La palette de Pierre

La palette de Pierre

Fierté

Soignies_-_Garde_Impériale_2

 

 

 

"Marche de la Garde Consulaire à Marengo" Musique militaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 4 , Episode 5, Fierté

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

 Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fierté

 

 

 

 

Dominant le Blavet, le fier Quartier Clisson1

Déploie son étendard2 teinté du sang des gloires,

Disposant face à lui sans aucun polisson

Une place3 encadrant un prestigieux couloir.

 

 

La foule endimanchée vénère son Empereur4

Enchaînant un ballet aux figures célèbres

En de somptueux atours et coiffes en fureur

Des sonneurs de gavotte en liesse sans vertèbres.

 

 

Anne est émerveillée sous le dais impérial

Honorant les Rohan5 placés près d’Eugénie6,

Murmurant qu’Antonin façonne un mémorial

En forme de cristal, du moins s’y ingénie.

 

 

Elle parle de lui comme d’un demi-dieu,

Héros d’une Odyssée, s’étant brûlé les ailes

Au brasier rougeoyant de ses combats odieux,

Mais chevauchant l’espoir que l’amour l’en dételle.

 

 

Les tambours ont cessé de battre le rappel

Des soldats décorés, des larmes de gerçures,

Et parmi ces regards, perdu dans l’archipel

Des lointaines contrées, ses yeux se font morsure.

 

 

Eugénie vient orner leur fier dolman7 de croix8,

L’Empereur leur remet leurs plaques d’épaulettes9

Et Jean comme Antonin, tenant leur sabre droit,

Ont le cœur si nerveux que leur poitrine halète.

 

 

Puis la chorale bruit un frisson d’émotions

Précédant l’encensoir enivrant la douleur

Des enfants disparus, malgré leur promotion

Par cet honneur posthume en rubans de couleur.

 

 

Anne a serré le bras sans la moindre pudeur

   D’Eugénie qui lui rend tendrement son étreinte,

Tandis qu’Elen surprend l’ardeur de sa candeur,

Pressentant son émoi se moquant des contraintes.

 

 

Au buffet de gala, puis au bal officiel,

Nos héros font trembler des Dames l’assurance,

Alors que s’éloignant d’élans superficiels

Anne hèle son cocher, testant son endurance...

 

 

 

  

 

 

 

 

1 Le Quartier Clisson est une caserne de cavalerie de Pontivy (alors, Napoléonville) inaugurée en 1811 pour donner suite à la volonté de Napoléon 1er d’en équiper ainsi « sa ville » de Napoléonville dès 1802.

 

2 L’étendard du 2e régiment de chasseurs à cheval ayant occupé cette caserne avant l’actuelle gendarmerie mobile est brodé au fil d’or des batailles de : Eylau 1807, Wagram 1809, La Moskova 1812, Solferino 1859, La Marne 1914, Mézières 1818.

N.B. Voir sa photo dans mon petit lexique.

 

3 L’actuelle place Aristide Briand fait face à la caserne dite du Quartier Clisson, séparée par la rivière du Blavet. C’est une vaste place propice aux défilés et revues militaires.

N.B. Voir sa photo dans mon petit lexique.

 

4 L’Empereur Napoléon III fit halte à Napoléonville (Pontivy) lors de son périple en Bretagne durant le mois d’août 1858.

 

5 La noble famille des Rohan possédait notamment le château de Pontivy. Dans mes poèmes, Elen « sœur des filles de Jésus » et sa sœur cadette Anne en sont les dignes héritières, filles du Duc de Rohan. Il ne s’agit là, bien évidemment, que d’une pure fiction.

 

6 Il s’agit de l’impératrice Eugénie qui accompagna avec son fils, son mari Napoléon III durant leur voyage en Bretagne. Rappelons-nous que dans ma saga, Eugénie s’est prise d’intérêt pour Antonin depuis que la Reine Victoria lui en a fait l’éloge (voir mon poème « Le souper »)

 

7 Le dolman était la veste parée de brandebourgs des hussards d’Empire.

 

8 Dans ma saga, Antonin et Jean reçoivent des mains d’Eugénie au nom de la reine d’Angleterre Victoria, la médaille de Crimée (créée en 1856), et au nom de l’Empereur, la Médaille militaire (créée en 1852 par Louis Napoléon Bonaparte) ainsi que pour Antonin, la Légion d’honneur (crée par Bonaparte alors premier Consul en 1802).

N.B. Voir leurs photos dans mon petit lexique.

 

9 Toujours dans ma saga s’agissant d’Antonin et de Jean, en leur remettant leurs épaulettes dorées (mais sans les fameuses franges, dites de « bouillons d’épinards » réservées aux officiers supérieurs), Napoléon III les élève tous deux au grade d’officiers Lieutenants « sur le front des troupes ».

 

 

 

Pierre Barjonet

Septembre 2021

 

à suivre.jpg

 



02/01/2022
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres