La palette de Pierre

La palette de Pierre

L'Empereur

 

Napoléon 3 Bayel

 

Buste de Napoléon III en cristal

 

 

 

" Marche funèbre pour les funérailles de l'Empereur " par Adolphe Adam (1803/1856)

le célèbre compositeur du ballet " Giselle " 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 6, L'Empereur

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

L’Empereur

 

 

 

 

 

Pour sûr qu’il gèle à fendre un casque de Dragon

Proféra Maître Louis en rechargeant les bûches !

Le froid vif a mordu le portail sur ses gonds

Et le levain gémit, engourdi dans sa huche

 

 

En chemin son regard embrasse des glaçons

Qui dérivent sans bruit en s’accrochant à l’Aube

Tandis que ses sabots qui se font mollassons

Glissent en culbutant leur empreinte dès l’aube.

 

 

 Des corneilles enrouées saluent l’apparition

Du verrier ténébreux pénétrant dans l’usine,

Mais un profond silence et la disparition

Des ouvriers secouent son col de mélusine.

 

 

Figé face aux travées orphelines de feux,

Il ne perçoit des fours qu’un long souffle de plaintes,

Comme une armée vaincue qu’un piège à contre-feu

Aurait brisée soudain, l’aveuglant de sa feinte.

 

 

Alors Louis se redresse et fond sur Antonin

Qu’il vient d’apercevoir encadré par la porte,

Et le toisant, féroce en masque léonin,

Exige son rapport avant qu’il ne s’emporte !

 

 

Mais son fils lui sourit, et c’est sous les vivats

De tous ses compagnons qu’incrédule il regarde

Ses fidèles souffleurs, sa Garde qu’aviva

La presse nationale en phrases peu ringardes.

 

Pour son anniversaire, un Louis-Napoléon1,

Vida la République engluée par ses membres,

Et l’hiver d’Austerlitz ouvrant son Panthéon

Fit ressurgir la gloire en ce soir de décembre.

 

 

Et tous de s’écrier : « Que vive notre Louis,

Que vive l’Empereur ! » faisant luire une larme

Au vieux maître des lieux, à l’artisan réjoui

De ce nouveau régime en revanche de charme.

 

 

« Vitriers, à vos postes, et que donnent les fours,

Que sonne le cristal et creusets en surcharge

Sur leur diable de fer, et qu’à ce carrefour

Sur ma vie, mon honneur, de votre sort me charge ! »

 

 

 

 

1 Coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, le 2 décembre 1851

 

 

Pierre Barjonet

Avril 2020

 

à suivre.jpg

 



06/06/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres