La palette de Pierre

La palette de Pierre

Providence

images

 

 

11669854_1

 

" Amazing Grace " musique militaire Britannique (cornemuse)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exceptionnellement, il n'y a pas d'article correspondant

à ce poème dans le Lexique, car inutile, sachant que les notes de bas de page de ce poème sont assez complètes.

 

Sinon, n'oubliez-pas de visiter : 

 

la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé" : 

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE : 

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Providence

 

 

 

 

Les gerbes de l’été mûrissent le nectar

De l’avoine et des blés, de la paille de seigle,

Et la terre se fend des promesses d’hectares

Que la Saint-Jean bénit dans des flammes espiègles1.

 

 

La fraîcheur des agrumes se goinfre des fruits2

Qu’Austerlitz concentré, fige en sucre de pulpe,

Démoulant l’abricot ou la prune qui bruit,

Les pommes sans les coings que les gourmets disculpent.

 

 

Le silence alentour souffle sur le berceau

De ces pâtes de fruits, dont les moines raffolent2,

Tandis que l’Antonin déroule les cerceaux

De la pâte en fusion du cristal qui s’affole.

 

 

Mais un pli vint défier la tourmente au repos

Qu’Elen décacheta, brandissant la missive

De ses parents suspects tirant de leur chapeau,

Pour Anne leur pardon, d’absoute permissive. 

 

 

Ils ne savent comment leur fille a disparu,

Ni pourquoi sœur Elen leur cache sa retraite,

Et s’en remettent fort au marquis reparu3,

Payant des gens de main la pistant d’une traite.

 

 

Il se prend pour un paon paradant sous sa roue,

Distribuant aux marmots chansons et sucres d’orge,

Offrant aux paysans des peaux de renards roux,

Cherchant Anne en payant les envieux de sa forge.

 

 

Mais un soir ce fut Jean qui tendit un billet,

Aux armes de la Reine4 en forme de supplique,

Qui se verrait en joie d’accueillir en juillet

« Ses » valeureux hussards à Windsor5, sans réplique.

 

 

Elle entend remercier Florence6 et ses Français

Pour leur aide en Crimée, fort l’honneur en bravoure.

Elle cite le froid des spectres qui dansaient

Quand des mourants souvent, s’invitaient à sa cour.

 

 

L’abbé vit un espoir en ce royal départ,

Leur confiant en présent pour cette souveraine

Un incunable7 d’or pour que nul ne dépare

La sainte providence à l’attraction sereine.

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Les feux de la Saint-Jean se tenaient au solstice d’été (21 ou 22 juin) et clôturaient la fête mi-païenne, mi-carillonnée censée protéger des orages, intempéries et des démons, les prochaines récoltes.

Voir mon petit lexique au § « Lexique la passion d’Antonin, Saison 2 Lumière d’Orient, Épisode 1 L’enclume »

 

2 Les moines de l’abbaye de Timadeuc produisent toujours des pâtes de fruits réputées vendues sur place ou par correspondance en suivant ce lien : https://divinebox.fr/categorie-produit/producteurs/abbaye-timadeuc/

 

3 Dans ma saga, il s’agit du marquis de Tuyère, personnage de pure fiction, apparu avec mon poème « Fracas ».

 

4 Il s’agit de la Reine Victoria (1819/1901) qui régna sur le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et l’Empire britannique durant plus de 63 ans (1837/1901), dont la longue durée se place désormais juste derrière l’actuelle souveraine Élisabeth II.

 

5 Le château de Windsor situé à Windsor sur la Tamise, à 40 km à l’ouest de Londres, dont le nom fut ensuite repris comme patronyme par l’actuelle famille régnante du Royaume-Uni, est une forteresse médiévale Britannique remontant à Guillaume-le-conquérant en 1066, qui servit ensuite de palais aux rois d’Angleterre dont la reine Victoria qui en fit sa résidence royale principale.

 

6 Dans ma saga, il s’agit de l’infirmière britannique Florence Nightingale (qui a réellement existé) auprès de laquelle nos héros Antonin et Jean ont aidé au maintien de l’hôpital de Scutari en Crimée (voir mes poèmes « Naufrage, Victoria et Rencontres »).

Voir mon petit lexique au § « Lexique la passion d’Antonin, Saison 3 Espoirs, Épisode 3 Victoria »

 

7 Un incunable est un ouvrage imprimé remplaçant les manuscrits enluminés, datant des tout débuts de l’imprimerie, donc antérieurs à l’année 1500. Très recherchés, les incunables sont rares et précieux.

 

 

Pierre Barjonet

Janvier 2022

 

à suivre.jpg

 

 

 

 



27/04/2022
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres