La palette de Pierre

La palette de Pierre

Lexique Antonin, Saison 1, Episode 1, Vincennes

LEXIQUE LA PASSION D'ANTONIN

SAISON 1 " RACINES "

ÉPISODE 1 " VINCENNES " 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème " Vincennes " : ICI

 

 

 

 

 

 

 

LE C.U.E.V. DE VINCENNES (PARIS VIII) dont sa crèche, sa cafétéria, les U.E.R. et les U.V., et les gauchistes... (Vincennes)

 

Créé à l'automne 1968 pour une ouverture en janvier 1969 par le tout nouveau ministre de l'Education Nationale d'alors, le célèbre homme politique Edgar FAURE (1908/1988), le Centre Universitaire Expérimental de Vincennes se devait d'être, après les évènements de mai 68, une université d'un nouveau type. D'ailleurs, Edgar Faure qui avait accepté ce poste, Ô combien délicat, l'avait dôté de deux nouveautés "révolutionnaires" :

 

  • dans un souci de démocratisation de l'accès au savoir, l'admission de non bacheliers, dès lors qu'ils satisfaisaient avec succès à des tests d'admission et qu'ils obtenaient un minimum d'Unités de Valeur (U.V.) dans l'année dans des matières dominante, sous-dominante et en langues, les autorisant dès lors à finaliser leur admission au C.U.E.V. ainsi que dans tout autre établissement d'enseignement supérieur, et devant ensuite poursuivre leur cursus vers les diplômes universitaires classiques (licence, maîtrise, doctorat, etc.).

 

  • l'accès à des étudiants salariés grâce notamment (mais pas obligatoirement) à l'admission de non bacheliers (voir ci-dessus) et à des cours du soir programmés de 19h à 23h.

 

Par la suite, le C.U.E.V. conçu sur le modèle "frère" du Centre Universitaire Dauphine (devenu Université de Paris IX - Dauphine), obtint ses lettres de noblesse en devenant successivement, Centre Universitaire de Paris/Vincennes, Université de Paris/Vincennes, puis Université de Paris VIII - Vincennes, avant que d'être entièrement rasé en 1980 pour être transféré à Saint-Denis, devenant dès lors l'Université de Paris VIII - Saint-Denis.

 

Le C.U.E.V. offrait également la particularité de bénéficier d'un enseignement ET de recherche. D'ailleurs, ses départements s'intitulaient Unité d'Enseignement et de Recherche (U.E.R.), comme par exemple l'U.E.R. d'Arts Plastiques alors dirigée par la célèbre plasticienne Marie-José BAUDINET ou l'U.E.R. de Philosophie et Psychanalyse que dirigeait le philosophe François CHÂTELET. L'innovation et la recherche étaient au coeur de ses enseignements s'intéressant outre la connaissance à la perception des enjeux contemporains, avec d'ailleurs des secteurs d'Urbanisme ou d'études cinématographiques inédits à l'époque.

 

Ses enseignants, tout comme son premier Président, le professeur Raymond LAS VERGNAS, Doyen de la Sorbonne, étaient reconnus dans le monde universitaire international comme faisant référence dans leurs domaines.

 

Ainsi en philosophie/psychanalyse/sociologie, se côtoient des professeurs bien souvent engagés politiquement, voire dirigeant des mouvements politiques comme Henri WEBER, actuel Sénateur P.S. mais à l'époque dirigeant de la Ligue Communiste Révolutionnaire -L.C.R. trotskyste- avec Daniel BENSAID, André GLUGSMANN (de la Gauche Prolétarienne), Jean-Marc SALMON, Alain BADIOU et Jean-Claude MILNER (tous trois Maoïstes), Etienne BALIBAR (P.C.F.), Raymond CASAS (Parti Communiste Marxiste Léniniste) et d'autres intellectuels de renom comme Michel FOUCAULT, Gilles DELEUZE, François CHATELET, Jeannette COLOMBEL, Judith MILLER, René SCHERER, Jean-François LYOTARD, Jacques RANCIÈRE, François REGNAULT...

 

La faculté jouissait d'un vaste campus installé dans le Bois de Vincennes à l'emplacement - ce qui ne manque pas d'ironie pour un campus plutôt gauchiste - d'un camp militaire français, route de la Tourelle. Ses locaux étaient faits de préfabriqués dissiminés autour de pelouses.

 

De fait, l'ambiance était tout à la fois calquée sur celle des campus américains, dont d'ailleurs le système d'Unités de Valeurs (U.V.) ressemblait à celui des "crédits américains", et sur un périmètre de contestation permanente initiée par de nombreux groupuscules gauchistes de tendance maoïste, trotskyste, nihiliste, anarchosyndicaliste, parfois politique ayant pinion dur rue (P.S.U.) voire militant pour la cause des femmes (M.L.F.), les homosexuels (F.H.A.R.) etc. Inutile de dire que les locaux étaient largement tagués et recouverts d'affiches à caractère politique tandis que les locaux communs comme la cafétéria ou le restaurant du C.R.O.U.S. voyaient régulièrement des stands de propagande et de vente de documentations fleurir et... se confronter parfois violemment !

 

Quant à la crèche, légale mais gérée par un collectif d'étudiants, elle tenait sa raison d'être justement par l'ouverture des cours à des étudiants salariés, ayant donc besoin de confier leurs enfants.

 

 

 

 

Edgar FAURE

 

Edgar_Faure_1955

 

Plaque_Edgar_Faure,_134_rue_de_Grenelle,_Paris_7

 

 

 

Le C.U.E.V. en 1969

 

 

fac Vincennes

 

 

IMG_6767

 

IMG_6765

 

IMG_6762

 

IMG_6763

 

 

 



19/04/2020
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres