La palette de Pierre

La palette de Pierre

La blanchisseuse

 

Get_lautrec_1889_the_laundress.jpg

 

Henri de Toulouse-Lautrec " La Blanchisseuse "

 

 

 

 

 

" Un jour mon prince viendra... "

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

La blanchisseuse

 

 

 

 

Poussant comme un trophée sa brouette au lavoir,

Elle chante en passant à portée de Laurine,

Lui prenant ses tenues de finesse d’ivoire,

Car elle est réputée, la rousse Victorine.

 

Elle a fait son chemin, ne se contentant plus

D’éclabousser son corps en trimant sans méninges.

Et c’est en se traînant un soir qu’il avait plu

Que Jean la fit asseoir en déposant son linge.

 

Laurine l’accueillit, lui réchauffa le cœur,

Puis en la consolant, lui offrit d’autres tâches.

Séchant la lavandière honteuse quis’écoeure,

La voici qui s’émeut, la berce et se l’attache.

 

Ne couchant plus les draps, mais caressant l’exploit

De laver des dessous de finesse brodée,

Elle rince son sort en ce nouvel emploi,

Délaissant le chiendent de l’enfance érodée.

 

— Par le linge au cuvier, je vivais en enfer,

 Rincé dans le lavoir, c’était mon purgatoire,

Séché dans la prairie, paradis m’est offert…

 

— Oui, chante Victorine et jette ton battoir !

 

Henri lui a souri quand il avait chuté

Sur l’un de ces savons glissant comme à Marseille,

Et qu’en se redressant sa cane avait buté

Troussant la blanchisseuse en froufrous qui sommeillent.

 

Depuis ils se sont vus en lavant leur vertu

Dix-neuf rue Pierre Fontaine en onde qui s’égoutte

Sans épancher le jeu de leur bonheur vêtu

D’eau fraîche et de fusains, d’alcool en goutte-à-goutte.

 

 Heureuse elle détache en cendres son oubli

De la crasse des buées comme autant de lessives

Et pose sa candeur pour son peintre établi

Au rythme du cancan d’affiches transgressives.

 

Ses cheveux qu’il essore en autant de dessins

Déteignent sur la toile en coloration rousse.

Étendue, dévêtue, mais pudique à dessein,

Victorine l’enflamme comme un feu de brousse.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 

 



26/03/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres