La palette de Pierre

La palette de Pierre

Le peintre

 

j femme au crochet Renoir.jpg

 

Auguste RENOIR  - "Jeune femme au crochet "

 

 

 

 

musique du film "Pirates des Caraïbes"

 

 

 

 

 

 

 

 

Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".  Il suffit de cliquer dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le peintre

 

 

 

 

 

— Rejoins-moi au Chantier, dit Maureen à « sa sœur » !

— Va, je t’y trouverai. Que vole l’alouette…

Son air enamouré, ses taches de rousseur,

Virevoltent gaiement en vive pirouette.

 

Laurine a découvert que sa poudre de riz

Bleutée comme il se doit de blancheur théâtrale

Et ses fards ombragés sous les cieux de Paris

N’avaient d’autre raison qu’une passion florale.

 

Quand elle se rendit tremblante d’émotion

À ce chantier penché sur les cœurs de la Butte,

Maureen se parfuma d’essence et de lotions,

Glissant d’un pas léger que le vent ne rebute.

 

En cette fin d’automne encombrée de chaleur

Le Chantier s’est figé dans un four de poussière

Enfarinant la sueur, embaumant la pâleur

Des carriers engoncés dans la gangue meunière.

 

Mais « lui », s’est redressé contre son chevalet,

Transcendant la lumière endolorie de touches.

Le voici, conduisant en maître de ballet,

L’étoile des pigments qu’à l’envi ne retouche.

 

Dans l’harmonie des coins et pics donnant l’assaut,

Des massettes cintrées pleurant contre le marbre,

Le peintre entend mener les bois de ses pinceaux

Capturant la vigueur des pierres sans les arbres.

 

Il fascine Maureen, l’étrange magicien.

Mais lui ne la voit pas. Son regard qui se plisse

N’entend que la portée cuivrée des musiciens,

Ne suit que le tracé des minéraux qui crissent.

 

N’osant le dérouter de son lumineux cap

Maureen suit les remous des naïades éprises.

Elle s’ancre au fanal de son fol handicap

L’approchant hors du temps, craignant vive méprise.

 

Pourtant levant la tête il l’aperçoit soudain,

La crayonne d’emblée, la croque et la transperce.

Relevant son chapeau, son œil se fait mondain,

Auguste est submergé par l’onde des yeux pers.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 



04/03/2019
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres