La palette de Pierre

La palette de Pierre

Folies

 

Sem_Luna_park.jpg

 

 

 

 

"Luna Park" par Yves Montand (1958)

 

 

N.B : Éviter d'écouter la chanson en même temps que la lecture du poème pour ne pas en perturber le sens...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques),  Lexique Saison 6 Episode 7 Folies

INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES

"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Folies

 

 

 

 

Elle en pleure de joie glissant sur ses vingt ans,

S’éclaboussant d’amour en torrent si rapide

Qu’elle en vibre déjà sur le tapis roulant

Bordé de ces badauds aux désirs trop limpides.

 

 

Valentine est en fête au bras de Nicolas,

Débusquant les plaisirs des manèges frivoles,

Plongeant de « Water Chute » en frisson que frôla

« Rivière souterraine » en barque qui s’envole.

 

 

Et « la Tour aux avions » qui vrombit sous les cris

Vient gonfler ses jupons qui se bercent de honte

Quand Laurine épatée songe qu’il est écrit

Que la jeunesse tourne et jamais ne remonte.

 

 

Luna-Park est fameux en la Porte-Maillot

Où se mêlent les peurs, où frissonnent les dames,

Où s’affrontent les cœurs des braves en maillot,

 Dans une farandole enflammée de quidams.

 

 

 Et voici que Manuel, téméraire gaillard,

Se poste en bonne place au « Vaisseau de la lune »

Tentant d’apercevoir des dessous, le paillard,

Soufflés par un jet d’air visant leur infortune.

 

 

Mais Nicolas retient Valentine en portant

À sa bouche cerise un baiser de cannelle,

Croquant pomme d’amour, tous les deux, escortant

José serrant Laurine en veste de flanelle.

 

 

Leur cœur bat la chamade aux plaintes de ce « Train »

Qui ne freine jamais l’étreinte du vertige

Faisant trembler les rails et crisser leur entrain

À se tordre les mains en fébriles voltiges.

 

 

Adieu « Roue diabolique » et bonjour Charleston,

Croisant bras et genoux Valentine découvre

Ses mollets agités, ses cheveux qui détonnent,

Sa robe de jersey trop fendue qui s’entrouvre.

 

 

Puis les lampions du bal allongent un tango

Palpitant en garçonne en longues cigarettes,

Chavirant des gitanes sur du fandango,

Donnant aux amoureux des volutes secrètes.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 



03/01/2020
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres