La palette de Pierre

La palette de Pierre

Communion

DSC_0362

 

Le baptème de Clovis

 

 

 

 

 

Ave Maria de Jean Sébastien Bach, Charles Gounod

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Rappel, n'oubliez-pas de visiter la rubrique LEXIQUE 

donnant des précisions indispensables de vocabulaire, sites et dates historiques :

Lexique Antonin, Saison 1 , Episode 9, Communion

 

ainsi que la rubrique SOMMAIRE avec un "résumé"

Sommaire de La passion d'Antonin

 

et la rubrique CHRONOLOGIE

Chronologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Communion

 

 

 

 

 

Ayant fleuri la tombe de branches de houx

Donnant quelque bonheur aux parents de Florence

Partis un soir d’hiver d’une vilaine toux,

Elles griffent la neige en son manteau d’errance.

 

 

Refermant le portail du cimetière enfoui

Florence reconnaît une douce silhouette :

Elle était sa nounou d’un sourire épanoui,

Celle qui lui chantait les plumes d’alouettes.

 

 

S’étreignant en pleurant leur mémoire sans mots,

Florence et Joséphine au regard de tendresse

Observent Irena qu’adopte ce hameau

Communiant en silence et goûtant leurs caresses.

 

 

Joséphine les prie de la suivre aussitôt

À la petite église où se tient un baptême,

Et retrouvant son banc coincé sous l’écriteau

Florence émue se prend à songer au carême.

 

 

Enfant elle y venait fière de sa mission,

Portant le pain béni, les corbeilles d’offrandes,

Chantant en contemplant la nef en rémission

Mais craignant le curé quand elle enviait les grandes.

 

 

Saint-Martin de Bayel vient d’offrir à l’enfant

Son partage de foi dans les brumes de l’Aube

Et Florence étourdie par le froid se défend

De songer au passé en communiant sous l’aube.

 

 

Tout le pays joyeux les entraîne en riant

Chez la mère Francine au festin qui s’échauffe.

Et là, point de mousseux, mais des verres priant

Que les bulles soient fête en bouchons qui réchauffent.

 

 

Les habits du dimanche encombrent les fêtards

Mais non les tabliers des jeunettes voisines

Qui flottent sous le vent des plats presque en retard

Et des fournées de pain, galettes sarrasines.

 

 

Et les vieilles sourient tout comme le curé

Quand s’en viennent les tartes à la mirabelle,

Les bocaux au sirop, la brioche emmurée

Au moule des douceurs de Bayel et ses belles.

 

 

 

 

Pierre Barjonet

Mai 2020

 

à suivre.jpg



30/10/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres