La palette de Pierre

La palette de Pierre

Marie

 

Marie_Curie_c1920.png

 

 

Marie Skłodowska-Curie

 

 

 

 

 

 

Chopin " Polonaise opus 40 n° 1 " par Samson François

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques), "LEXIQUE SAISON 5" (Nouveau),  "SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

N.B : Il va de soit que le rapprochement entre ma Romance de Laurine et la vie de Marie Curie n'est que pure création romanesque sortie tout droit de mon imagination - Pierre

 

 

 

 

 

 

 

Marie

 

 

 

 

La neige s’est ouverte aux marchés du midi

En cet hiver « quatorze » emporté de poudreuse

Déroulant ses reflets de givre en perfidie

Scintillant en guirlandes juste filandreuses.

 

Laurine a réussi des « œufs-neige » étonnants

Vibrant d’un velouté d’atomes de banquise,

Lorsque son pas de porte s’ouvre en détonnant

Sur une frêle dame en son Salon conquise.

 

Modeste et fort discrète entourée de suédois

Qu’elle guide à Paris d’une colline à l’autre,

De Sainte-Geneviève où nul ne la soudoie

À la Butte Montmartre où nul art ne se vautre.

 

Marie qui n’est d’ici, fleurant ce « Cœur de pain »,

Se surprend comparer à son laboratoire

L’antre de ce fournil au clair Salon repeint,

L’austère précision d’un goût libératoire.

 

Elle y revient depuis, cherchant mille raisons

Qui font de la boutique un mariage homogène

Entre la science et l’art prouvant leur floraison,

Puis en souriant invente un soufflé chromogène.

 

Émerveillant Laurine en quête de vertus,

Marie l’entraîne à voir, retraversant la Seine,

Son labo, sa raison, son goût qui s’évertue

A polir les rayons d’une passion bien saine.

 

En nourrissant le corps, l’une ouvrage sa faim,

Quand explorant le cœur, l’autre atomise en fièvre

La vision que ne plombe la physique enfin,

Réussissant l’exploit de soulever des lièvres. 

 

L’alchimie des pétrins vaincus par volonté

Entre la boulangère, l’éclair bonapartiste

Se riant du génie de son Salon dompté

Et Marie la savante, éblouit les artistes.

 

Que ce Salon bouillonne en ignorant l’hiver !

Laurine est au piano jouant une Polonaise, 

Marie calcule et perce enfin son univers,

 Et rayonne du thé d’infusion japonaise…

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2019

 

à suivre.jpg



24/06/2019
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres