La palette de Pierre

La palette de Pierre

Jean

DSC_0334

DSC_0346

 

 

 

 

Tri Yann : chanson " La mer est sans fin " 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 2 , Episode 5, Jean

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean

 

 

 

 

Des citrouilles gonflées d’un orange éclatant

Se berçant d’illusions pour se croire pulpeuses,

Aguichent les enfants de songes relatant

Leur carrosse de lune aux légendes pompeuses.

 

 

Oui, mais Perlimpinpin sait qu’elles finiront

En soupe bien charnue poudrée par Joséphine

Et qu’une fois creusées, les gamins vous diront

Qu’ils les aiment surtout en feux de paraffine.

 

 

Sur la table nacrée d’une corbeille à fruits

Qu’elles ont dénichée dans la manufacture

Florence et Irena disposent sans un bruit

La vaisselle fleurie de si belle facture.

 

 

Joséphine s’amuse de les voir goûter

Ses paroles nappant l’oubli de leurs ancêtres,

Et commentant le sort d’Antonin dégoûté,

Leur révèle que Jean fut son frère et son maître :

 

 

« Ensemble ils sont partis pour les brises d’Orient

Sur le Napoléon1, beau trois-mâts à hélice

Trichant avec le vent d’un souffle coloriant

De charbon les embruns en vapeurs de mélisse.

 

 

De deux ans son aîné, Jean fut son compagnon,

Son ami protecteur, fidèle frère d’armes,

Qui partageait le pain, le branle2 et les oignons

Et la poudre à canon, le rhum et puis les larmes...

 

 

Quand la mer démontée vint lécher l’horizon

Réclamant au dieu Mars3 son tribut de souffrance,

Et quand pour l’apaiser les chevaux en prison

Brisèrent leurs bat-flanc, se heurtant dans l’errance,

 

 

Il se fit un grand vide au cœur des matelots.

Mais les hommes sonnés en ce triste équipage4

Sacrifièrent un veau percé de javelots

Trompant Neptune et Mars d’un sanglant étripage.

 

 

Ils s’étaient ligotés, s’ils devaient se noyer,

Mais l’abîme repu se combla sur lui-même

Redressant au beaupré5 la figure6 en noyer

Qui murmure aux marins combien le ciel les aime. »

 

 

 

 

 

1 « Le Napoléon » était le 1er vaisseau de ligne cumulant la voile et la propulsion à hélice par la vapeur.

2 « le branle » est un hamac dans la marine, à ne pas confondre avec la « bannette » ou couchette.

3 « Mars » : allusion au dieu de la guerre romain, sachant que l’expédition d’Orient » appareilla en ce qui les concerne (Antonin et Jean) de Toulon, le 20 mars 1854.  

4 Je fais ici, une discrète allusion au naufrage de « La Sémillante » survenu le 15 février 1855 au large de Bonifacio, mais sans rapport direct avec mon poème, et dont je parlerai ultérieurement...

5 Le mât de beaupré se tient à la proue (au-devant) d’un navire.

6 La figure de proue représentait la plupart du temps une sculpture d’animal, de divinité, de sirène ou de buste de femme nue, placée juste sous le mât de beaupré des anciens grands voiliers, censée protéger le navire.

 

 

 

Pierre Barjonet

Novembre 2020

 

à suivre.jpg

 



05/01/2021
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres