurs ont troqué leur façon,

Laissant le canari des canotiers de paille.

Invitant les rouquines au son du basson,

Ils se sont faits mondains le temps de ces ripailles.

 

Les tables sont dorées des récoltes d’amour

Des meules de passion des peintres et poètes.

Ils moquent le fléau des bourgeois sans humour,

Sifflant sous la tonnelle et chantant à tue-tête.

 

Les ailes du bonheur brassent les tourtereaux,

Convives et mariés, sans oublier Laurine

Que vient de décoiffer le vol d’un passereau

Soulignant l’arc-en-ciel frôlant la ballerine.

 

La giboulée tantôt vient mouiller le miroir

Des baigneuses honnies d’un public imbécile,

Mais d’un fougueux baiser, Maureen tait la mémoire

Du méchant souvenir des critiques séniles.

 

Les toilettes se gonflent sous l’effet du vent,

De la danse et du vin, des galants en goguette,

Et les cigares s’enflent brunissant l’auvent

De la place à la mode en si jolie guinguette.

 

N’en déplaise aux commères même les mendiants

Festoient d’aussi bon cœur près des enfants qui courent,

Que du curé surpris des chants des étudiants,

Alors que chacun rit quand ils leur font la cour !

 

Ah que la fête est belle en peignant l’impression

De valser en automne au printemps des palettes,

De s’enivrer coquins, de corsets sous pression,

De se gaver enfin, de désir sans galettes.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


31/03/2019
13 Poster un commentaire

La blanchisseuse

 

Get_lautrec_1889_the_laundress.jpg

 

Henri de Toulouse-Lautrec " La Blanchisseuse "

 

 

 

 

 

" Un jour mon prince viendra... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

La blanchisseuse

 

 

 

 

Poussant comme un trophée sa brouette au lavoir,

Elle chante en passant à portée de Laurine,

Lui prenant ses tenues de finesse d’ivoire,

Car elle est réputée, la rousse Victorine.

 

Elle a fait son chemin, ne se contentant plus

D’éclabousser son corps en trimant sans méninges.

Et c’est en se traînant un soir qu’il avait plu

Que Jean la fit asseoir en déposant son linge.

 

Laurine l’accueillit, lui réchauffa le cœur,

Puis en la consolant, lui offrit d’autres tâches.

Séchant la lavandière honteuse quis’écoeure,

La voici qui s’émeut, la berce et se l’attache.

 

Ne couchant plus les draps, mais caressant l’exploit

De laver des dessous de finesse brodée,

Elle rince son sort en ce nouvel emploi,

Délaissant le chiendent de l’enfance érodée.

 

— Par le linge au cuvier, je vivais en enfer,

 Rincé dans le lavoir, c’était mon purgatoire,

Séché dans la prairie, paradis m’est offert…

 

— Oui, chante Victorine et jette ton battoir !

 

Henri lui a souri quand il avait chuté

Sur l’un de ces savons glissant comme à Marseille,

Et qu’en se redressant sa cane avait buté

Troussant la blanchisseuse en froufrous qui sommeillent.

 

Depuis ils se sont vus en lavant leur vertu

Dix-neuf rue Pierre Fontaine en onde qui s’égoutte

Sans épancher le jeu de leur bonheur vêtu

D’eau fraîche et de fusains, d’alcool en goutte-à-goutte.

 

 Heureuse elle détache en cendres son oubli

De la crasse des buées comme autant de lessives

Et pose sa candeur pour son peintre établi

Au rythme du cancan d’affiches transgressives.

 

Ses cheveux qu’il essore en autant de dessins

Déteignent sur la toile en coloration rousse.

Étendue, dévêtue, mais pudique à dessein,

Victorine l’enflamme comme un feu de brousse.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 

 


26/03/2019
12 Poster un commentaire

La Grenouillère

 

Renoir11.jpg

 

 

 

 

Polka : " Perles de cristal " Accordéon

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grenouillère

 

 

 

 

Et la barque s’agite en autant de reflets

Que les peintres en joie tourmentent de leurs rames…

Une branche trop basse en veine de soufflet

Manque de renverser notre dimanche en drame.

 

Ah, comme ils s’accordent, ces deux Maîtres gredins

Pour mouiller ma toilette à l’eau de leur détrempe,

Et comme ils s’y entendent mes preux citadins

À chalouper le temps, en pause d’une crampe !

 

L’île de la Chaussée m’inonde de soleil

Si loin de mon Irlande en manque coutumière.

Juin darde ses passions telle une nuée d’abeilles

Me butinant, Maureen, au miel de la lumière.

 

On accoste discrets sous d’amples frondaisons.

Claude taille des joncs pour sécher ma tunique,

 Ma jupe et mon corset, mes dessous de saison…

Auguste a déplié son chevalet unique.

 

Je frissonne d’aimer les couleurs fredonner

La gamme des pigments débusquant sur la mousse

Ma pudeur chavirée par cette randonnée

Feinte d’imaginer mon empreinte de rousse.

 

 Cela faisait vingt ans qu’ils n’y étaient venus

Mes deux peintres gourmands de la Seine en quenouille,

Filant mes vêtements, me laissant toute nue

Entre scène et bosquet, nacrée qui s’agenouille.

 

Les toiles enroulées dans de vertueux fourreaux

Ne livreront mes reins à cette « Grenouillère » 

Grouillant de vieux fripons, de gredins sans bourreaux,

De filous et mendiants portant leur genouillère.

 

La cohue bousculée, nous en séchons le bain,

Nous plongeant dans le bal  aux filles fort jolies

Naïves ou cambrées, sans larbins ni bambins,

Vrillant du canotier les messieurs trop polis. 

 

Puis à l’heure impalpable entre absinthe et rosé

Sautant dans la polka, délaissant les avances

Je m’enivre de vie, me teintant de rosée,

Et m’en reviens nager dans ce bain de jouvence. 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


23/03/2019
12 Poster un commentaire

Glisse

 

XVM91875d9a-bd44-11e6-8c31-c67b03384e25.jpg

 

 

" Les patineurs " Valse opus 183 de Émile Waldteufel

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 Je vous invite également, non seulement à visiter mon LEXIQUE qui évoque cette mode de la glisse à la Belle Époque, mais aussi et surtout à vous rendre sur l'article de mon amie Françoise  :  " LE SKATING " ( Lien ICI ).
C'est d'ailleurs, à partir de son article fort bien documenté, que l'idée me vint de rajouter ce poème " Glisse " à la Romance de Laurine. Je le lui dédie bien volontiers. Pierre

 

 

 

 

 

 

 

Glisse

 

 

 

 

Le gel, de son haleine a vitrifié les bois,

Recueillant de Boulogne ou Vincennes la glisse.

De joyeux patineurs ont remplacé les oies,

Et les plumes des belles coiffent leurs pelisses.

 

La mode est au patin délaissant les canots.

Filant, tourbillonnant, chacun chausse bottines,

La glace s’y mirant autant sur les canaux,

Les étangs ou les lacs que l’amour n’y patine.

 

Mais en ce siècle ouvert à l’aune du progrès,

Les cristaux naturels n’étant que provisoires,

S’ouvrent de fiers palais parquetés sans regret

Laissant y dérouler une empreinte illusoire.

 

Ils ont si fière allure en patins de métal

Ces messieurs accrochés au bras des élégantes

Dépassant aériens, d’un vigoureux mental,

Les débutants arqués aux traces zigzagantes.

 

Préférant aux roulettes, leurs lames d’acier

José, Maureen et Jean s’amusent de Laurine

Pâle comme un flocon du pays des glaciers

Les regardant vriller comme des figurines.

 

Le Palais de la Glace en coiffe de melon

Tourne près du Rond-Point des Champs pris de gelées

Offrant aux patineurs sans l’ombre d’un grêlon

Une piste courbée, sublime et nivelée

 

Oh, ce sont les violons dont l’archet vient glisser

Qui donnent le signal de l’allure en cadence !

Et les robes au vent font valser leur plissé

Virevoltant d’emblée dans la vague qui danse.

 

Tout à coup l’on s’écarte, encourageant Axel.

L’illustre patineur engage une pirouette

Puis se lance et déroule en maître que n’excelle

Le saut qu’il inventa, glorifiant sa silhouette.

 

La piste reprenant ses droits sous les vivats,

Le chocolat bouillant enlève nos joliesses

Et redonne à Laurine un rire de diva

Partageant les refrains du grand orchestre en liesse.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 


19/03/2019
18 Poster un commentaire

Vapeurs

 

Monet-le-Train-dans-la-neige.jpg

 

 

 

"L'Arlésienne" Georges Bizet

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

Vapeurs

 

 

 

 

Le froid s’est installé vitrifiant le chantier.

Des cristaux de verglas sur des marbres fendus

Témoignent de l’assaut de l’hiver tout entier

Et des sillons de glace luisent pourfendus.

 

Des ombres clouent les fers des chevaux affolés,

Portent des canadiennes et des chaufferettes,

Se coiffent de bonnets de loutres immolées,

Chaussent bottes fourrées d’allure peu discrète.

 

Mais ils ont décidé, Pierre-Auguste et Maureen

De visiter Monet, fière locomotive

Entraînant l’impression que rien ne les chagrine,

Ni la toile du gel, ni congères fautives.

 

« Saint-Lazare » enfumée de tourbillons neigeux

Couvre leur équipée du manteau des Carpates

Ou de Michel Strogoff… De quoi se prendre au jeu !

La voie de Bougival n’est guère un quai d’épate.

 

Laurine a préféré la tiédeur du logis,

La chaleur du fournil aux morsures du givre.

Enveloppée d’amour, faisant l’apologie

De José qui pétrit dans la maie ses vingt livres.

 

Hier ils se sont surpris dans un tendre baiser

Recouvert de farine en bonheur impalpable…

 Ils se sont embrassés dans un souffle apaisé

Prolongeant leur étreinte en un songe coupable.

 

Dispersant le ballast, soufflant contre le vent,

Le monstre de vapeur s’enlise en fin de gare.

Monet qui les attend les précède devant

Ce train qu’il a repeint quand frisait son regard.

 

Sur les coteaux d’en haut par les champs et vergers,

Les voici qui s’ébrouent des flocons en tornades

Et souriant à Maureen qui s’en vient d’émerger,

La défient de poser nue sur la promenade !

 

Mais c’est plus sagement qu’à l’atelier, rendus,

Plongeant dans la vapeur du logis aux chimères,

Que nos amis raniment un « carton » pendu

Se boursouflant ravi de ses couleurs primaires.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 


16/03/2019
14 Poster un commentaire

Festin

 

El_festin_de_Babette_fotograma.jpg

 

 

 

 

 

Brahms : Hungarian dance in G minor 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Festin

 

 

 

 

C’est au « Café Anglais » dans un luxueux salon

Que Paul a retenu douze couverts de rêve.

Troquant deux, trois tableaux contre l’or des poêlons

Il convie les amis d’Auguste qui s’élève.

 

 Il n’a pas lésiné, le marchand si brillant,

Émerveillant José, Maureen et son Auguste,

Deux parents Londoniens, sa femme et ses brillants,

Laurine et Maître Jean, trois peintres qui s’incrustent.

 

Leur mise incomparable en la soirée de veille

Polit l’argenterie, le cristal de Bohème,

Le Limoges doré, les louches de vermeil,

Dignes du Nouvel An, des êtres que l’on aime.

 

La soupe de tortue pour baigner le palais

Vient s’échouer lentement aux coraux des agapes.

Les blinis Demidoff des tsars en leurs palais

Sabrent le noir caviar par la vodka qui frappe.

 

Et la truffe s’invite au fondant du foie gras

Ceinturant l’horizon de caille en sarcophage

Ayant bu son cognac. Ô volatile ingrat !

S’en viennent les endives noyées d’élevage. 

 

Les semailles annoncent les pays de lait :

Maroilles et Munster supplient le Saint-Nectaire

D’épargner les gourmets en ce « Café Anglais ».

La Lorraine de Jeanne en Tomme est fort sectaire !

 

Livrant les fruits confits de la chasse au trésor,

La corsaire « Babette » encense les Antilles,

Et son Baba au rhum enfume les Windsor

Embrochés d’ananas pointant des écoutilles.

 

Au rythme des tortues, c’est l’Amontillado

Qui donne aux broches d’ambre un pic aromatique.

Et la Veuve Clicquot (1860) déborde de cadeaux

Pour l’impérial caviar, en bulles chromatiques.

 

Le cru de Clos Vougeot (1845) sublime les momies

Réchauffant le dépôt que libèrent les cailles.

Cigares et liqueurs qu’escortent des commis

Soudent le Nouvel An (1890) de vœux que rien n’écaille.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 


13/03/2019
14 Poster un commentaire

Brouillards

 

 brouillards.jpg

 

 

 

 

"Sur les vagues" Orgue de barbarie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 chateau brouillards 1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Brouillards

 

 

 

 

 

Les brouillards de l’automne ont desséché les pleurs

Que la poudre de pierre a broyés de poussière.

L’orgue de barbarie fleurit peine et douleurs

Des passants prisonniers de l’affreuse glacière.

 

 Le silence d’hiver laisse place au refrain

Que les marchands de rues colportent dans l’errance.

Manuel s’est rétabli, mais perdant son entrain

Repart avec Pablo brossant l’intolérance.

 

 La douceur infinie d’Auguste pour Maureen

L’a conduite au « Château des brouillards » qu’elle caresse.

Cette ancienne « folie » fut un temps orpheline

Et son approche ouverte en fit mauvaise presse.

 

Le parc s’est emmuré tandis que les corbeaux

Fondent sur des pigeons piégés sous des ramilles.

La « Fontaine du But » aux vapeurs de flambeaux

Brûle du souvenir des anciennes familles.

 

Les cuisines résonnent d’un individu

Qui s’annonce parfois s’enivrant de sa gouaille.

Oui, « Bibi la purée » cet ivrogne assidu,

Compagnon de Verlaine, hypnotise ses ouailles !

 

Le château s’est épris de l’ardente Maureen

Dont les poses lascives frisent la paresse.

Calant, l’une son corps, l’autre les fleurs du Spleen,

L’atelier s’enhardit de l’éclat d’Antarès.

 

La cheminée s’enflamme à l’assaut des frimas

Réchauffant les tapis et blanches cantonnières.  

Le bureau laisse fondre la craie qui grima

Le vilain buste antique d’une garçonnière.

 

Depuis qu’elle a quitté l’envers du paravent

Maureen étanche l’œil de la courbe palette.

Le carmin d’acajou vibre en son corps bravant

L’assaut de ces pinceaux dont le manège halète.

 

Auguste a ressenti que le temps des brouillards

Blanchis sous les gelées, garderait son modèle.

Il se fait l’impression d’être un jeune pillard

Des parfums colorés de sa muse fidèle.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 


11/03/2019
12 Poster un commentaire

La bombe

 

 

 

bombe.jpg

 

 

 

 

Musique du film "Le Parrain"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".  Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bombe

 

 

 

 

Une déflagration d’un noir assourdissant

Porte soudain l’écho de la mort des palombes 

Avant de se briser en débris bondissants

Puis en silence odieux recouvrant la colombe.

 

Alors, comme un essaim d’abeilles renversé

Les hommes suffoqués s’affolent sous la poudre.

 Leur peau gratte le sol de douleur traversée

Se mêlant au porphyre en la pourpre de foudre. 

 

Déversant la nouvelle en vagues de chagrin,

L’ouvrier du faubourg lève le poing aux nues.

Il tempête son deuil dans l’orage sans grain

Et clame son effroi plus bas que l’avenue. 

 

Mais il se dit déjà que cette bombe-là 

Fume de Ravachol, le sinistre anarchiste.

Brisant le blanc chantier d’un brûlot qui roula

La machine infernale a déteint sur le schiste.

 

Comme sur les falaises guettant leurs marins

Ou par-dessus les puits des mines diaboliques,

Les femmes déjà veuves sondent le terrain.

L’innocence succombe au crime symbolique !

 

Dans un coin, recueillis par de vaillants maçons

Des blessés assoiffés sortent de la bourrasque

Tandis que le tocsin rappelle sans façon

Sapeurs ou sauveteurs et soldats portant casque.

 

Pablo n’y était pas ni Laurine non plus ;

Avec Maureen et Jean, se sont rués sur la Butte.

Ils ont trouvé Manuel meurtri sur un talus.

Faible il leur a souri se crispant dans sa lutte.

 

On le porte conscient au nouvel hôpital.

Il délire bientôt avant Lariboisière.

Maureen court le rejoindre, le veille et puis l’installe.

José vient de surgir crachant de la poussière.

 

Ses compagnons sont morts, figés d’éternité,

Dormant du grand voyage ouvert au crépuscule.

Éperdu dans un cri manquant d’humanité,

Il enserre Laurine en la lueur qui bascule. 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 


07/03/2019
17 Poster un commentaire