La palette de Pierre

La palette de Pierre

Peluches

 

bebe_panda_5_juillet_zoo_de_beauval_-3770327

 

 

Chansons d'enfants : La girafe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) : Lexique, Saison 6, Episode 15, Peluches  

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Peluches

 

 

 

 

 

 

 

La petite frétille en prenant son élan

Pour entraîner sitôt ses parents qui lambinent

Alors qu’ici les cris des lions et des élans

Percent les ouistitis en vrillant leur bobine.

 

 

Ah, qu’il est chou, maman, ce gentil petit ours !

Oh, qu’il est beau, papa, ce drôle d’oiseau rose !

Et ces grosses tortues qui vont faire la course

 Pour être les premières que le garde arrose !

 

 

Comme des lianes tendres s’étirant en grimpant

Ses menottes enserrent le pain des girafes

Pioché dans son panier tout de jaune pimpant

Que Mamine a tressé de rubans et d’agrafes.

 

 

Mais soudain la clochette d’un gentil Guignol

Affole les gendarmes nichés aux tilleuls

 Et tire du sommeil le chant du rossignol

Déclenchant les bravos des enfants et filleuls.

 

 

Irena ne sait plus ce qu’il faut regarder,

Le kiosque et ses chevaux, le jaguar ou les zèbres,

Sa glace qui se rend au soleil sans tarder,

Les tâches sur sa robe ou les pandas célèbres ?

 

 

À l’ombre du Rocher dominant tout le Parc,

Mamine lui sourit quand maman la sermonne,

Redresse son chapeau, ses nattes qu’on remarque,

Et l’invite à rincer ses mains qu’elle savonne.

 

 

Un perroquet savant qui se penche coquet,

Vers l’enfant qui le singe en grimaces friponnes

Lui fait don d’une plume à donner le hoquet

Quand imitant Mamine, à son nez se pomponne.

 

 

Puis elle a vu le loup au détour d’un chemin,

Ne souffrant nulle peur de ses vilains yeux jaunes,

Blottie contre José, serrant trop fort sa main,

Mais piaillant de fierté en désertant la faune.

 

 

Le soir en s’endormant, elle rêve du zoo

En caressant nounours, lui soufflant à l’oreille

Qu’elle l’aime encore plus depuis que son museau

Lui a fait un bisou qui s’envole en sommeil.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 



23/03/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres