La palette de Pierre

La palette de Pierre

Le manteau

Capture d’écran 2021-01-25 à 11

 

Hermine_et_son_pelage_hivernal

 

 

 

Folklore traditionnel Russe : " Un troupeau passait "

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 3 , Episode 8, Le manteau

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le manteau

 

 

 

 

 

Le Grand-Duc Nicolaï1 que l’on disait perdu

À Scutari2 l’hiver, reclus dans sa détresse,

Réchappant d’un combat, sans replis, éperdu,

Fut pris vif, égorgé, mais sauvé par ses tresses.

 

 

Ne pouvant plus parler, ne vivant que des yeux,

Sa vaillance troqua sa rage inopportune

Pour l’épreuve du cœur que lui demandait Dieu ;

Acceptant désormais son brancard d’infortune.

 

 

Et le printemps passa, puis l’été d’Antonin

Qui le soigna si bien, malgré l’ombre du bagne

Où ces Russes maudits s’enivraient de venin,

Et perclus de vengeance offraient du knout3 en poigne...

 

 

Ce Boyard4 repenti sut se faire estimer

Des soldats étrangers, des Turcs et puis des nonnes,

Tant grande était l’épreuve au calvaire imprimé,

S’en remettant aux mains qui soulagent l’automne.

 

 

Aux adieux d’Antonin regagnant l’occident,

Il lui remit son bien, d’un blanc manteau d’hermine

Qui, depuis son martyre était son confident,

 Lui réchauffant la foi d’un monde sans vermine.

 

 

Observant l’horizon que façonne la mer,

Antonin se confie contre Jean, l’âme en peine,

Léguant à sa Crimée cette Odyssée d’Homère

En songeant au retour qui s’annonce sans haine.

 

 

Il serre son manteau dont frissonnent les poils

Électrisant le vent de brûlantes épices

S’en venant murmurer au gonflement des voiles

L’abandon du fracas des combats de l’hospice.

 

 

La France enfin leur tend son étole de soie

Aux vibrantes couleurs faisant valser les mouettes

Sur des airs de vivats « avé l’accent niçois »

Gazouillant des discours et des chants d’alouettes.

 

 

Le retour au pays déchire leur bonheur,

Séparant les amis, camarades sans armes.

Craignant leur destinée dégoulinant d’honneurs,

Ils tremblent d’embrasser leurs familles en larmes...

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Personnage russe inventé pour mon récit.

 

2 Hôpital de Scutari à Constantinople.

 

3 Le Knout ou le fouet russe étaient un terrible supplice arrachant des lambeaux de chair de la taille à la nuque du dos de malheureux condamnés à une mort certaine après « seulement » dix à quinze coups.

 

4 Un Boyard était un aristocrate russe.

 

 

Pierre Barjonet

Avril 2021

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 



16/07/2021
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres