La palette de Pierre

La palette de Pierre

Pitié

 

esposito04-989x1024

 

 

 

"Complainte de Saint-Nicolas / trois petits enfants"

Petits chanteurs à la Croix de Bois

 

 

N.B. Afin de profiter au mieux de ce chant, sans confusion avec les vers,

veuillez l'écouter après la lecture du poème

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 2, Pitié

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Pitié

 

 

 

 

 

Intrigué par son fils qui va puis s’en revient,

Austerlitz entrevoit la raison du manège.

Échauffé par la prune, fébrile il prévient

Que des marmots perdus, n’en prend ni n’en protège !

 

 

Ces petits qu’il rejette, il les flanque dehors,

Provoquant un tumulte de cris et de larmes.

Il se dresse furieux quand le garçon le mord,

Mais Antonin suspend son geste qui l’alarme.

 

 

Les menant à l’église en fuyant ce dément,

Antonin sait qu’ici sera leur providence.

Il n’ose les confier au vieux Père Clément,

Mais la pitié du prêtre est juste une évidence.

 

 

Les prenant par la main, le bon père sourit

Aux enfants du déluge en si cruelle peine

Qui grâce à l’Antonin, de la mort n’ont nourri

Sa besogne funeste en cliquetis de chaînes.

 

 

Lové contre sa sœur Cédric ne tremble plus,

Mais dévore des yeux l’alléchante galette

Que lui donne Marie, la servante1 goulue

Dont le chapeau fascine autant que sa voilette.

 

 

Antonin rassuré, s’en retourne au logis,

Puis sans un mot s’en va pour la manufacture

Souffler sa rage aux dieux de la mythologie,

Réussissant le feu d’un vase sans fracture.

 

 

Sa main ne tremble pas, mais son cœur est glacé

Se forçant à l’oubli de cette scène ignoble

Quand son père a chassé les petiots enlacés,

Leur refusant la soupe et de la paille noble.

 

 

Mais voici qu’Austerlitz déboulant éméché,

Se poste auprès d’un tour2 en rompant la cadence

D’un jeune compagnon taillant pour l’Évêché

Des flambeaux en cristal contre la décadence.

 

 

Le regard des verriers bruisse d’un clair mépris

Pour celui qui naguère ondoyait d’élégance

Aidant des maladroits dans des travaux repris,

Mais qui sombre ce soir en odieuse arrogance.

 

 

 

1 Marie est la fidèle servante du curé de Bayel.

2 Parmi les outils du verrier, le tour permet de faire tourner une pièce de verre pour en faciliter la gravure afin de donner au cristal sa parure exceptionnelle, intervenant en fin de cycle après la taille.

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 

 

 



10/12/2020
19 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres