La palette de Pierre

La palette de Pierre

Clarée

 

IMG_6403

 

" Crépuscule Alpin "

Huile sur toile 20P Janvier 2020 Pierre Barjonet

Lien vers l'original : ICI

 

 

 

 

" Bella Ciao " par Yves Montand

N.B : Cette chanson remise à la mode par une série TV récente...

 

est en fait un chant patriotique italien de partisans engagés contre les allemands durant la seconde guerre mondiale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) :  Lexique Saison 6 Episode 11 Clarée

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

Je dédie ce poème à Émilie Carles, en hommage à l'institutrice courageuse éprise de paix, de tolérance et de fierté pour les traditions paysannes. 

 

 

 

 

 

 

Clarée

 

 

 

 

Valentine est songeuse en revoyant Nathan

Fuyant pour le Queyras, ivre de ses montagnes,

S’accrochant à Manuel, s’agrippant, se hâtant,

Ployant sous le fardeau d’un Monde sans castagne.

 

 

C’est qu’ils l’ont cogité leur circuit transalpin

Rejoignant au Piémont des copains libertaires,

Portant livres reliés par l’espoir cisalpin

De vivre enfin sans Dieux ni maîtres sur la terre.

 

 

Laurine est affolée, José fort dépité.

À force de trinquer en furieux camarades

Ces deux-là finiraient par faire crépiter

La poudre du destin qui s’enflamme et parade.

 

 

Mais la neige a bloqué les cols de Briançon,

Et les voici longeant la Clarée vers Nevache,

Délaissant La-Monta, puis taisant leurs chansons

A l’approche d’un bourg, Val-des-Près et ses vaches.

 

 

Le pinceau de la nuit surgissant des sommets

Déteint dans la vallée givrant d’ombre les hommes,

Mais la cloche d’école est la lueur qui promet

Aux passants sans logis du pain puis de la tomme.

 

 

Émilie les a vus courbés, échevelés,

Interrompant sa classe en grattant la fenêtre,

Puis les a précédés au chemin nivelé

Jusqu’à son corps de ferme en l’étable au bien-être.

 

 

 Ils se sont réchauffés de ce don d’amitié,

De la simplicité d’une soupe frugale

Et se sont étonnés que leurs inimitiés

S’accordent contre ceux d’un régime inégal.

 

 

Mademoiselle a dit sa vallée, son ardeur,

Le regain du labeur épuisé par la guerre,

Son enfance assombrie de mort et de laideur,

Puis a conté Paris et ses âmes vulgaires.

 

 

Alors ils sont restés s’essayant à trimer

En partageant sa foi pour l’école laïque,

Barricadant l’espoir d’univers non brimé

En tapissant leur vie d’azur en mosaïque.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Janvier 2020

 

à suivre.jpg

 



03/02/2020
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres