La palette de Pierre

La palette de Pierre

Lexique Antonin, Saison 4, Episode 9, Aboyeuses

LEXIQUE LA PASSION D'ANTONIN

SAISON 4 " LUEURS "

ÉPISODE 9 " ABOYEUSES " 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le poème :  Aboyeuses

 

 

 

 

 

 

 

LES " ABOYEUSES DE JOSSELIN "  (Aboyeuses)

 

 

 

Parmi les curiosités historiques, légendaires, folkloriques et pieuses de la Bretagne, figure celle des "aboyeuses de Josselin".

 

Il s'agissait de femmes et parfois d'enfants, qui entraient littéralement en transe hystérique en poussant des cris rauques d'animaux comme des aboiements de chien, lors du pardon processionnel de la Pentecôte comme pendant le pèlerinage de Notre-Dame-du-Roncier à Josselin (56).

 

Cette manifestation d'hystérie collective fut largement observée du 18è au 20è siècle par les foules rassemblées localement lors de ces processions religieuses, et fit l'objet de témoignages confirmés par les autorités civiles et ecclésiastiques ainsi que d'inscriptions sur des registres officiels attestant de leur caractère héréditaire dans un certain nombre de cas.

 

Ce phénomène porterait à sourire s'il n'était pas solidement ancré dans la mémoire collective de traditions fortes d'identité locale pieuse (les grands pardons de Sainte-Anne-d'auray ou de Saint-Yves à Tréguier), comme de superstitions et diverses légendes liées à des apparitions miraculeuses en rapport avec des éléments naturels comme des arbres, des forêts ou plus généralement des sources ou des fontaines.

 

Toujours, elles puisent leur origine dans l'évocation d'une apparition singulière auprès de simples gens, vécue comme celle de la Sainte Vierge Marie ou de sa mère Sainte-Anne qui, par la suite, s'imposa auprès des foules locales pour en honorer la mémoire. Dès lors, un, puis plusieurs miracles ou supposés tels marquèrent les esprits avant que d'étendre leur renommée bien au-delà des frontières bretonnes. Ainsi, des pèlerins venus de loin témoignèrent-ils de la guérison miraculeuse d'handicapés ou comme à Josselin, de la cécité et, ou de l'épilepsie, grâce à l'eau de la fontaine Notre-Dame-du-Roncier.

 

Pour en revenir au cas des aboyeuses, qui n'étaient d'ailleurs le plus souvent pas originaires de Josselin, mais de bourgades alentour, ces femmes possédées au point de perdre tout discernement et de hurler en se roulant à terre dans des convulsions épouvantables, étaient alors traînées de force jusqu'à la fontaine Notre-Dame-du-Roncier dont elles devaient en boire l'eau à moins que d'y être plongées, puis jusqu'à une statue de la vierge Marie qu'elles devaient baiser. Dès lors, le miracle s'opérait et ces malheureuses s'en trouvaient sitôt apaisées, calmées et paisibles.

 

La légende, à l'origine du pardon de Notre-Dame-du-Roncier à Josselin remonte à l'an 808 où un paysan accompagné de sa fille aveugle auraient été éblouis par une lueur intense provenant d'un buisson de ronces. Le dégageant, le paysan mis à jour une statuette en bois lumineuse représentant la Sainte-Vierge. La présentant à sa fille, elle aurait aussitôt recouvré la vue.

 

Plus tard, cette statuette de la Vierge fut brûlée pour être détruite lors de la Révolution française, et l'église qui lui servait d'écrin, fut profanée. Mais un fragment calciné de la statuette pu être sauvé puis, placé dans son reliquaire en la basilique actuelle.

 

Une nouvelle statue de la vierge fut couronnée en 1868 au nom du pape Pie XI lors d’une procession réunissant alors 25.000 fidèles, ce qui à l’époque était considérable. C’est cette relique que les aboyeuses doivent baiser le jour du Pardon.

 

Mais quel est le rapport entre le buisson de ronces de la vierge, la source miraculeuse et les aboyeuses de Josselin ?

 

Une autre légende tenace raconte...

 

" Il y a fort longtemps, des femmes des environs de Josselin lavaient leur linge à une mare au bord d’un chemin, quand une vieille mendiante apparut, qui se trainait avec peine et leur demanda l’aumône d’une voix suppliante. Insensibles à ses malheurs, les femmes la chassèrent en l’insultant, mais la pauvresse insista et agacées, elles lancèrent sur elle l’énorme chien qui les gardait. Le molosse fonça avec un aboiement mauvais mais soudain les haillons de la vieille femme se transformèrent en des vêtements étincelants de pierreries, les rides de son visage s’effacèrent et rayonnante de gloire et de beauté, elle leur dit :    

" Mauvaises femmes, je suis la Vierge Marie. Vous vous êtes montrées sans pitié pour l’infortune. Je vous condamne vous et toutes vos descendantes à aboyer comme ce chien que vous avez lancé sur moi. "

 

" Puis, avant que de disparaître dans un nuage, touchée malgré tout par le désespoir des lavandières, elle leur permit d’obtenir le pardon le jour de la Pentecôte à condition de ne pas être en état de péché et d’aller en pèlerinage à l’église de Josselin. Cette faveur devait s’étendre à leur descendance après une année d’expiation. "

 

Plus prosaïquement, certains historiens prétendent que les " aboyeuses " de Josselin seraient des victimes de la conquête de l'Armorique par Conan Meriadec (roi légendaire de la Bretagne Romaine des îles britanniques actuelles) dont la langue aurait été coupée afin qu'elles ne parlent plus leur langue maternelle armoricaine. 

 

Dans mon poème " Aboyeuses " j'évoque la création d'un vitrail réalisé par Anne et Antonin aidés de Louis (Austerlitz), se rapportant à la guérison miraculeuse des enfants de Camors en 1728. Ce vitrail existe et se trouve à l'emplacement numéro 15 des baies de la basilique de Josselin. Il a été réalisé par la fabrique de vitraux du Carmel du Mans et Ferdinand Hucher (Maître-verrier 1814/1889).

 

Il " raconte " donc en couleur, le miracle des enfants de Camors se rapportant au Pardon du 25 mai 1728 comme en atteste le procès-verbal paroissial détaillé. Ces trois enfants âgés de 6 à 12 ans (2 filles et 1 garçon) étaient atteints de convulsions et de crises multi quotidiennes au cours desquelles ils hurlaient comme les aboyeuses. Conduits à la fontaine miraculeuse puis à l’église de Josselin, ils furent aussitôt guéris.

 

 

 

Une " aboyeuse " de Josselin

 

134_Aboyeuse_de_Josselin

 

 

La fontaine Notre-Dame-du-Roncier

 

Fontaine_Notre-Dame-du-Roncier,_Josselin,_France

 

 

Josselin_Fontaine_Notre_Dame_Du_Roncier

 

 

 

la basilique Notre-Dame-du-Roncier à Josselin

 

IMG_1423

 

 

IMG_1359

 

 

IMG_1385

 

 

la statue de la Vierge en la basilique de Josselin

 

75

 

 

IMG_1383

 

 

IMG_1375

 

 

Le reliquaire

 

IMG_1377

 

 

L'apparition de la Vierge au lavoir

 

018_E

 

 

Le vitrail du miracle des enfants de Camors sis en baie n° 15 de la basilique 

et que je "prête" à Anne, Antonin et Austerlitz dans mon poème...

 

Josselin_-_basilique_Notre-Dame-du-Roncier,_intérieur_(28)

 

 

Josselin_(56)_Basilique_Notre-Dame-du-Roncier_Baie_11-3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



01/03/2022
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres