La palette de Pierre

La palette de Pierre

Fauchés

assaut

assaut

 

 

 

 

 

"Pour nos morts, sonnez clairons" texte en diction + sonneries

 

Cliquer pour écouter cette musique,

mais avant ou après lecture du poème afin de ne pas brouiller les paroles...

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques), LEXIQUE SAISON 5
"SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fauchés

 

 

 

 

 

 

 

Se hissant du gourbi, Célestin-le-miauleur

Devine les shrapnels, les obus, la mitraille,

Déchirant en écho leur soupir enjôleur

 Avant que leur clameur n’arrache les entrailles.

 

 

Célestin reconnaît tous les chants des bourdons,

Les miaulements d’obus, la valse des abeilles,

Dans l’orage infernal du canon sans pardon,

Des grenades féroces plombant les oreilles.

 

 

« Le Grand Meaulnes » a cessé d’échapper au bonheur.

Charles Péguy non plus, gommant en orphelines

Ses pages sur la Ligne incarnée de l’honneur

D’être un épi trop mûr couché qui dodeline.

 

 

Poètes écrivains qui se rêvaient aux nues,

Revêtus d’un linceul d’encre rouge sans plumes,

De guerre sans boutons, Petits Gibus tout nus,

Se couchent sur la tranche en ultime volume.

 

 

Célestin-le-miauleur aime bien son José,

Le comprenant sans mots, comme un chat de gouttière,

Rampant couvert de boue, s’abreuvant de rosée,

Collectionnant pour lui des douilles bijoutières.

 

 

Grattant des doigts la terre ils s’en font un abri

Quand sortant des tranchées, ils se couchent, se plaquent

Comme soles dans l’eau nageant sous les débris

Laissant planer là-haut le supplice qui claque.

 

 

Puis c’est l’affreux tricot des aiguilles fouillant

Les corps entremêlés d’espoir et d’affreux râles

S’enivrant du pinard d’un fritz encore bouillant,

Plongeant dans son terrier, se chauffant le moral.

 

 

C’est qu’ils ont mis les voiles, ces terreux ballots

Abandonnant totos, tord-boyaux et bibine

Délaissant leur barda, leur perlot au galop,

Déchirant aux séchoirs leurs bien tristes bobines.

 

 

Et quand survient la plainte enfouissant la terreur

Des marmites gorgées du sang rinçant la terre,

Toutes ces vies tranchées semblent clamer l’erreur

D’être enfin délivrées de ceux qui les enterrent.

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Exceptionnellement, pour faciliter aussitôt la compréhension du texte, je donne ci-après la « traduction » de termes et mots tirés de l’argot des poilus de 14/18 (dont nous en connaissons beaucoup, sans savoir pour autant leur origine) cités dans l’ordre des vers du poème ainsi que des notes sur les écrivains.

 

Mais le petit lexique comme son extrait  "Lexique saison 5 Episode 7 Fauchés" sont un atout précieux 

 

 

 

  • Gourbi : abri
  • Célestin-le-miauleur : surnom donné à Célestin réputé pour reconnaître les projectiles qui « miaulent » à leur son
  • Shrapnels : obus à balles ( !) allemands
  • Bourdon : bruit d’obus
  • Miaulements : d’obus des canons de 75
  • Abeilles : son des balles de fusil
  • Le Grand Meaulnes : seul roman d’Alain Fournier (1913), mort pour la France le 22/09/1914
  • Ligne : la ligne du Front des combats (être en 1èreligne, etc.)
  • « Épis trop mûr » : du poème prémonitoire de Charles Péguy, mort pour la France le 5/09/1914 à 41 ans ! « Heureux ceux qui sont morts dans les grandes batailles (...) Heureux les épis mûrs et les blés moissonnés"
  • Petit-Gibus : personnage de « La guerre des boutons », roman écrit par Louis Pergaud, également auteur des « carnets de guerre », mort pour la France le 8/04/1915 (un peu plus tard que dans mon poème…). Retenons encore, parmi les écrivains « fauchés » au champ d’honneur, Guillaume Apollinaire mort de la grippe Espagnole et des suites d’une blessure reçue en 1916, le 9/11/1918 (à 2 jours de l’armistice…)
  • Douilles bijoutières : les soldats récupéraient les douilles de cuivre pour en sculpter des objets « souvenirs »
  • Aiguilles à tricoter : la baïonnette !
  • Pinard : du vin rouge
  • Fritz : Désignation péjorative des Allemands
  • Terrier : une tranchée
  • Ballots ou Balochard : imbécile, idiot
  • Mettre les voiles : se sauver, s’en aller
  • Terreux : paysan
  • Totos : poux
  • Tord-boyaux : eau-de-vie
  • Bibine : bière de mauvaise qualité
  • Barda : l’équipement du soldat fantassin
  • Perlot : tabac
  • Bobines : visages
  • Marmites : trous ou cratères pratiqués par des obus de gros calibre

 

 

 

 



23/07/2019
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres