La palette de Pierre

La palette de Pierre

Vincennes

 

fac Vincennes

 

 

Disque introuvable... Evariste chantant "la révolution" en un 45t illustré par Wolinski en 68...

 

  IMG_6770 IMG_6771

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

N.B. Ne pas écouter la musique en même temps que la lecture du poème

pour ne pas en alterner la compréhension, du fait des paroles différentes...

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1, Episode 1, Vincennes

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincennes

 

 

 

 

 

 

À quarante ans tout juste elle sort pour fumer,

Observant le ballet d’étudiants qu’enracine

Son horizon bâti de rêves parfumés

En lendemains chantant l’espoir qui la fascine.

 

 

Travaillant à la crèche elle étudie le soir,

Se disant que bientôt, pourtant non-bachelière,

Elle aura sa licence en symbole accessoire

De sa patience ouvrée comme une dentelière.

 

 

Elle a sculpté sa vie de passions, d’illusions,

Dénichant des boulots en passades méprises,

Délaissant ses amants d’amère réclusion,

Leur préférant l’enjeu de la révolte éprise.

 

 

La crèche de Vincennes illustre son campus

Ouvert aux salariés et leur progéniture ;

Et l’enjeu des marmots bien couverts et sans puces

Est de goûter demain de rouge garniture.

 

 

Rassemblant les petiots en bouffée de forêt,

Elle chantonne et mime une ronde gestuelle

En soufflant dans le bois de sa kena dorée

Acquise à la cafet’ en fièvre contextuelle.

 

 

Et la voici grimpant dans les baraquements

De sa fac emblavée de tracts et d’affichettes

Bousculant les Maos1, poussant physiquement

Des anars2 décorés de slogans en pochette.

 

 

Elle excelle à l’U.V.3 « d’Art urbain en socio4 »

Qu’elle suit tard le soir aux côtés de Florence,

Une Auboise de l’Est habitant un patio,

Travaillant à mi-temps comme agent d’assurances.

 

 

Elles ont en fierté leur université,

Pour sa célébrité nourrie de philosophes

Suscitant l’adhésion par la diversité

Des thèmes sans tabous que chacune apostrophe.

 

 

C’est un matin de mai que Florence a croisé

Le regard d’Irena bordé de franges d’ambre

Ondulant sous le vent des pelouses boisées

Servant d’amphithéâtre aux esprits qui se cambrent.

 

 

 

 

1Groupuscules Maoïstes, 2Anarchistes, 3Unité de Valeur (Sociologie), 4Sociologie

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2020

 

à suivre.jpg

 



19/04/2020
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres