La palette de Pierre

La palette de Pierre

Lexique Saison 5 Episode 7 Fauchés

 

 

 

Saison 5, Épisode 7, Fauchés

 

Lien vers le poème Fauchés : ICI

 

 

 

 

- L'ARGOT DES POILUS (extrait), LE SORT DES ÉCRIVAINS DURANT LA GRANDE GUERRE DE 14/18 (Fauchés)

 

 

 

1/ L'ARGOT DES POILUS EN 14/18 (extrait)

 

Exceptionnellement, pour faciliter aussitôt la compréhension du texte, j'ai donné directement sous mon poème "Fauchés" la « traduction » de termes et mots tirés de l’argot des poilus de 14/18 (dont nous en connaissons beaucoup, sans savoir pour autant leur origine) cités dans l’ordre des vers du poème :

 

 

-      Gourbi : abri

-      Célestin-le-miauleur : surnom donné à Célestin réputé pour reconnaître les projectiles qui « miaulent » à leur son

-      Shrapnels : obus à balles ( !) allemands

-      Bourdon : bruit d’obus 

-      Miaulements : d’obus des canons de 75

-      Abeilles : son des balles de fusil

-      Ligne : la ligne du Front des combats (être en 1èreligne, etc.)

-      Douilles bijoutières : les soldats récupéraient les douilles de cuivre pour en   sculpter des objets « souvenirs »

-      Aiguilles à tricoter : la baïonnette !

-      Pinard : du vin rouge

-      Fritz : Désignation péjorative des Allemands

-      Terrier : une tranchée

-      Ballots ou Balochard : imbécile, idiot

-      Mettre les voiles : se sauver, s’en aller

-      Terreux : paysan

-      Totos : poux

-      Tord-boyaux : eau-de-vie

-      Bibine : bière de mauvaise qualité

-      Barda : l’équipement du soldat fantassin

-      Perlot : tabac

-      Bobines : visages

-      Marmites : trous ou cratères pratiqués par des obus de gros calibre

 

 

 

tranchees1.jpg

 

PHO36133e50-f575-11e3-a158-9815cfa54b96-805x453.jpg

 

 

 

 

2/ LE SORT DES ÉCRIVAINS DURANT LA GRANDE GUERRE ne fut pas enviable tant ils ont donné, comme tous leurs concitoyens (ou presque...) de leur sang et bien souvent leur vie. Bien souvent, du fait de leur appartenance au corps des grandes écoles, notamment l'École Normale Supérieure de la rue d'Ulm, ils furent mobilisés comme officiers avec le grade d'aspirant lieutenant.

 

Mais au delà leur situation combattants au front, le naturel reprit vite le dessus et ils se mirent à écrire en noircissant tout ce qu'il pouvait trouver de papier avec autant de bouts de crayons... Dans un premier temps, "le récit immédiat" l'emporta sur des ouvrages ultérieurs prenant davantage de recul. 

 

Henri Barbusse avec "Le Feu" obtint le prix Goncourt en 1916. 

 

Maurice Genevois, officier d'infanterie d'à peine 23 ans affecté en 1915 au 106ème régiment d'infanterie (que commandait mon grand-oncle, Charles Barjonet) adressa régulièrement à son ami Paul Dupuy, Secrétaire général de l'E.N.S. ses feuillets rassemblés en autant de carnets qui composèrent le fameux "Ceux de 14" et notre ami (voir ma romance de Laurine). 

 

Roland Dorgelès au style plus journalistique, avec "Les croix de bois", manqua d'obtenir le Goncourt en 1919 (devancé par Marcel Proust) pour son écriture de rétrospective. 

 

Et parmi les écrivains morts pour la France, honorons la mémoire de :

 

 

- Le Grand Meaulnes : seul roman d’Alain Fournier (1913), mort pour la France le 22/09/1914,

 

 

- « Épis trop mûr » : du poème prémonitoire de Charles Péguy, mort pour la France le 5/09/1914 à 41 ans ! «  Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles (...) Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés" (d'où les deux derniers titres de mes poèmes "Moissons" et "Fauchés"),

 

 

- Petit-Gibus : personnage de « La guerre des boutons », roman écrit par Louis Pergaud, également auteur des « carnets de guerre », mort pour la France le 8/04/1915 (un peu plus tard que dans mon poème…). 

 

Retenons encore, parmi les écrivains « fauchés » au champ d’honneur, Guillaume Apollinaire mort de la grippe Espagnole et des suites d’une blessure reçue en 1916, le 9/11/1918 (à 2 jours de l’armistice…)

 

 

Notons qu'après 1920, le public, lassé par le conflit de 14/18, abandonna cette littérature de guerre.

 

 

Maurice Genevoix :

 

maurice-genevoix.jpg

 

 

 

 

Lettre de Maurice Genevoix au fils (Georges) du Colonel Charles Barjonet (mon grand-oncle), sous les ordres duquel il servit durant la Grande Guerre, suite à une émission de télévision en 1972...

 

 

doc Charles suite 1 2 copie.jpg

 

  

 

doc Charles suite 1 3 copie.jpg

 

 

 

... et lettre à sa fille, Germaine Barjonet

 

doc Charles suite 1 5 copie.jpg

 

doc Charles suite 1 4 copie.jpg

 

 

 

 

Bulletin des "Revenants du 106ème Régiment d'Infanterie" dont Maurice Genevoix était Président d'Honneur suite au décès de mon grand-oncle, le Colonel Charles Barjonet qui avait combattu, notamment aux Éparges en 1915 avec le Lieutenant Maurice Genevoix alors sous ses ordres.

 

doc Charles suite 1 1.jpg

 

doc Charles suite 1.jpg

 

 

 

 



23/07/2019
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres