La palette de Pierre

La palette de Pierre

Titanic

 

Titanic.jpg

 

 

 

 

 

 

Ainsi, avec TITANIC, se termine la Saison 4

de La romance de Laurine,

sachant que la Saison 5

reprendra bientôt

en mer...

 

 

 

 

 

RMS_Titanic_3.jpg

 

 

 

 

Southampton (musique du film)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter les rubriques :  "LEXIQUE" (qui donne des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques),  "SOMMAIRE"  et  "REPÈRES CHRONOLOGIQUES"    Il suffit de cliquer dans les liens de ce bandeau ou dans l'onglet LA ROMANCE DE LAURINE du bandeau vertical droite, puis dans le sous-onglet correspondant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titanic

 

 

 

 

 

Six ans déjà sans Jean qu’en triste inclinaison

À naufrager sa vie de mauvaise déprime,

Laurine dont José refleurit la raison

De sa femme abattue, vit d’un cœur qui s’opprime.

 

Sans enfants désormais, ni Maureen au lointain,

Mademoiselle est là, bercée de vagues froides,

Alternant les torrents d’un regain qui déteint

Sur son Salon bondé par sa fidèle escouade.

 

Son succès bien réel a débordé Paris,

Le testament de Jean lui a donné l’aisance,

Et pour son dévouement aux « Enfants de Marie »

On lui remit la croix, l’honneur en bienfaisance.

 

Au printemps, c’est Maureen accompagnée de Paul

Qui s’arrêtent gaiement l’embrasser faisant route

Pour Cherbourg et New York, la folle mégapole,

Investissant l’espoir d’exposer sans déroute. 

 

Laurine se surprend à rire de leur sort

Tant leurs projets sont grands par ce somptueux voyage

Qui les voit sans Auguste en voie du réassort

De mécènes dévoués, sans l’art du louvoyage.

 

À l’heure des adieux elle tremble soudain

D’une prémonition qui la surprend songeuse…

Retrouvant son Salon, son port se fait mondain.

À Cherbourg, la cohue s’annonce tapageuse.

 

C’est l’heure des cancans attendant d’embarquer,

Croisant ceux qui détiennent la première manche,

L’inaugurant ravis, avant de débarquer.

Puis c’est bientôt leur tour de traverser la Manche.

 

Quand le canon tonna soulevant des vivats,

Jetant les transbordeurs en file de navettes

Se portant sous l’étrave adorant la diva,

Laurine était chagrin, goûtant des olivettes.

 

La nuit bleue s’adoucit sous les feux du titan

Qui vient d’appareiller vers l’Irlande et ses brumes,

Accompagné du chant des sirènes quittant

La rade merveilleuse en adieux qui s’embrument.

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Avril 2019

 

à suivre.jpg

 

 

 



29/05/2019
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres