La palette de Pierre

La palette de Pierre

L'ascension

 

rivets tour.jpg

 

 

 

 

Les lumières de la ville  (Charlie Chaplin)

 

 

 

 

 

 

 

Rappel : N'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" qui donne des précisions de vocabulaire et "SOMMAIRE".  Il suffit de cliquer dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ascension

 

 

 

 

Il est tôt ce matin que déjà les chevaux

Ballotant du harnais contiennent leur allure.

La ville est engorgée de ces landaus rivaux

Bousculant les coupés à chaque bosselure. 

 

Assis dans un fiacre clouté de cuir qui blesse

Nos amis déroulent la chaussée de basalte.

Ils encombrent ravis la foule qui se presse 

 Soulevant aux faubourgs des nuages d’asphalte.

 

On suffoque déjà quand se dresse la Tour.

Nos coiffes oscillent sous la brise de Seine,

Nos jupes coupées droites vrillent nos atours

Comptant sur leurs bottines pour nous mettre en scène.

 

Galamment, c’est José qui retient l’ascenseur

Jusqu’au troisième étage ébloui de vertige.

Nous restons étourdies, glacées tel un penseur,

Figées comme donzelles perdant tout prestige.

 

Puis le vent nous engage à tousser vers le bas

En suivant le ressac des marées parisiennes,

À l’aplomb de ce phare aux trop nombreux débats.

Nous plaquons nos chapeaux comme des Arlésiennes.

 

Par bravade soudain, nous nous hissons en haut !

Surplombant l’océan des poutrelles qui fouettent,

Nous jouant des éléments titillant notre peau,

Susurrant à la Seine des vagues de mouettes.

 

Notre soif étanchée, nous plongeons de niveau.

Du palier du deuxième en escaliers à suivre,

Glissant dans la volière d’arcs et soliveaux

L’hélice nous aspire en sa rampe de cuivre.

 

Au premier, nous trinquons, goûtant de la vodka,

Un blinis au caviar dans le restaurant russe.

Des ouvriers sifflotent gravant sans fracas

Nos prénoms sur du fer rivé de papyrus.

 

Au sol portant au ciel ses amarres de fer

 La Tour nous fait un signe d’amour et de maille

Croisant pour nos destins l’espoir qu’elle profère

D’un nouveau siècle heureux enrichi de semailles.

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Février 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 



17/02/2019
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 65 autres membres