La palette de Pierre

La palette de Pierre

Brisures

20082016-IMG_7093.jpg

 

 

 

 

 

Brisures

 

 

 

 

J’avais rêvé de Perceval,

De la forêt de Brocéliande,

Et de la quête du Saint Graal,

En m’enfouissant dessous la Lande.

Mais ce n’était que noble songe,

Noyé dans l’onde des brisures

 

 

J’avais emprunté le décor

De Roncevaux brisant la foudre,

Soufflant avec Roland du cor,

Par son destin couvert de poudre.

Mais ce n’était que preux qui songe,

Perdu dans l’écho des brisures.

 

 

J’étais tombé sous l’acacia

Perlant de sang l’or de ses gemmes,

En condamné que l’on gracia

Devant la Vierge que l’on aime.

Mais ce n’était que trop pieux songe,

Priant dans l’ombre des brisures.

 

 

J’étais allé sur le Delta

Rechercher la double couronne

Que Cléopâtre récolta

Avant que la mort ne résonne.

Mais ce n’était que trop vil songe

Enseveli sous les brisures.

 

 

J’avais gravi l’Himalaya

Grâce à ma canne en sycomore,

Sacrifiant comme les Mayas

Le cœur d’amour qui n’est pas mort.

Mais ce n’était qu’un triste songe

Désespéré par les brisures.

 

 

J’avais recouvert mon chemin

D’un mandala fleuri de poudres,

Cueillant l’encre des parchemins

Que la pluie ne puisse dissoudre.

Mais ce n’était qu’un de mes songes

Non de sommeil, que de brisures.

 

 

 

Pierre Barjonet

Janvier 2019



08/01/2019
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 63 autres membres