La palette de Pierre

La palette de Pierre

Vercingétorix

 

hippodrome.jpg

 

 

 

 

Ben-Hur : Parade of the Charioteers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques),  "SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vercingétorix

 

 

 

 

Galopant tels des lions reprenant leur essor,

Les cavaliers gaulois prolongent l’artifice

D’enfoncer les Romains en priant que leur sort

Soit de mourir vaillants sans un vain sacrifice.

 

Le frisson partagé par ces mâles tribus

Résonne et fait trembler la foule palpitante

Quand soudain se déploient sans leurs vils attributs

Des amazones d’or, félines, excitantes.

 

La pantomime illustre opposant à César, 

Lucter dit le Cadurque en cours de fiançailles

Et Vercingétorix aussi vif qu’un lézard

Soulève des vivats dont la piste tressaille.

 

Ah, comme on s’y croirait, tant l’ultime tableau

Incendiant les vestiges d’Alésia soumise

Emporte les clameurs de Laurine et Pablo ;

Le cirque triomphant vient de doubler sa mise !

 

 L’hippodrome nouveau de Montmartre et Clichy

Inaugure en fanfare le Siècle en son arène !

Pablo seul est venu, mais sans s’être enrichi

Loge rue Gabrielle ayant rompu ses rênes.

 

 L’immense bâtiment vaut bien le Colisée

S’ouvrant aux arts du cirque en colonnes de plâtre

S’élevant dans Paris en soufflant l’alizé

Epris du vent nouveau de cet amphithéâtre.

 

Sept mille spectateurs n’ont pas vu que la main

De Pablo chevauchait la danse des prouesses

Des lutteurs en guerriers, des jongleurs de demain,

Des chevaux alezans et des fauves sans laisses. 

 

Son carnet de croquis se noircit du fusain

Foulant sous les sabots des vaincus en sanguine,

Et se lance en changeant le gui pour du raisin 

Enivrant les druidesses à grands coups de mine.

 

Jamais le Boulevard n’avait autant vibré

D’un tel ravissement quand sortent les mondaines

Comme autant de vestales qu’on exhiberait

Illustrant la réclame du vainqueur des Ardennes

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mars 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 



08/05/2019
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres