La palette de Pierre

La palette de Pierre

Lexique Saison 6 Episode 3 Madeleines

 

 

 Saison 6, Épisode 3, Madeleines

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème Madeleines :  ICI 

 

 

 

 

 

 

 

- DÉCÈS D'AUGUSTE RENOIR, MARCEL PROUST (Madeleines, Goncourt et scandale, " À l'ombre des jeunes filles en fleurs "), LA PART DES ANGES (Madeleines)

 

 

 

 

 

1/ DÉCÈS D'AUGUSTE RENOIR survenu à Cannes-Sur-Mer le 3 décembre 1919 au domaine des Collettes (dont j'ai déjà parlé).

 

 

 

 

2/ MARCEL PROUST (Madeleines, Goncourt et scandale :  " À l'ombre des jeunes filles en fleurs ") fait l'objet de ce nouvel opus de ma Romance de Laurine.

 

 

Madeleines :

 

Les fameuses madeleines de l'écrivain Marcel Proust (1871/1922) n'évoquent pas seulement son goût pour ce gâteau Lorrain ( de Commercy) symbolisant un coquillage qu'il aimât tremper dans sa tasse de thé, mais par la réminiscence d'un souvenir provoquée par un élément de la vie quotidienne, comme l'odeur d'une madeleine. Ainsi, notre mémoire fait-elle ressurgir un souvenir enfoui, de l'enfance généralement, au contact d'un geste, d'une impression ou d'un objet, comme Proust l'évoqua dans le premier tome Du côté de chez Swan " de son roman " À la recherche du temps perdu  "

 

En voici le passage cité : « Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin, à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel, sous son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir. »

 

Ainsi, l'expression " Madeleine de Proust " figure au registre des expressions françaises.

 

Enfin, pour dire un mot sur ce succulent gâteau/biscuit, en voici l'histoire ou la légende :

 

Le roi de Lorraine, Stanislas, recevant des hôtes à l'occasion d'un repas festif, en 1755, apprend soudain que son pâtissier vient de quitter l'office suite à une dispute en cuisine. De fait, il n'y aura pas de dessert, ce qui est inconcevable ! Mais en cuisine, on s'affaire afin de relever ce défi de dernière heure et l'on apporte enfin non pas un gâteau, mais plusieurs petits gâteaux ambrés d'une forme surprenante imitant le dos d'un coquillage, et d'un parfum comme d'un goût laissant fondre de plaisir. Enchanté, le roi demande quel est l'auteur de ce prodige. On lui présente alors une serveuse rougissant de confusion qui en bafouille d'émotion, tentant de cacher ses mains pleines de farine. Et lorsque le roi lui demanda quel était le nom de cette pâtisserie, elle ne sut que répondre, lui disant qu'il s'agissait simplement d'un dessert que l'on préparait chez elle à Commercy les jours de fête. Alors, le roi lui demanda quel était son petit nom. Madeleine, lui répondit-elle. en récompense, le roi décida que ce gâteau prendrait désormais son nom " Madeleine de Commercy ".

 

 

 Marcel Proust

Otto_Wegener_Proust_vers_1895_bis.jpg

 

 

 

Recette_pour_la_Madeleine.jpg Madeleines_de_Commercy.jpg

 

 

Goncourt et scandale

" À l'ombre des jeunes filles en fleurs " :

 

L'attribution du Prix Goncourt de 1919 revint à Marcel Proust pour son roman " À l'ombre des jeunes filles en fleurs ", occasionnant par là même, un véritable scandale. En effet, le " candidat officiel désigné " était plutôt Roland Dorgelès qui, avec son roman " Les croix de bois " plébiscité par l'opinion patriotique  était normalement assuré de l'emporter. 

 

Imaginez plutôt. La guerre tout juste terminée avec son lot d'écrivains disparus, puis les terribles pages des combats dans les tranchées racontées par des acteurs combattants de cette tragédie tels Maurice Genevoix ou Roland Dorgelès, et c'est un homme écrivant en robe de chambre bien à l'écart des tranchées narrant des amours balnéaires qui remporte l'illustre prix au nez et à la barbe des poilus (sans jeu de mots déplacé) et de Roland Dorgelès par six voix contre quatre, il y a de quoi crier au scandale ! 

 

De fait, les attaques de tous bords et principalement dans la presse ne vont pas manquer de vilipender ce " planqué " qui se voit affubler de qualificatifs désobligeants comme " proustitution " ou " Goncourtisans ". Le tonnerre de protestations venant d'anciens combattants, mais pas seulement, allant même jusqu'à menacer Proust, dura plusieurs semaines. 

 

Ce long roman, publié en 1919, est le deuxième tome d' " À la recherche du temps perdu ". Il est une oeuvre majeure de l'écrivain disséquant sentiments, émotions et souvenirs en de longues phrases magistralement rédigées avec des références artistiques et littéraires. Il se lit comme il s'écrivit probablement : hors du temps...

 

 

À_la_recherche_du_temps_[...]Proust_Marcel_bpt6k1049546s.jpg

 

 

 

 

3/ LA PART DES ANGES est une expression bien connue dans le monde du vin et des spiritueux, désignant les gaz et éléments volatils du cognac. Ce phénomène naturel de l'évaporation en rapport avec le vieillissement de l'alcool dans les fûts de bois touche environ 2 % de la production générale du cognac, soit l'équivalent de vingt millions de bouteilles...

 

C'est donc un peu de ce breuvage des dieux que l'on servit au Salon de Laurine à la gloire de Proust (voir mon poème).

 

 

29527-650x330-cognac.png

 

image381.jpg

 



19/11/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres