La palette de Pierre

La palette de Pierre

La glace

La glace
La glace :

Portrait de ma fille Aude. Très concentrée avant d'engager une pirouette (rotation), elle fixe l'emplacement de sa figure. L'importance de la piste renforce le risque que prend la patineuse face à la glace. J'ai donc souligné l'opposition entre la verticalité du patineur et l'horizontalité de la glace. Laquelle revêt bien plus de couleurs qu'on l'imagine, en autant de reflets qui s'entremêlent avec la vitesse. Le bas du corps est à peine esquissé dans des teintes sombres pour dégager le buste. La barrière rappelle la couleur orangée de la tunique (et les incrustations bleues de la ceinture) mais cette dernière semble flotter au vent de la glisse. Le patin blanc donne la direction du bras et du regard.





Commentaires

  • anitagc 34 messages Site web/blog

    Bonsoir Pierre
    Quel exploit , tu as cette technique du mouvement absolument incroyable , ta fille sur cette toile paraît tellement réelle , en même temps qu'elle chance aussi avec ton talent de peintre et tes pinceaux de l'avoir immortalisé en gracieuse patineuse .
    J'aime le patinage artistique , et j'avoue que ta fille était très douée à voir sur ce tableau elle s'apprêtait à faire un salto . Un saut en patinage très difficile .
    C'est un très beau partage que tu nous offres Pierre
    Amitié

    • Jeuvac 1030 messages Site web/blog
      Jeuvac anitagc · 19 janvier 2017

      Bonjour Anita
      Comme c'est gentil de visiter cette toile que j'aime tant...
      Oui, Aude faisait partie du pôle France espoirs auprès de Didier et d'Annick Gailhaguet puis de Katia Bayer... Mais je vois que tu t'y connais en la matière !
      Tu vois juste puisque c'est précisément le mouvement que j'ai voulu transcrire ici, en "décentrant le sujet" face à cette large surface de glace.
      Encore merci de ta visite.
      Très belle journée,
      Amitiés

  • Aquarella 143 messages

    Bonsoir Pierre,
    Je suis une fan de patinage artistique, et, bien que n'ayant jamais pu réaliser mon rêve de devenir une patineuse, je reste très attachée à ce sport (qui continue de me faire rêver).
    Ces sportifs me fascinent par leur agilité et la grâce avec laquelle ils exécutent des figures très difficiles, tout en nous donnant l'impression d'une aisance à couper le souffle.
    Ton tableau est vraiment très réaliste dans la posture et le mouvement, très bien rendus, de la patineuse, dont on voit parfaitement la concentration pour la figure qu'elle s'apprête à exécuter.
    On s'attend vraiment à la voir sauter et tournoyer au-dessus de la glace.
    J'adore les ombres sur la glace qui correspondent au reflet de ta fille. C'est ce qui accroche le regard, immédiatement après la silhouette de la patineuse.
    Bravo pour ce tableau qui doit certainement plaire à ta fille.
    Amitiés

    • Jeuvac 1030 messages Site web/blog
      Jeuvac Aquarella · 6 juin 2016

      Bonjour Françoise,

      Je suis très sensible à ton message qui ne me laisse pas de glace ;-)
      Oui, cette toile est un hommage que je rends à notre fille comme à tous ces enfants que nous avons accompagnés sur quasiment toutes les patinoires de France et de Navarre…

      C'est un fait que le patinage artistique est magique, tant par la créativité qu'il développe, par la grâce des patineurs, par la haute technicité qui s'impose, par l'atmosphère si particulière des patinoires, par les exploits sportifs, que par l'enchantement des chorégraphies...

      Ce furent 10 ans de notre vie.
      Nous avons accompagné Aude durant quasiment toute son enfance/adolescence rythmée par le sport étude, les entraînements dès 7 h du matin dans des patinoires glacées en Pôle espoirs France, en stages d'été, en compétitions un peu partout et toujours le week-end...
      Nous nous étions organisés pour l'accompagner en famille et pour que sa soeur aînée ne prenne pas ombrage de ses succès. Tout au contraire, elle fut sa meilleure supportrice, la préparant et maquillant avant chaque épreuve...
      Et puis, nous avions mis en place une sorte de tradition : à chaque déplacement en France, nous en profitions pour visiter les lieux et en rapporter une spécialité gastronomique comme la moutarde à Dijon... ;-)

      Parmi ses très nombreuses compétitions, manifestations, démonstrations, sans parler des championnats, l'une m'est tout particulièrement précieuse. Celle d'un certain 15 décembre 1999 à "J-17" avant l'an 2000 quand, conviée à patiner avec l'élite du patinage français sur une piste montée au Trocadéro face à la tour Eiffel, elle réchauffa l'atmosphère gelée qui avait presque eu raison de la voix de Nelson Montfort (il neigeait) de cette soirée télévisée dans sa tunique de Carmen...

      Fort heureusement, le cap du basculement entre sa vie faite de compétitions (entraînée à Champigny par Annik Gailhaguet puis au Français-Volants de Paris-Bercy par Katia Bayer) et son devenir professionnel (elle est actuellement installée comme kinésithérapeute) se fit en souplesse, sans heurts ni larmes...
      Or, pour les jeunes comme pour leurs parents, cette vie faite de sacrifices (d'efforts, d'entraînements, de disponibilité parentale physique et... financière) est extrêmement difficile à maîtriser, voire à "vivre" tout simplement. Je me souviens d'ailleurs avoir proposé à Didier Gailhaguet de créer une "École des parents" pour leur "enseigner" les bonnes pratiques d'accompagnement parental auprès des entraîneurs plutôt que les vicissitudes de la jalousie conflictuelle... ainsi que l'art et la manière de soutenir son enfant lors des échecs tellement plus nombreux que les succès ! Il partageait mon avis, mais faute de crédits…

      Ce que l’on ignore, et qui explique notamment pourquoi en France, nous restons si pauvres en champions de la glace, c’est que rien n’est fait pour permettre aux jeunes talents de concilier patinage et vie scolaire. Ainsi, Aude a pu entrer dès 8 ans en sports études (sélection déjà drastique) et poursuivre dans un collège spécialisé sa scolarité jusqu’en 3e. Mais lorsqu’elle entra au Lycée, ce fut une autre histoire, l’obligeant à changer de Club faute de mi-temps d’entraînements compatibles. En effet, les Pouvoirs publics considérant que le patinage artistique s’apparente à la danse ou aux arts du cirque n’ont pas prévu de passerelles vers un Bac scientifique, seulement littéraire ! Elle y parvint tout de même, après un véritable parcours du combattant !
      Avec le recul, moi qui ne suis pas sportif et qui voyait dubitatif cette spirale se dérouler dès son enfance, mais qui en avait pourtant accepté l’augure compte tenu de son enthousiasme (1), je me dis que cette expérience unique de vivre ensemble, en famille, cette aventure sportive et artistique vaut vraiment le coup ! À condition toutefois que son arrêt (passage dans la vie active, car les champions retenus se comptent dans les doigts d’une main) se passe bien sans traumatisme.


      (1) Je me souviens de son premier stage sportif de 3 semaines à La Roche-sur-Yon, que nous avions accepté presque à reculons avec ma femme, car elle n’avait que 7 ans, et du bonheur qui était le sien à son retour, malgré un été fait d’entraînements soutenus avec jogging dès 7 heures le matin…

      Amitiés

  • Sophie (visiteur) Site web/blog
    Sophie (visiteur) · 12 mai 2016

    Jolie fille que tu as ! J'aime le patinage donc je ne peux qu'apprécier ce joli tableau
    Bravo à Aude qu'elle continue surtout ainsi que toi........

    • Jeuvac 1030 messages Site web/blog
      Jeuvac Sophie · 12 mai 2016

      Merci infiniment Sophie pour ton appréciation si agréable à lire. Mais désormais Aude, devenue maman, et kinésithérapeute, ne patine plus, sauf lors de quelques loisirs.
      Peut-être que ses enfants prendront le relai ?
      Très belle fin de journée
      Amitiés