La palette de Pierre

La palette de Pierre

Florence

 

IMG_6820

 

 

"el condor pasa" flûte des Andes à la Kena

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1, Episode 2, Florence

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Florence

 

 

 

 

 

 

Elle est rentrée plus tôt goûter ses quarante ans,

Rejoignant le patio de la rue Henri Pape1

Où Florence l’attend dans un décor hantant

Ce quartier préservé du bruit par ses soupapes.

 

 

Délicieuse maison couvant son jardinet

Débordant de massifs de dahlias qui s’embrassent,

Percée du miaulement d’un matou blondinet

Rampant sous les croisées de la cour en terrasse.

 

 

Elle a quinze ans de moins et des cheveux nattés,

Un rire qu’illuminent des pupilles vertes,

Et quand Florence a vu que le jour se hâtait,

Pour sa meilleure amie, de joie la recouverte.

 

 

Déracinée de Troyes, Bar-sur-Aube et Bayel2,

Elle est comme un cristal, si pure et transparente,

Qu’Irena la protège en la couvrant de miel,

S’imaginant sa sœur, devenue sa parente.

 

 

Florence a parfumé de volutes d’encens

Les colliers de lotus accrochés aux tentures

Et sur son canapé qui défie le bon sens

Feule une peau de tigre éveillant sa denture.

 

 

Un tapis de chevrette étouffe un guéridon

Qui ploie sous un plateau de loukoums au thé menthe,

Tandis qu’un magnéto perché sur un bidon

 Joue comme un perroquet des airs qui se lamentent.

 

 

C’est dans son havre hindou, marocain, tibétain

Et dans la paix des Andes que Florence accueille

La fête d’Irena, lui offrant des étains,

Un oiseau de cristal2 et son précieux recueil.

 

 

Pour son anniversaire elle a imaginé

La surprendre en swinguant avec ceux de Vincennes,

Ses potes de la crèche et ses fans de ciné,

Ses rancards d’la Huchette3 et du jazz bord de scène.

 

 

Et la nuit recouvrit les larmes d’Irena

Dans ce patio fleuri du quartier Maison-Blanche1,

En quarante bougies que rien ne réfréna,

Ni les chants des voisins ni les cernes qui flanchent.

 

 

 

 

 

1 Quartier de la « Maison-Blanche » (Paris 13e),

2 Verrerie de Bayel (Aube) et cristal taillé et signé de la « Manufacture Royale en cristaux de Bayel »,

3 Le Caveau de la Huchette (célèbre Club de jazz à Paris 5e)

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2020

 

à suivre.jpg

 



28/04/2020
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres