La palette de Pierre

La palette de Pierre

Maharadjah

 

unnamed

 

 

 

"Orient Express" Dixie E. Morricone

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques) : Lexique Saison 6 Episode 12 Maharadjah  

 

 INFORMATIONS & DOCUMENTS ORIGINAUX UNIQUES
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maharadjah

 

 

 

 

 

Valentine grelotte en fixant le cristal

Des nymphes trop lascives que voile le givre

Paralysant la voie de ce train qui s’installe

Dans l’attente frileuse en voitures sans vivres.

 

 

Le palace sur rails a cessé de souffler

Ses entrailles de feu, prisonnier des congères,

Vaincu par le blizzard, honteux du camouflet

Qui l’endort en Orient dans la soie mensongère.

 

 

Laurine et Valentine en retour d’Istanbul,

Invitées de Lalique en veine de naïades

Que la Belle a sculptées en décors que chamboule

Le verglas sur les rails, redoutent leur noyade.

 

 

Les parois lambrissées de ronce d’acajou

Du restaurant réduit à des portions congrues

Se parent du reflet des visages sans joues

Maquillés de pâleur et jurons incongrus.

 

 

Une princesse russe a troqué ses diamants

Contre des œufs voisins de rustres du Caucase,

Et le Maharadjah s’est enquis bruyamment

D’acquérir à prix d’or des fourrures d’occase.

 

 

Pour couvrir son harem étourdi de frissons,

Il a déshabillé les étoles sur place

Offrant de réchauffer l’attente à l’unisson

De rubis et loukoums faisant fondre la glace.

 

 

S’équipant pour la chasse, ils ont traqué les loups,

Broyant leur hurlement jusqu’à Constantinople

En laquant de leur sang la brume encore floue

Du linceul affamé d’un festin andrinople*.

 

 

Il a fallu six jours pour redorer le temps

Après que des servants venant à la rescousse

Du convoi s’étirant comme un arc qui se tend,

Ciblent enfin l’écho du luxe des secousses.

 

 

Laurine a protégé Valentine du froid

La sentant submergée de langueur de princesse,

La couvrant d’un vison, détournant son effroi

Quand elle a deviné son état de grossesse.

 

 

 

 

 

 

 

* De couleur rouge

 

Pierre Barjonet

Janvier 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 

 



12/02/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres