La palette de Pierre

La palette de Pierre

Glisse

 

XVM91875d9a-bd44-11e6-8c31-c67b03384e25.jpg

 

 

" Les patineurs " Valse opus 183 de Émile Waldteufel

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".   Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 Je vous invite également, non seulement à visiter mon LEXIQUE qui évoque cette mode de la glisse à la Belle Époque, mais aussi et surtout à vous rendre sur l'article de mon amie Françoise  :  " LE SKATING " ( Lien ICI ).
C'est d'ailleurs, à partir de son article fort bien documenté, que l'idée me vint de rajouter ce poème " Glisse " à la Romance de Laurine. Je le lui dédie bien volontiers. Pierre

 

 

 

 

 

 

 

Glisse

 

 

 

 

Le gel, de son haleine a vitrifié les bois,

Recueillant de Boulogne ou Vincennes la glisse.

De joyeux patineurs ont remplacé les oies,

Et les plumes des belles coiffent leurs pelisses.

 

La mode est au patin délaissant les canots.

Filant, tourbillonnant, chacun chausse bottines,

La glace s’y mirant autant sur les canaux,

Les étangs ou les lacs que l’amour n’y patine.

 

Mais en ce siècle ouvert à l’aune du progrès,

Les cristaux naturels n’étant que provisoires,

S’ouvrent de fiers palais parquetés sans regret

Laissant y dérouler une empreinte illusoire.

 

Ils ont si fière allure en patins de métal

Ces messieurs accrochés au bras des élégantes

Dépassant aériens, d’un vigoureux mental,

Les débutants arqués aux traces zigzagantes.

 

Préférant aux roulettes, leurs lames d’acier

José, Maureen et Jean s’amusent de Laurine

Pâle comme un flocon du pays des glaciers

Les regardant vriller comme des figurines.

 

Le Palais de la Glace en coiffe de melon

Tourne près du Rond-Point des Champs pris de gelées

Offrant aux patineurs sans l’ombre d’un grêlon

Une piste courbée, sublime et nivelée

 

Oh, ce sont les violons dont l’archet vient glisser

Qui donnent le signal de l’allure en cadence !

Et les robes au vent font valser leur plissé

Virevoltant d’emblée dans la vague qui danse.

 

Tout à coup l’on s’écarte, encourageant Axel.

L’illustre patineur engage une pirouette

Puis se lance et déroule en maître que n’excelle

Le saut qu’il inventa, glorifiant sa silhouette.

 

La piste reprenant ses droits sous les vivats,

Le chocolat bouillant enlève nos joliesses

Et redonne à Laurine un rire de diva

Partageant les refrains du grand orchestre en liesse.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 



19/03/2019
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 65 autres membres