La palette de Pierre

La palette de Pierre

La Circassienne

 

La_Circassienne_au_Bain_After_Blondel.JPG

 

 

Toile de Merry-Joseph Blondel " La Circassienne au bain " 

 

 

 

 

Yves Montand " Bella ciao "

 

Cliquer pour écouter cette musique, mais avant ou après lecture du poème afin de ne pas brouiller les paroles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques), "LEXIQUE SAISON 5" (Nouveau),  "SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Circassienne

 

 

 

 

Pour cet anniversaire en deuil du Titanic

Paul a rejoint Auguste laissant flotter ses brosses

En une concoction d’essences britanniques

 Faisant poindre un reflet glacé de noir atroce.

 

Mademoiselle est là près de son cher José,

Maureen et des amis, tous rendus aux « Collettes ».

La Méditerranée, que berce reposé

Le chevalet d’Auguste a des airs de follette.

 

L’air est léger si frais, de citrons parfumés,

Bougainvilliers grimpants, grenadiers et glycines.

Le printemps qui s’en vient a chassé les fumées

Du navire englouti par viles officines.

 

Le cauchemar toujours, qui s’invite en regain

Assombrit l’illusion des merveilleux parterres

Du domaine couvert d’oliviers au béguin

Des passants égarés s’étant trompés d’artère.

 

Ruth n’a pas déserté sa terre en liberté,

Trop jeune pour venir, fragile en sa mémoire,

Que le drame a menée, blessant sa puberté

Sur le chemin furtif des larmes qui s’y moirent.

 

Mais elle écrit souvent des messages d’espoir

À Maureen désormais, son amie destinée.

Son frère est bien soigné, n’est plus au désespoir,

C’est elle qui répond à la Presse obstinée. 

 

Paul ne s’est pas remis du naufrage de l’art,

Du tableau contemplé dans l’antre du navire

Qu’un survivant suédois, son voisin sur le tard,

Lui avait présenté en nymphe qui chavire.

 

« La Circassienne au bain » séduit Poséidon,

Excitant Aphrodite, affolant les sirènes.

Dans l’abysse s’expose en piégeant Cupidon,

Innocente noyée d’esclaves et de reines.

 

Fallait-il que Blondel imaginant ce bain

N’encourage un instant sa belle Circassienne

À plonger sa passion dans un gouffre thébain

Pour tromper son destin en odes horatiennes.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Juin 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 



18/06/2019
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 65 autres membres