La palette de Pierre

La palette de Pierre

Verrière

James Abbott McNeill Whistler - Symphony in White No 1 The White Girl 1862  - (MeisterDrucke-125769)

 

 

 

 

James Abbott McNeill Whistler (1834/1903) « la fille blanche »

ou « La white Lady » ou « Symphonie en blanc »

 

 

 

 

 

Valse n° 15 opus 39, de Johannes BRAHMS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 6, Episode 1, Verrière

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

 Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Verrière

 

 

 

 

L’éclat de l’arc-en-ciel fait frissonner le thé

Qui fume en diffusant ses faiblesses câlines

À l’aplomb du désir en fragrances d’été,

Goûtant le concerto des tasses cristallines.

 

 

L’incroyable atelier teint de verre et de fer1

Prend enfin son essor de volière opaline,

Inaugurant d’audace un lieu qui n’indiffère,

Se moulant dans les verts d’un décor tourmaline.

 

 

Les ombres font le jeu de chatoyants motifs

Dessinant le pourtour du marbre2 sous les nappes

Et colorent de miel le goûter émotif

Qu’Anne a confectionné pour son ultime étape.

 

 

À ses nouveaux amis elle offre le climat

De la lady paisible en robe toute blanche3,

Laissant à ses vitraux que nul ne réprima,

Le soin de colorer son buste et puis ses hanches.

 

 

Son esprit trépidant contraste avec son cœur

Qui se fige souvent, de vapeurs chancelantes,

Quand Antonin l’approche au tourbillon vainqueur

De l’amour innocent qui fascine et s’implante.

 

 

 Et la verrière bout des feux de l’atelier,

Des jupons crinoline et postures exquises,

Des voilettes qui nagent comme un batelier

Pressé par l’autre rive aux promesses acquises.

 

 

Cédant au brouhaha qui s’invite au talent

De ce Victor Hugo livrant ses Misérables4,

Dont Jean vient de brandir l’ouvrage détalant

Entre des mains pressant ce livre vénérable,

 

 

Antonin s’est glissé près du siège d’osier,

Laissant flâner son cœur par un baiser sensible

Sur la nuque attendrie cachée par un rosier,

D’Anne tétanisée par son geste ostensible.

 

 

Un murmure de soie rebondit en saveur

D’un baiser plus gourmand offert à la guerrière

Aux lèvres moins farouches goûtant la ferveur

Du firmament bruissant au front de la verrière.

 

 

 

 

 

 

1 J’ai souhaité faire allusion à l’incroyable construction voulue par le Prince Albert (1819/1861), mari de la reine Victoria, dressée au Hyde Park de Londres pour l’exposition universelle de 1851 et surnommée « le Crystal Palace » (N.B. voir mon lexique correspondant : ICI et mon autre poème « l’Adieu »). En effet, le Cristal Palace était entièrement bâti de piliers de fonte élancés supportant des voûtes de parois de verre à la manière des nervures d’une feuille...

 

2 Le « marbre » ici fait référence à la table d’atelier d’un souffleur de verre (comme Antonin).

 

3 Je fais référence à l’œuvre du peintre James Abbott McNeill Whistler (1834/1903) « la fille blanche » ou « La white Lady » ou « Symphonie en blanc » réalisée en 1861/1862 qui, après avoir été rejetée par l’Académie Royale de Londres comme au Salon de Paris, fit scandale au « Salon des refusés » à sa présentation en 1863, tout comme au même salon, Édouard Manet avec son célèbre « Déjeuner sur l’herbe » ...

 

4 Cette grande fresque épique et romantique de Victor Hugo « Les misérables » fut publiée en mars 1862 (pour les deux premiers tomes, les trois autres suivant la même année), mais Victor Hugo avait depuis longtemps songé à ce roman tout à la fois réaliste, politique et social depuis au moins 1845, date où il logea dans une auberge de Montfermeil en se rendant à Chelles (actuellement en Seine-et-Marne). Montfermeil qui lui inspira la fameuse scène de Cosette allant chercher de l’eau à la source du bois pour la porter dans l’auberge des Thénardiers... La sortie du livre que l’on s’arracha fut tout à la fois un immense succès populaire et une démonstration négative de critiques littéraires déchaînés et d’auteurs tels Flaubert, Lamartine, Barbey d’Aurevilly, Louis-Gaston de Ségur, Baudelaire ou... les Goncourt ! Comme quoi !

 

 

 

Pierre Barjonet

Avril 2022

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



11/10/2022
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres