La palette de Pierre

La palette de Pierre

La Grenouillère

 

Renoir11.jpg

 

 

 

 

Polka : " Perles de cristal " Accordéon

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

La Grenouillère

 

 

 

 

Et la barque s’agite en autant de reflets

Que les peintres en joie tourmentent de leurs rames…

Une branche trop basse en veine de soufflet

Manque de renverser notre dimanche en drame.

 

Ah, comme ils s’accordent, ces deux Maîtres gredins

Pour mouiller ma toilette à l’eau de leur détrempe,

Et comme ils s’y entendent mes preux citadins

À chalouper le temps, en pause d’une crampe !

 

L’île de la Chaussée m’inonde de soleil

Si loin de mon Irlande en manque coutumière.

Juin darde ses passions telle une nuée d’abeilles

Me butinant, Maureen, au miel de la lumière.

 

On accoste discrets sous d’amples frondaisons.

Claude taille des joncs pour sécher ma tunique,

 Ma jupe et mon corset, mes dessous de saison…

Auguste a déplié son chevalet unique.

 

Je frissonne d’aimer les couleurs fredonner

La gamme des pigments débusquant sur la mousse

Ma pudeur chavirée par cette randonnée

Feinte d’imaginer mon empreinte de rousse.

 

 Cela faisait vingt ans qu’ils n’y étaient venus

Mes deux peintres gourmands de la Seine en quenouille,

Filant mes vêtements, me laissant toute nue

Entre scène et bosquet, nacrée qui s’agenouille.

 

Les toiles enroulées dans de vertueux fourreaux

Ne livreront mes reins à cette « Grenouillère » 

Grouillant de vieux fripons, de gredins sans bourreaux,

De filous et mendiants portant leur genouillère.

 

La cohue bousculée, nous en séchons le bain,

Nous plongeant dans le bal  aux filles fort jolies

Naïves ou cambrées, sans larbins ni bambins,

Vrillant du canotier les messieurs trop polis. 

 

Puis à l’heure impalpable entre absinthe et rosé

Sautant dans la polka, délaissant les avances

Je m’enivre de vie, me teintant de rosée,

Et m’en reviens nager dans ce bain de jouvence. 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



23/03/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 65 autres membres