La palette de Pierre

La palette de Pierre

Violon

 

courtesy-fondation-Marconi-milan-©-Man-Ray-Trust-Proliterris-Zurich

 

 

 

"April in Paris" Black Jazz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) : Lexique Saison 6 Episode 9 Violon

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Violon

 

 

 

 

 

L’archet de Valentine aime les vibrations

Portant l’écho mongol des crinières des steppes

Crissant au vent cinglant ses élucubrations

Couvrant le récital des bourdons et des guêpes.

 

 

Rejoignant les soirées d’un cabaret de jazz,

Elle arme son violon bravant les clarinettes,

Trombones et saxos s’accordant tant qu’on jase

Sur son amie « Kiki », la reine des minettes.

 

 

« La sculpture est un art qui se joue de concert

Avec celui des corps déhanchant la biguine »,  

Souligne Valentine aux danseurs qu’annoncèrent

Trompettes et clameurs en fanfare sanguine !

 

 

Soudain la piste laisse à kiki les tiroirs

Des nuits de Montparnasse en livrée de bravades

Terrassant en œillades le tain des miroirs,

 De l’anse coloniale aux allures de rade.

 

 

S’ouvrant d’un paravent bruissant d’inclinaison

Pour ces fleurs de pavot, de liqueur ou d’absinthe,

L’actrice sort du bois, goûtant aux fenaisons

Des herbes élancées parfumées de jacinthes.

 

 

La Reine du « Bal nègre » envoûte son public

Enivré du parfum des photos à scandale

Déshabillant sans pause et pudeur bien obliques

Sa cambrure qui pose en nudité vandale.

 

 

Man Ray l’a transformée, celle qui but d’instinct

La vie d’un grand amour dans le carmin bohème

Des lèvres du plaisir faisant fi du destin ;

Surréaliste enfant, s’offrant comme un poème !

 

 

Libre était sa raison de chanter ou poser

En turban, toute nue, de compter sur son ouïe

Sondant la folle époque où son dos transposé

Se berça d’un violon fendu de noires ouïes.

 

 

Valentine n’a d’yeux que pour le chevalet

De son violon raccord à la photo céleste

Révélée par le bain d’un peintre sans valet

Plongeant dans l’harmonie des courbures bien lestes.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Décembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 



21/01/2020
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres