La palette de Pierre

La palette de Pierre

L'Aube

IMG_7646

 

Musique du film "Rosemary's Baby"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 2, L'Aube

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Aube

 

 

 

 

Au sortir du printemps quand le ciel se cabra

Sur ses farouches nuages crachant leur écume,

Et quand la pluie noya l’orage qui sabra

Les andains 1 dévastés tant l’espoir se consume,

 

 

Alors, tout le pays, par la fureur des cieux,

Tonna contre le cœur de son âme en souffrance.

Mortifiés, les enfants de Bayel silencieux,

Vinrent prier la Vierge et tous les Saints de France.

 

 

En forçant le destin qui souffla le pays,

Une famille en pleurs, tassée dans sa charrette

Bascula sous le vent non loin de l’abbaye,

Glissant transie dans l’Aube en son sort qui s’arrête.

 

 

Luttant dans la tempête Antonin se battait,

Se cabrait puis tirait ses bêtes affolées,

Rassurait les brebis que l’écho rebattait,

Et redoublant d’efforts, jurait à la volée.

 

 

Le cri le foudroya, cinglant comme un éclair !

Lors, laissant son troupeau, le voici qui déboule

Sur la berge exhumant la charrette qu’éclaire

Le miroir des remous puissants que tout chamboule.

 

 

L’onde avait déjà bu la vie des pauvres gens,

Les vieux et les parents et leur mulet peut-être.

Écarquillant les yeux, trébuchant et nageant,

Antonin se démène et fouille chaque mètre.

 

 

Il connaît ces enfants, la fillette et le fils

De l’ami rebouteux qu’engloutit la rivière.

Il ne peut tolérer la mort en son office

Qui s’écoule funeste et vous porte en civière.

 

 

Les cris se font cruels en aval du courant,

Et l’Antonin bondit, détournant son sillage.

Apercevant blottis les deux mouflets pleurants,

L’Antonin s’en saisit, les tirant du feuillage.

 

 

 Remontant à l’abri ces piteux orphelins,

Il les veille le soir, les bordant dans la paille,

Évitant d’éveiller Louis 2 en son patelin,

Puis leur donne du lait, du pain, des œufs de caille.

 

 

 

 

1 Les andains sont de longs sillons d’herbe séchée en vue d’en faire du foin.

2 Louis Weber, dit « Austerlitz », le père d’Antonin.

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 



29/11/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres