La palette de Pierre

La palette de Pierre

Rumeurs

8b080c15c9476bf9c5f7c0ecdd4e1e91

 

 

" La parlote " de et par Jacques Brel

 

 

Afin de ne pas entraîner de confusion avec la lecture du poème,

il est recommandé d'écouter cette chanson séparément.

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 4 , Episode 4, Rumeurs

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

 Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rumeurs

 

 

 

 

La nouvelle a surpris le pays engourdi

Tiré d’un long hiver assoiffé de lumière,

Quand la presse engagea ses lecteurs dégourdis

À parer la cité d’attentions coutumières.

 

 

Napoléon viendrait cet été recevoir1

En garnison d’ici, les peuples de sa ville,

L’hommage des Bretons bénissant leur devoir

Et l’allégeance enfin, des notables civils.

 

 

Inaugurant de fait le canal jusqu’à Brest2,

La région se verrait pavoiser sa fortune

D’accueillir l’empereur et sa suite si preste

À parader jalouse en livrées opportunes.

 

 

Mais il se dit aussi que l’on rendrait honneur

Aux valeureux enfants revenant de Crimée,

Dont les vaillants hussards retrouvant le bonheur

De défiler altiers décorés et primés.

 

 

À Napoléonville on s’attable aux bistrots

Quérir de vains propos glanés de source sûre,

Et chacun de confier des ragots magistraux,

Des rumeurs de confesse en secrets qui rassurent.

 

 

Les nonnes du château pressent leur cher Recteur3

D’entreprendre en chorale un chant d’action de grâce

Auprès de leurs enfants louant leur protecteur

Et d’offrir au monarque un livret de sa trace.

 

 

La famille de Jean s’inquiète d’un tailleur

Pour habiller son fils d’un dolman4 d’élégance,

Pour vêtir Antonin non point en brétailleur,

Mais en hussard brillant, fier et sans arrogance.

 

 

Elen a entrepris de convaincre sa sœur5

D’arrêter de bouder dans son antre d’ermite

D’oublier ses vitraux au profit de douceurs

 En nouvelles toilettes brodées et sans mites.

 

 

Et partout dans la ville, à l’office, au marché,

Fleurissent en rubans des rêves de dentelles,

De la soie crinoline à ne pouvoir marcher,

Des coiffes6 ouvragées par d’humbles parentèles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 À la suite de l’attentat d’Orsini survenu contre sa personne le 14 janvier 1858, Napoléon III entrepris de visiter la Bretagne avec l’impératrice Eugénie et leur fils le prince impérial, en août 1858. Le 16 août, ils visitèrent Napoléonville (Pontivy rebaptisée).

 

2 Le canal de Nantes à Brest qui passe par Pontivy et Josselin (où exerce Anne dans mon récit), fut inauguré par Napoléon III en 1858.

 

3 Le recteur est (ici) le supérieur des sœurs de Kermaria « Filles de Jésus », mais comme c’est le cas en Bretagne, il est également curé.

 

4 Le dolman est la veste des hussards d’Empire, brodée de brandebourgs et, elle-même rehaussée d’une pelisse.

 

5 Il s’agit d’Anne, âgée ici en 1858 de 22 ans, vitrailliste demeurant à Josselin et sœur cadette de Sœur Elen, religieuse à Napoléonville (Pontivy) âgée alors de 28 ans.

 

6 Coiffes bretonnes

 

 

 

Pierre Barjonet

Septembre 2021

 

à suivre.jpg



14/12/2021
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres